Un enfant sdf Nigerian de 8 ans devient champion des echecs à New York - Elimu

Un enfant sdf Nigerian de 8 ans devient champion des echecs à New York

C’est l’histoire de Tanitoluwa Adewumi, jeune garçon de 8 ans qui a été couronné champion des échecs des classes primaires dans l’État de New York dans la tranche d’âge de la maternelle à la troisième année dans la 52ème Scholastic dans l’État de New York. Le jeune champion est mieux connu sous le nom de «Tani».  Il est resté invaincu dans sa discipline et a déjoué les adversaires des meilleures écoles privées dont les écoliers avaient des coachs hors de prix.

 




« Je veux être le plus jeune grand maître », a déclaré Tani au New York Times. De fait il se donne les moyens de ses ambitions car sa maman dit de lui qu’il joue dix fois plus de partis que le joueur moyen. Ayant pris connaissance de sa passion la maman prénommée Oluwatoyin Adewumi, l’emmenerait à Harlem pour des séances d’entraînement gratuites de trois heures tous les samedis, tandis que son père, Kayode, lui permettrait de jouer aux échecs en ligne sur son ordinateur portable chaque soir.

En un ans, et après pas moins de sept trophées dans sa nouvelle discipline, Tani a supplié sa maman de pouvoir particper au tournoi de l’Etat de New York. Après avoir remporté ce tournois, Makofsky a lancé une campagne GoFundMe pour soutenir Tani et sa famille alors qu’il se préparait pour le championnat national de l’élémentaire en mai.
 

«Montrons tous notre cœur et aidons la famille de Tani à trouver un foyer où il pourra continuer son voyage.» a-t-il écrit sur la page de la campagne.

Depuis le lancement de la page GoFundMe le 15 mars, la campagne a dépassé son objectif de 50 000 dollars, amassant plus de 103 400 dollars (et plus encore). Makofsky a reçu d’innombrables notes proposant aux familles de réfugiés nigérians des emplois, des services juridiques, des lieux de séjour – et même une voiture pour le père de Tani, qui travaille comme chauffeur d’Uber.

Bien que la famille Adewumi continue de vivre dans un refuge pour sans-abri, Makofsky a déclaré au New York Times: «Tani est riche, grâce à la force, à l’amour et au soutien de sa famille. »

Il ajoute: «Un an pour atteindre ce niveau, gravir une montagne et être le meilleur des meilleurs, sans ressources familiales. C’est du  jamais vu. »

Voilà une histoire extraordianire digne d’un film hollywoodien, qui se concrétise grâce à la confiance de plusieurs personnes dans le génie d’un enfant. La solidarité Américaine a fait le reste. Sa famille est désormais à l’abris, loin du cauchemart Boko Haram qu’ils ont fui; proches du rêve de l’enfant qui finira par rendre sa famille prospère esperons-le. 

Ojalezvous! 

Traduit pour vous en avant première par la Team OJAL

 

Laisser un commentaire