fbpx

Les bébés seraient-ils communautaristes? Oui d’après les chercheurs!

Les chercheurs constatent que les bébés sont plus à l’aise autour des gens de leur même communauté

 

Selon des études, les nourrissons de moins de 6 mois peuvent faire preuve de partialité en faveur de la « race » dans laquelle ils sont nés. (Photo par JGI / Jamie Grill / Images de mélange / Getty Images)

 
Les bébés dont les parents ne parviennent pas à les présenter à une variété de personnes de différentes origines raciales et ethniques au début de la vie risquent de développer des préjugés envers ceux qui ne leur ressemblent pas, de nouvelles études le suggèrent. 

Des chercheurs de l’Université de Toronto et de l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario ont découvert que les nourrissons de 6 mois et moins peuvent manifester des préjugés en faveur de la « race » dans laquelle ils sont nés. En raison de l’exposition accablante aux personnes de leur propre « race » (communauté?) pendant leurs premiers mois dans le monde, les jeunes bébés développent naturellement le favoritisme envers les personnes qui leur ressemblent tout en développant un inconfort profond pour ceux qui sont différents. 

 

Une des deux études a révélé que les bébés plus âgés (6-9 mois) associent des visages de personnes de leur propre communauté avec de la musique joyeuse et des personnes de différentes communauté avec de la musique triste. Dans la deuxième étude, les chercheurs ont appris que les nourrissons ont tendance à se fier davantage aux signaux de leur communauté d’apprentissage qu’à ceux d’une communauté différente. 

« Les résultats de ces études sont significatifs pour plusieurs raisons« , a déclaré le professeur Kang Lee, titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 et auteur principal des études. « Les résultats montrent que le l’imaginaire fondé sur la race existe déjà autour de la deuxième moitié de la première année d’un enfant. Cela remet en question l’opinion populaire selon laquelle les préjugés fondés sur la race n’apparaissent que durant les années préscolaires. « 

 

Le Professeur Kang Lee

 
Lee déclare que les résultats étaient également importants car ils offraient un aperçu plus approfondi sur comment et pourquoi les préjugés raciaux se développent, et comment empêcher qu’un préjugé ne se développe avant qu’il ne devienne un véritable problème. En outre, les chercheurs ont soutenu que les résultats sont en grande partie indicatifs de la façon dont nos environnements sociaux peuvent nous conditionner pour démontrer le biais racial. 

« Si nous pouvons identifier le point de départ du préjugé racial, ce que nous avons pu faire ici, nous pouvons commencer à trouver des moyens de prévenir les préjugés raciaux », a déclaré Lee.

Naiqi (Gabriel) Xiao, co-auteur des deux études, a fait écho à l’argument de Lee, ajoutant que le biais racial n’est pas toujours causé par des expériences négatives. 

« Quand nous considérons les raison pour lesquelles quelqu’un a un préjugé racial, nous pensons souvent aux expériences négatives qu’il ou elle peut avoir eu avec des individus d’une autre race », a déclaré Xiao. « Mais, ces résultats suggèrent qu’un biais basé sur la race émerge sans expérience avec les individus d’autres races. » 

Alors, comment les parents empêchent-ils leurs enfants de développer de tels préjugés? Pour les chercheurs, la solution est simple: les exposer à des personnes de races différentes. Bien que cela ne soit pas une solution immédiate, c’est un début pour réduire l’impact de biais implicite sur nos vies quotidiennes. 

« Les préjugés raciaux implicites ont tendance à être subconscients, pernicieux et insidieux, imprégnant presque toutes nos interactions sociales, de l’amitié à la santé, aux rencontres, à l’emploi et à la politique, aux interactions entre un client et un vendeur ». « Pour cette raison, il est très important d’étudier d’où viennent ces types de biais et d’utiliser cette information pour essayer d’empêcher les préjugés raciaux de se développer. »

Source : AtlantaBlackStar.com
Traduit par la Team OJAL 

 

Laisser un commentaire