fbpx

« Vous ne trouverez jamais de personnes blanches qui portent nos cheveux », déclare Marah Louw

Les Africains ne peuvent pas s’approprier des normes blanches de beauté alors que des normes blanches de beauté nous sont imposées, écrit Kylie Kiunguyu.
 
Ancienne actrice et chanteuse, Mara Louw interagit lors d’une réunion avec le président Jacob Zuma à Sefako Makgatho Guest House Présidentielle à Pretoria 12 déc 2012: Photo: GovernmentZA / Flickr
 
Marah Louw, une chanteuse et actrice sud-africaine, a été invitée au salon DJ Sbu Breakfast où elle a partagé ses pensées sur le « phénomène de blanchiment de peau » et le « l’auto-mépris noir ». Elle sent que les tissages et le blanchiment vont à l’encontre des gens, « insultant » ce que Dieu a créé.
Elle a ajouté: « Vous ne trouverez jamais les blancs qui portent nos cheveux comme nous [portons] les cheveux d’autres personnes. Vous ne trouverez jamais des personnes blanches portant des perruques afro, des perruques d’afro noir pour sortir, à moins que ce ne soit une soirée [à thème] ou le cirque « , a-t-elle ajouté.
 
Les Africains ont-ils des normes blanches de beauté?
L’appropriation culturelle est l’adoption ou l’utilisation des éléments d’une culture par des membres d’une autre culture. Les éléments sont copiés d’une culture minoritaire par des membres d’une culture dominante, et ces éléments sont utilisés en dehors de leur contexte culturel d’origine.
Un échange mutuel ne se produit que sur un «terrain de jeu équitable», alors que l’appropriation implique que des pièces d’une culture opprimée soient prises hors contexte par un peuple qui a opéré historiquement contre ceux qui en sont issus et qui n’a pas le contexte culturel pour bien comprendre, respecter , ou utiliser ces éléments.
Par conséquent, comme la structure sociale et la dynamique du pouvoir situent les Noirs bien au-dessous des blancs, tout échange culturel se produisant sur cette échelle figurative existe dans un contexte de supériorité et d’infériorité. En d’autres termes, la culture blanche est imposée et non adoptée par les Noirs.
Les étudiantes de Pretoria Girls High School protestent. Photo: Twitter / Screen shot
Et pourtant, le blanchiment de la peau et les tissages sont un élément de base dans l’Afrique post-coloniale à un moment où l’histoire africaine est à la libération culturelle.
Dans le passé, il y a eu peu de représentations populaires positives, honnêtes et culturelles de femmes noires. Pour cette raison, les générations ont dû interpréter la blancheur comme étant normale et humaine et, dans certains pays, le blanchiment était une issue à toutes les souffrances. C’est la maladie de la suprématie blanche et de l’imposition ultime.
Le manque de représentations positives et audacieusement africaines est la preuve que, dans tous les niveaux et dans les industries, la noirceur n’est pas valorisée ou acceptée sous la suprématie blanche. Les Africains eux-mêmes doivent donc adopter des normes blanches dans leur propre continent pour la «survie». Par exemple, les employeurs dans les domaines axés sur la beauté sont plus susceptibles de combler leurs quotas avec des femmes plus proches de la norme de beauté blanche. Même en ce qui concerne la datation, les hommes qui ont été socialement conditionnés par la colorisation à travers la musique ou la TV optent pour des amours avec intérêt (donc dans le sens de la domination)
 
Le standard de beauté noire
Malgré les liens encore forts du colonialisme et du néo-colonialisme, le changement se produit. Des pays comme le Ghana ou le Rwanda ont interdit les produits de blanchiment de la peau, ce qui rend l’exercice plus difficile à exécuter. Les stars progressistes telles que Lupita Nyong’o changent le paysage de l’industrie de la beauté, une fête rendue possible en conjonction avec les modèles internationaux le wapiti de Alek Wek, Khoudia Diop et Philomena Kwao.
En ce qui concerne les cheveux, le mouvement capillaire naturel qui a pris en charge les médias sociaux et les médias sociaux libère toutes les femmes noires à l’échelle mondiale en normalisant le standard de beauté noire. Les femmes embrassent leurs cheveux comme quelque chose d’unique et de beau tel quel.
L’avenir d’une norme de beauté noire est celui qui mettra l’accent sur les couleurs de la peau et les types de cheveux qui comprennent toutes les femmes noires, en particulier celles de la peau plus foncée qui ont été jusqu’alors marginalisées.
 
AFROPUNK Brooklyn by Francesca Magnani
Source : ThisIsAfrica.me 
 
Traduit par la Team OJAL 
 
 
 

Laisser un commentaire