Ethiopie. Gouvernement paritaire et reconquete de terres non valorisée: le gouvernement de Abiy Ahmed,on aime! - Elimu

Ethiopie. Gouvernement paritaire et reconquete de terres non valorisée: le gouvernement de Abiy Ahmed,on aime!

Le premier ministe Ethiopien Abiy Ahmed

 

Décidément le premir ministre Ethiopien Abiy Ahmed a la carrure pour le job. Nous venons juste d’apprendre qu’il a nommé le tout premier gouvernement paritaire de l’histoire Ethiopienne! C’est sûrement gage de progrès pour le pays et les Ethiopiennes en particulier. Nous ne sommes pas à l’abris de petites revolutions dans ce pays. L’une d’entre elle a été l’abandon de la politique d’adoption dans le pays.

Un autre mouvement interessant de sa part et hautement salutaire: la reprise par le gouvernement de terres arables non exploitées par les investisseurs. Tous les africains soucieux du sort réservé au terres arables s’inquiétaient de les voir loués pour une bouchée de pain à des prix défiant toute concurrence; ceci sur des durées incroyables de 99 ans par exemple. Ce qui pénalisait évidemment les paysans locaux. Nous avons traduit un article pour vous afin de vous montrer ce qu’il a fait:

« L’Éthiopie a retiré un total de 412,6 hectares de terres détenues par des investisseurs, dont le milliardaire saoudien d’origine éthiopienne Mohammed Hussein al-Amoudi, qui n’avaient pas réussi à créer des emplois et à développer la ville comme promis lorsque les terres leur ont été attribuées, à la tête du pays d’Addis-Abeba. La banque Tesfaye Tilahun a confié à Voice of America.

Les investisseurs avaient promis de créer des emplois pour les jeunes et de développer Addis-Abeba en construisant des industries, des hôtels, un centre des médias et d’autres complexes dans la ville animée de plus de 4 millions d’habitants.

«Ils ont simplement construit une clôture autour de milliers d’hectards et l’ont laissée pendant des années. C’est tout ce qu’ils ont fait. Au lieu de construire la ville, ils ont donné à la ville une mauvaise image, en en faisant un lieu de collecte des déchets », a déclaré Tilahun, tout en expliquant pourquoi 95 personnes et entreprises avaient perdu leur permis.

Sur les 412,6 hectares de terres, 55 étaient associées à Mohammed MIDC, une société privée appartenant au milliardaire saoudien d’origine éthiopienne Mohammed Hussein al-Amoudi. En 2005, MIDROC a loué environ 10 kilomètres carrés de terrain au cœur de la capitale, acceptant de construire un centre-ville mais uniquement des habitants expulsés et une énorme barrière autour du terrain.

Avant la révocation du bail, MIDROC entretenait une relation grossière avec des habitants d’Addis-Abeba qui accusaient l’entreprise de polluer l’environnement et de ne pas embaucher d’habitants, ce qui a provoqué une manifestation dans la région de la capitale, Oromia, par crainte de la population de perdre leurs emplois agricoles en faveur de MIDROC.

Rien que cette semaine, 19 agences gouvernementales éthiopiennes et 18 entreprises liées à des diplomates africains ou à des gouvernements ont également vu leur licence révoquée. »

Certains sont au pouvoir depuis plus de trente ans et n’ont pas réalisé autant pour leur concitoyens. Bravo M. ABIY AHMED

source: thenerveafrica.com
Traduit par la Team OJAL

Laisser un commentaire