fbpx

Frederick Douglass à propos de l’utilisation de la nourriture comme arme de contrôle durant l’esclavage

Douglass est né sur une plantation dans l’est du Maryland en 1817 ou 1818 – il ne connaissait pas son anniversaire, et encore moins son certificat de naissance – il à une mère noire (dont il était séparé en tant que garçon) et un père blanc qu’il n’a jamais connu et qui était probablement le «maître» de la maison). Il a été partagé pour servir les différents membres de la famille. Son enfance a été marquée par la faim et le froid, et ses années d’adolescence sont passées dans un long travail difficile, la fatigue du coma, les flagellations de routine, la faim et autres tortures banales du manuel d’esclavage.

À 20 ans, il s’est enfui à New York et a commencé sa nouvelle vie comme un orateur anti-esclavagiste et militant. Conscient aisément d’être un témoin littéraire de l’institution inhumaine à qui il avait échappé, il s’assura de documenter sa vie non pas en une seule, mais en trois autobiographies. Ses mémoires apportent vivante la mécanique immorale de l’esclavage et de ses armes de contrôle. Le summum parmi eux : la nourriture.

 

La faim était le compagnon d’enfance fidèle du jeune Fred. «J’ai souvent été si pincé de faim, que j’ai combattu avec le chien -« Vieux Nep »- pour les plus petites miettes qui sont tombées de la table de la cuisine, et j’ai été heureux quand j’ai gagné une seule miette dans le combat», il écrit dans  My Bondage and My Freedom. «J’ai souvent suivi, avec empressement, l’attente de la fille qui sortait pour secouer la nappe, pour obtenir les miettes et les petits ossements jetés pour les chats.

 «Oublie, chéri, bonne journée …» disaient les anciens pour consoler le garçon orphelin. Ce n’était pas seulement les animaux familiers avec lesquels l’enfant avait à rivaliser. Une des scènes les plus avilissantes dans le premier mémoire de Douglass, Narrative of the Life de Frederick Douglass, décrit sa façon de manger:

«On mangeait de la farine de maïs grossière, on l’appelait de la mush, on la plaçait dans un grand plateau de bois et on la déposait sur le sol, on appelait les enfants, comme tant de porcs, et, comme tant de porcs, viennent et dévorent la bouillie, les uns à coquilles d’huîtres, les autres à bardeaux, les uns à mains nues, les autres à cuillères, celui qui mangeait le plus vite, le plus fort, .  »

Douglass a pour but de clouer le mensonge vanté par les esclavagistes – un mensonge qui persiste jusqu’à ce jour – que «leurs esclaves jouissent plus du même confort physique que la paysannerie de n’importe quel pays dans le monde. En vérité, les rations consistaient en une allocation mensuelle d’un boisseau de maïs de troisième qualité, de porc mariné (qui était «souvent entaché») et de «harengs de qualité inférieure» – à peine suffisants pour soutenir les hommes et les femmes adultes face à leurs travaux pénibles dans le domaine. Tous les esclaves, cependant, n’étaient pas si mal nourris. En attendant la «table étincelante de la grande maison» – une table chargée des plus belles viandes, de la bonté de la baie de Chesapeake, des plateaux de fruits, des asperges, du céleri et du chou-fleur, du fromage, du beurre, de la crème et des meilleurs vins et eaux-de-vie de France – était un groupe de serviteurs noirs choisis pour leur fidélité et regards gracieux. Ces serviteurs brillants constituaient «une sorte d’aristocratie noire», écrivait Douglass. En les élevant, le propriétaire de l’esclave jouait le vieux truc de diviser pour mieux régner, et cela a fonctionné. La différence, écrivait Douglass, «entre ces quelques privilégiés, et la multitude des foules des quartiers et des champs, était immense.

Les «multitudes affamées» firent ce qu’elles pouvaient pour compléter leurs faibles régimes. «Ils ont fait cela en chassant, en pêchant, en cultivant leurs propres légumes – ou en volant», dit Frederick Douglass Opie, professeur d’histoire au Collège Babson, qui, bien sûr, porte le nom du militant. « Dans leur univers moral, ils ont pensé, ‘Vous m’avez volé, vous m’avez maltraité, donc de vous voler est tout à fait normal. «Si on le prenait, disons, en mangeant une orange du jardin de fruits abondant du propriétaire, la punition était une flagellation. Quand même ceci s’est avéré futile, une barrière de goudron a été érigée autour du fruit interdit. Celui dont le corps portait la moindre trace de goudron fut brutalement fouetté par le chef jardinier.

 

Mais si la privation était une forme de contrôle, une bien plus insidieuse et malveillante était les vacances annuelles de Noël, où la gourmandise et la consommation excessive d’alcool étaient presque obligatoires. Pendant ces six jours, les esclaves pouvaient faire ce qu’ils voulaient, et pendant que quelques-uns passaient du temps avec une famille lointaine, chassaient ou travaillaient chez eux, la plupart étaient heureux de s’engager dans des sports, «jouer du violon, danser et boire du whisky; Ce dernier mode de dépenser le temps était de beaucoup le plus agréable aux sentiments de nos maîtres … Il a été jugé une honte de ne pas se saouler à Noël. Pour encourager les cintreuses de whisky, les «maîtres» prenaient des paris pour voir qui pouvait boire le plus de whisky, ce qui «amena des multitudes à boire en excès».

Le but néfaste de ces fantaisies était d’assimiler la dissipation à la liberté. A la fin des vacances, écœurés par l’excès d’alcool, les hommes à la gueule de bois croyaient que nous étions presque aussi esclaves de l’homme que du rhum. Douglass écrivait ainsi: «Nous sommes sortis de la boue de notre vautour, avons pris un long souffle et nous sommes allés au champ, nous sentant, dans l’ensemble, plutôt heureux d’aller, de ce que notre maître nous avait trompé en croyant Liberté, de retour aux bras de l’esclavage. « 

Douglass évoque encore plus furieusement ces orgies obligatoires – il les appelle «partie intégrante de la grossière fraude, du tort et de l’inhumanité de l’esclavage» – qu’à d’autres formes plus directes de cruauté.

«C’était une forme de pain et de cirque», dit Opie. «On donnait aussi aux esclaves des boissons enivrantes, de sorte qu’ils n’auraient pas le temps de songer à s’enfuir … Si tu ne l’avais pas pris, tu étais considéré comme ingrat, c’était une forme de contrôle social.

Quand il avait environ 8 ans, Douglass a été envoyé à Baltimore, qui s’est avéré être un tournant dans sa vie. La maîtresse de la maison lui a donné le cadeau le plus précieux dans sa vie – elle lui a enseigné l’alphabet. Mais quand son mari lui a interdit de continuer – enseigner aux esclaves à lire et à écrire était un crime – elle a immédiatement arrêté ses leçons.

C’était trop tard. Le petit garçon avait eu un coup d’oeil dans le monde transformateur de mots et était impatient d’en apprendre davantage. Il l’a fait en échangeant des morceaux de pain – il y avait libre accès; À Baltimore, les codes urbains de l’esclavage étaient moins sévères que dans le Maryland rural – pour les leçons d’alphabétisation. Ses professeurs étaient des enfants blancs du quartier, qui savaient lire et écrire, mais n’avaient pas de nourriture. «Ce pain que j’avais l’habitude d’accorder aux petits ours affamés qui, en retour, me donnerait ce pain plus précieux de la connaissance,» Douglass a écrit dans l’une des lignes les plus émouvantes dans le récit.

«Cela montre aussi l’ingéniosité des esclaves, dit Opie, et comment ils ont trompé et empoigné tout ce qu’ils avaient à faire.

Aujourd’hui, quand on pense à Frederick Douglass, l’image qui vient à l’esprit est celle d’un homme distingué, aux cheveux gris, en costume double-breasted. Il est difficile de l’imaginer comme un garçon à moitié affamé, vêtu d’une chemise grossière, à genou, qui dormait sur le sol dans un sac de maïs qu’il avait volé. Comme il l’a écrit dans Narrative, «mes pieds ont été si fissurés par le gel, que la plume avec laquelle j’écris pourrait être posée dans les coupes.

C’est une image déchirante – rachetée par un petit mot, «stylo». Une plume qu’il brandissait avec passion, clarté et ironie pour tuer la vie hors de l’esclavage.

Traduit par la Team OJAL du texte de Nina Martyris, journaliste basée à Knoxville, Tenn.

Laisser un commentaire