fbpx

Les antiques Royaumes Noirs d’Asie du Sud

« Pour la couleur de peau des hommes, ils considèrent le Noir comme la plus belle. Dans tous les royaumes de la région du sud, il en est de même. »


Les grandes civilisations classiques d’Asie du Sud sont Angkor au Cambodge et Champa au Vietnam. Une grande partie de notre connaissance de la petite Asie du Sud est dérivée de sources chinoises et indiennes. Les constructeurs d’Angkor étaient les Khmers. Les Khmers ont été décrits par les Chinois comme “petit et noir”. Dans les temps modernes, dès 1923, l’anthropologue de l’Université Harvard, Roland Burrage Dixon, a noté que les anciens Khmers ont été physiquement “marquée par une taille distinctement petite, une peau foncée, des cheveux bouclés voire cheveux crépus, un nez large et des lèvres négroïdes épaisses”.


LE ROYAUME D’ANGKOR



Au début du IX° siècle, le roi Jayavarman II (802-850) unifia le royaume Khmer et s’identifia à la puissante divinité hindou Shiva. Les Khmers d’Angkor étaient des agriculteurs sophistiqués, des ingénieurs de pointe, des commerçants agressifs et des guerriers intrépides. Ils développèrent un système d’irrigation splendide (avec certains canaux s’étendant su quarante miles de longueur), et créèrent des œuvres hydrauliques grandioses. Le système hydraulique d’Angkor était utilisé pour le transport et pour la culture de riz, afin de soutenir une population environnante estimé à un million de personnes.

Durant le règne du roi Indravarman 1er (877-889), par exemple, le vaste lac artificiel connu sous le nom Indratataka fut achevée. A des fins militaires, les ingénieurs Khmers conçurent des machines pour lancer de redoutables flèches et lances acérées sur leurs ennemis, et montèrent courageusement au combat à dos d’éléphants richement équipés.

En langue khmère, Angkor signifie la ville ou la capitale. En 889 le roi Yasovarman I (889-900) construisit sa capitale sur le site actuel d’Angkor, et au cours des siècles les monarques Khmers agrandirent la ville avec par leur propres contributions distinctes.

Angkor s’étendait sur 77 miles carrés et avait été conçu pour être complètement autonome. Les Khmers étaient de magnifiques bâtisseurs et pendant plus de 600 ans les dynasties successives d’Angkor commandèrent la construction de temples minutieusement détaillées, comme celui de Banteay Samre, de merveilleux lacs artificiels comme celui d’Indratataka et les incomparables Temple-montagnes, dont Angkor Wat, le joyau de la couronne d’Angkor qui contiendrait autant de pierres que la pyramide du Fara de la quatrième dynastie Khéphren, dans l’antique Rouyame de Kmt (Egypte antique).


ANGKOR WAT



Surnommé “le plus grand monument de pierre dans le monde”, Angkor Wat, la plus célèbre des structures de pierre Khmers, a pris 37 ans à construire. Pendant cette période, des millions de tonnes de grès utilisés pour sa construction ont été transportés sur le site par radeau d’une carrière au Mont Kulen, situé à 25 miles au nord-est. Angkor Wat se lève à trois vols successifs à cinq tours centrales qui représentent les sommets du Mont Meru-la montagne cosmique ou dans le monde qui se trouve au centre de l’univers dans la mythologie hindoue et considérés comme la résidence céleste du panthéon hindou. Les tours d’Angkor Wat (le plus grand de qui monte environ deux cents pieds au-dessus des plaines environnantes) sont le symbole national du Cambodge. murs extérieurs du temple représentent les montagnes au bord du monde, tandis que le fossé qui entoure le temple représente les océans au-delà.

Angkor Wat date du 12ème siècle de règne de Suryavarman II (1113 à 1150), lorsque la domination Khmer d’Asie du Sud était à son zénith, avec un empire allant de la mer de Chine du Sud à la Thaïlande moderne, aussi loin au nord que les hautes terres du Laos et du vers le sud jusqu’à la péninsule malaise.


LE ROYAUME DE CHAMPA



Angkor n’a pas été le seul royaume important de son temps en Asie du Sud-Est. Le royaume de Champa était une autre grande puissance d’Asie du Sud, parfois rivale d’Angkor. Champa était un grand royaume de Noirs sur les côtes de l’Asie du Sud-Est, au centre du Vietnam. En effet, les caractéristiques du visage des statues des Cham sont aussi Négroïdes qu’ailleurs, y compris des lèvres charnues et les nez larges.

On pense que les Cham ont régné le long des plaines côtières du centre du Vietnam (Annam) il y a plus de deux millénaires. L’économie de Champa était basée sur l’agriculture et le commerce maritime. Ils exportaient du riz et des produits forestiers, comme le bois de santal, et dominaient la zone du IVe siècle au 13ème siècle environ.

Les archives dynastiques chinoises, dès 192 font référence à un royaume de Lin-yi, qui signifie la «terre des hommes noirs». Le royaume de Lin-yi était aussi connu sous le nom de Champa dans les documents sanscrits. Ils ont déclaré que les habitants avaient la «peau noire, les yeux enfoncés dans leurs orbites, le nez retroussé, les cheveux crépus» à une époque où ils n’était pas encore soumis à la domination étrangère et avaient conservé la pureté de ce type. Ces documents indiquent expressément que: «Pour la couleur de peau des hommes, ils considèrent le Noir comme la plus belle. Dans tous les royaumes de la région du sud, il en est de même». 

Au cours de cette même période, les navires Cham, que les Chinois appelaient kun-lun bo (les «navires d’hommes noirs»), naviguaient sur l’océan Indien depuis l’Asie du Sud-Est jusqu’à Madagascar.

Parmi les grands centres de Champa se trouvaient ceux basés près de Dong Duong, Tra Kieu et Panduranga (Phan-Rang). La grande capitale du sud était Vijaya (Binh Dinh), et la première capitale du nord et centre religieux était Mi Son.

Plus de 70 temples ont été construits à Mi Son entre les VIIe et 12e siècles. Le chef-d’œuvre de l’architecture Cham à Mi Son était une énorme tour de 70 pieds de haut en pierre, détruite par des commandos de l’Armée américaine en Août 1969.

Visages du temple de Bayon à Siem Reap au Cambodge


LES PRESSIONS VENANT DU NORD


Au début du 10ème siècle, les Cham ont été agressé et peu à peu absorbé par les vietnamiens sinisés [De type xanthoderme, NDLR] . À la fin du siècle, les vietnamiens sinisés avaient annexé les provinces du nord du Champa. En 1225, les Vietnamiens ont choisi de nouveau la voie de l’agression, et en 1283 les Mongols sous Kublai Khan ravageaient toute la côte. Cependant, plus d’une centaine de temples et une multitude de statues exquises ont survécu pour nous rappeler l’ancienne splendeur des commerçants, des artisans et royauté des Cham.


LE ROI JAYAVARMAN VII: LE PLUS PROLIFIQUE DES BÂTISSEURS D’ANGKOR


Le règne de Jayavarman VII (1181-1220) marque l’apogée et le début du déclin du royaume d’Angkor. Jayavarman VII (le préfixe Jaya, en sanskrit, signifie «victoire») a été tellement couronné de succès lors de ses campagnes militaires contre Champa qu’au cours des 17 dernières années de son règne Champa était pratiquement devenue une province khmère. Jayavarman VII a vécu plus de neuf décennies, régnant avec force et sagesse.

Jayavarman VII, roi khmer d’Angkor. début du 14eà Angkor Thom. Photo de Harmara Holt
En 1181 Jayavarman VII fut proclamé roi dans une capitale khmère dévastée, et la plupart des monuments d’Angkor reflètent ses efforts herculéens de reconstruction et des projets de construction apparemment incessants. Jayavarman VII construit plus que tout autre roi khmer. On estime qu’il a construit plus que tous les autres rois réunis. En fait, aussi magnifique qu’il soit, Angkor Wat est seulement l’un des 215 sites de la région. D’autres sites célèbres dont le Bayon, la montagne de pierre sculptée au centre de la ville fortifiée d’Angkor Thom, à environ un mile au nord-est d’Angkor Wat, et la capitale de l’empire khmer entre la fin du 10ème siècle le début du XIIIe siècle.


LE DÉCLIN ET LA CHUTE DE ANGKOR ET CHAMPA


Après la mort de Jayavarman VII, Angkor a commencé à décliner, et aucun grands monuments n’a été construit après son règne. Ainsi se sont éclipsé les lumières brillantes et vives de la présence des Noirs dans les civilisations d’Asie du Sud-Est d’Angkor et de Champa. Pourtant, les monuments et les visages gravés dans la pierre perpétuent pour nous cette histoire.


~ Runoko Rashidi

Traduction #TeamOjal



1 réflexion au sujet de “Les antiques Royaumes Noirs d’Asie du Sud”

Laisser un commentaire