L'avenir de l'Europe serait-il notre passé? - Elimu

L’avenir de l’Europe serait-il notre passé?

L’avenir de l’Europe ressemble étonnamment au passé (et parfois au présent) de l’Afrique

N’avez-vous pas remarqué que beaucoup de pratiques dites innovantes en occident proviennent de vieilles pratiques Africaines?

I L’avenir concernant la justice et la politique

La charte du Kouroukan-Fouga, aussi connue sous le nom de charte du Manden, a précédé de loin la Déclaration des Droits de l’Homme. Pourtant on ne la cite jamais. Depuis peu, on voit venir la « modernisation » de l’institution juridique, afin de désengorger des tribunaux. Parmi les méthodes préconisées il y a par exemple la médiation. Or, il s’agit d’une institution de régulation des conflits bien présente depuis des temps immémoriaux sur le continent Africain. L’aurait-on oublié? Alors que l’Afrique francophone singe les institutions juridique de la France, celle-ci veut revenir à leur pratiques de médiation en cas de conflit et sans l’intervention d’un juge. Quelle révolution!

Concernant la politique. On voit bien venir une très tardive décentralisation au pays de Victor Hugo. Les métropoles se multiplient. Ces hyper-structures ne sont pas moins que de petits Etats au sein de la Nation. A voir la guerre que se mènent les uns et les autres pour obtenir la présidence de ces structure on voit à quel pouvoir on peut prétendre une fois sur le fauteuil. Ces petits rois participent à la décentralisation du pouvoir. Et qu’on le veuille ou non c’est bien une structure du pouvoir très connue en Afrique. De l’Ouganda au Ghana, les présidents reconnaissent les différents rois et chefs de territoires à travers tout le pays. Ils ont de l’autorité et ont un territoire qu’ils administrent. Quelle différence?

II L’avenir de leur santé

Quand on parle de l’avenir de la santé en Europe on pense peut-être à l’uberisation de la santé et toutes ces choses qui permettent une médecine décentralisée, digitalisée. Mais on oublie souvent que la défiance vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique se matérialise en réalité par une réappropriation des vertus des plantes, qui s’accompagne de la peur de perdre ces ingrédients essentiels a notre bonne santé.

En fait ce que ce mouvement nous donne à voir c’est une Africanisation de la société européenne car bien avant l’industrialisation de la pharmacie les Européens et les Africains avaient leur médecine traditionnelle. Ayant perdu ce rapport à leur médecine traditionnelle, ils reviennent vers des procédés d’appropriation de la connaissance ancestrale africaine, qu’ils nomment « naturopathie » une méthode qui prétend rééquilibrer l’organisme grâce à un usage précis des plantes. Ce n’est pas une trouvaille: c’est l’histoire plurimilénaires de la pharmacopée africaine qui se retrouve dans ce vocable. Nous passerons volontiers sur l’utilisation de la brosse à dent en bois, revisitée et fashionisée pour la vendre a des prix exorbitants. Idem pour l’utilisation du charbon pour le blanchiment des dents. On pourrait citer également les couches lavables! Un packaging et le tour est joué!

 

III Leur avenir concernant la production

En ce qui concerne la production, on comprend bien qu’il s’agit aujourd’hui, pour des raisons écologiques, de produire localement. On valorise la production locale et les circuits courts de distribution de nourritures et biens de premières nécessité. Comme pour l’industrie pharmaceutique on voit également que ce sont des procédés ancestraux qui sont mis à l’oeuvre. Auchan et Carrefour ont sûrement un bel avenir devant eux grâce a l’aliénation des nôtres, cependant nous pouvons ésperer un retour à l’agriculture paysanne d’antan.

agriculture low tech?
Agriculture low tech?

A condition d’éliminer ces mêmes firmes pharmaceutiques de nos productions agricoles, à savoir des produits comme le glyphosate et autres pesticides de nos moyens de production. Ce n’est pas une mince affaire car, contrairement à l’idée reçus il y a bien des pesticides dans l’agriculture africaine moderne.

Concernant par exemple l’automobile on voit qu’il est question de réduire la taille des voitures et par conséquent leur poids afin de réduire l’énergie nécessaire à leur déplacement. On va donc produire des voitures plus petites. C’est le concept même du low-tech. Concept qui met nos grands-parents en figure d’être des avant-gardistes!

 

Jeunesse africaine et afrodescendante, reprenons confiance en nos pratiques ancestrales, si possible en les adaptant à l’époque, mais ne soyons pas en retard sur nos propres forces. Ils admettent, avec ces exemples, la fausse route qui a tracé le sillon de leur économie libérale et capitaliste. Ne nous laissons pas, une fois de plus, damer le pion par suivisme et aveuglement.

 

 

 

 

Laisser un commentaire