fbpx

Les stratégies de défense des Noirs face à la suprématie blanche par Dubois

L’extrait du livre de W.E.B Dubois que nous allons vous présenter a été écrit entre 1897 et 1903. Certaines occurences ne sont plus d’actualité comme parler « des juifs » ou bien des races. Mais pour le reste, regardez autour de vous et dites nous si en tant que groupe racisés nous n’avons pas affaire aux mêmes mécanismes de défense encore aujourd’hui. Entre les intégrationniste et les partisans du rapatriement. Entre les adeptes du metissage comme solution et les traditionnalistes Noirs. Les élites bourgeoises du continent et la diaspora laborieuse, les anticapitalistes et les freres dans la finance etc. Alors, que prendrez-vous?  Mensonge ou aigreur et amertume?

« La ruse est la défense naturelle du faible contre le fort et le sud l’a utilisée pendant des anneés contre ses conquérants; aujourd’hui le Sud doit se préparer à voir son prolétariat noir retourner cette arme à double tranchant contre lui. Et c’est bien naturel! »

Image result for web dubois
W.E.B Du Bois

La mort de Denmark Vesey et de Nat Turner a prouvé au Noir il y a déjà bien longtemps l’inutilité de la défense physique. La défense politique est de moins en moins accessible et la défense économique n’est encore que très partiellement efficace. A l’évidence il ne dispose pour se défendre que d’une seule voie – celle de la ruse et de la flatterie, de la cajolerie et du mensonge. C’est ce que firent les Juifs (dans l’édition de 1953 Dubois a remplacé « juifs » par « paysans ») au Moyen Age pour se défendre, et qui a imprimé sur leur caractère sa marque indélébile.

Aujourd’hui le jeune Noir du Sud qui veut réussir ne peut pas se permettre d’être franc et carré, honnête et sûr de lui, au contraire, il est tenté tous les joues de se montrer silencieux, prudent, astucieux et rusé; il doit flatter et se rendre agréable, endurer les injures mesquines avec un sourire, fermer les yeux devant le mal; trop souvent il trouve dans la ruse et le mensonge un réel avantage personnel. Ses vraies pensées, ses vraies aspirations, doivent être protégées par des murmures; il ne doit pas critiquer, il ne doit pas se plaindre. La patience, l’humilité et l’adresse doivent remplacer, chez cette jeunesse noire en croissance, la spontanéité, la virilité et le courage. C’est seulement avec un tel sacrifice qu’une ouverture économique est possible – peut-être même la paix, et la prospérité. Autrement, c’est l’émeute, l’émigration ou le crime. Cette situation n’est pas propre au Sud des Etats-Unis – n’est-ce pas plutôt la seule méthode par laquelle des races sous-développées peuvent gagner le droit à partager la culture moderne? La prix de l’acculturation, c’est le mensonge. 

Image result for black dandy 1900

D’un autre côté, dans le Nord la tendance est à l’exagération du radicalisme noir. Maintenu par la loi du sang dans le Sud dans une situation contre laquelle chaque fibre de sa nature ouverte et audacieuse se révolte, il se retrouve sur une terre où il peut à peine gagner décemment sa vie, confronté qu’il est à une concurrence impitoyable et à la discrimination raciale. En même temps, par l’école, les journaux, les discussions et les conférences il s’anime et s’éveille intellectuellement. Son âme, si longtemps contenue et empêchée de croître, s’ouvre soudainement à cette nouvelle liberté. Il n’y a pas à s’étonner que toutes les tendances soient à l’excès – lamentations radicales, remèdes radicaux, dénonciations amères ou silence buté.

Certains coulent à pic, d’autres se redressent. Le criminel et le sensualiste quittent l’église pour la maison de jeu et le bordel, remplissent les taudis de Chicago et Baltimoer; les classes plus élevées se séparent spontanément des autres groupes noirs et blancs, et forment une aristocratie, cultivée et pessimiste, aux critiques dures cinglantes, mais qui ne propose aucune issue concrète. Elle méprise la soumission et l’obcéquiosité des Noirs du Sud, mais ne propose pas d’autre moyen à une minorité pauvre et opprimée pour exister aux côtés de ses maîtres. Ces « aristocrates »ont une conscience aiguë des tendances et des opportunités de l’époque dans laquelle ils vivent; leurs âmes sont aigries contre le destin qui a déployé le Voile entre eux et l’autre monde; et le fait même que cette amertume soit naturelle et justifiable ne sert qu’à l’intensifier et à la rendre plus insupportable. 

C’est entre ces deux types extrêmes d’attitude éthique que je viens chercher à éclaircir, qu’évolue la grande masse des millions de Noirs au Nord et au Sud; leur vie et leur activités religieuses sont partie prenant de ce conflit social interne.  »

W.E.B Dubois, Les âmes du peuple Noir, p194-195.
traduction Magalie Bessone, selectionné pour vous par la Team Elimu

Laisser un commentaire