fbpx

10 citations incroyables qui clarifient le racisme aux personnes qui prétendent ne pas le voir

Dans un New York Times entrevue 2011, l’acteur Samuel L. Jackson a déclaré:


« Les gens connaissent le (Ku Klux) Klan et le racisme affiché, mais la destruction de son âme petit à petit, jour après jour, est bien pire qu’une personne venant dans votre maison vous lyncher. »

Comédien-acteur Dave Chappelle explique le racisme:


« Certaines choses comme le racisme sont institutionnalisés. Il se peut que vous ne connaissiez aucun raciste. Vous vous dites » Eh bien, je ne déteste pas les Noirs, donc je ne suis pas raciste », mais vous bénéficiez du racisme, par le simple mérite de la couleur de votre peau. 

Les possibilités que vous avez, vous êtes privilégié d’une manière que vous  ne pouvez même pas réaliser parce que vous n’avez pas été privé de certaines choses. Nous avons besoin de parler de ces choses pour qu’elles changent « .


Sur son blog, Scott Woods Makes Lists, le poète Woods a affiché:


« Le problème c’est que les Blancs voient le racisme comme de la haine consciente, alors que le racisme est plus grand que cela. Le racisme est un système complexe de leviers et de poulies mis en place il y a plusieurs générations pour continuer à servir les intérêts des Blancs au détriment des autres, que les Blancs le sachent ou non, ou qu’ils soient d’accord ou non. Le racisme est une maladie culturelle insidieuse. Il est si insidieux qu’il ne se soucie pas de savoir si vous êtes un « blanc qui aime les Noirs »; il est toujours là pour trouver un moyen d’affecter la façon dont vous interagissez avec des personnes qui ne vous ressemblent pas ».

« Oui, le racisme ressemble à de la haine, mais la haine est juste une manifestation. Le privilège en est une autre. L’accès en est une autre. L’ignorance en est une autre. L’apathie en est une autre, et ainsi de suite. Ainsi, je suis d’accord avec les gens qui disent que personne ne naît raciste, mais le système dans lequel nous naissons l’est. C’est comme l’air, vous le respirez dès que vous naissez. « .

« Ce n’est pas un rhume que vous avez à guérir. Il n’y a pas de classe de diplôme anti-raciste. C’est un ensemble de pièges socio-économiques et de valeurs culturelles qui sont déclenchés à chaque fois que nous interagissons avec le monde. C’est une chose que vous devez écoper hors du bateau de votre vie pour empêcher de vous y noyer. Je sais que c’est un travail difficile, mais c’est le prix à payer pour tout posséder ».


L’écrivain nigérian Chimamanda Ngozi Adichie écrit dans sa fiction de 2006, Half of a Yellow Sun:


« Richard soufflait. C’était comme si quelqu’un saupoudrait du poivre sur sa blessure: Des milliers d’habitants du Biafra étaient morts, et cet homme voulait savoir s’il y avait du nouveau à propos de la mort d’un blanc. Richard écrira à ce sujet, la règle du journalisme occidental:. Une centaine de morts Noirs équivaut à un mort blanc « 


L’auteur Michelle Alexander pose dans son livre, The New Jim Crow: Mass Incarceration in the Age of Colorblindness:


« Plus de 2 millions de personnes se sont retrouvés derrière les barreaux à la fin du XXe siècle, et des millions d’autres ont été relégués aux marges de la société en général, relégué à un espace politique et sociale un peu comme Jim Crow, où la discrimination à l’emploi, au logement et à l’accès à l’éducation était parfaitement légal, et où ils pouvaient se voir refuser le droit de vote « .

« Le système fonctionnait presque automatiquement et le système dominant de significations raciales, d’identités et des d’idéologies semblait déjà naturelles. 90% de ceux qui sont admis en prison pour des délits de drogue dans de nombreux états étaient noirs ou latinos, mais l’incarcération de masse des communautés de couleur a été expliqué en termes de race neutre, une adaptation aux besoins et aux exigences du climat politique actuel « .


Sur son compte Tumblr la poète Nayyirah Waheed écrit:


« Ne faites jamais confiance à quelqu’un affirmant ne pas faire attention à la couleur. Cela signifie pour eux, que vous êtes invisible. « 


Sur une Avril 2014 épisode de The Daily Show, animateur Jon Stewart a ironisé:


« Le constat est sans appel, il est clair que nous avons fait d’énormes progrès pour dire à tout le monde que le racisme est une mauvaise chose. Là où nous semblons avoir laissé tomber … c’est d’enseigner aux gens ce qu’est le racisme en fait … ce qui permet aux gens de dire des choses incroyablement racistes tout en insistant qu’ils ne le seraient jamais « .


Dans une interview 2013 Truthout.org, linguiste et analyste politique Noam Chomsky a déclaré:


« La police peut aller au centre-ville de Harlem et ramasser un enfant avec un joint dans les rues. Mais ils ne peuvent pas aller dans les appartements élégants et obtenir un courtier en valeurs mobilières qui a renifler de la cocaïne. « 


Dans “Correcting the Balance », un entretien avec Nalo Hopkinson (Le Chaos) par l’éditeur Terry Bisson, l’auteur d’origine jamaïcaine a déclaré:


« Il y a beaucoup de lecteurs qui se targuent de ne pas prêter attention à l’identité de leurs auteurs préférés. Certains d’entre eux pensent qu’ils ne sont pas discrimés. Je ne connais personne qui ne le soit pas, moi y compris. Mais disons que pour la commodité du raisonnement que ces lecteurs particuliers, en fait, ne sont pas discriminés « . 

« Combien de livres d’auteurs noirs pensez-vous que vous trouverez sur les étagères? Ce serait une chance s’ils y étaient tous, quoiqu’il en soit, ils seront largement dépassés par les livres d’auteurs blancs. Pas nécessairement parce que ces lecteurs vont délibérément choisir des auteurs blancs. Ils ne doivent pas nécessairement. Le statu quo le fait pour eux « . 

« Donc, ces lecteurs « auto-satisfaits », « je ne sais pas » sont en fait des lecteurs « je ne me soucient pas assez pour aller au-delà de mon nez ». Soit. Trop de causes, pas assez de temps, disons. Mais il ne faut pas prétendre que l’indifférence et le refus d’apporter des changements positifs constituent un progrès « .


Dans un de ses écrits enregistrées dans The Philosophy and Opinions of Marcus Garvey or Africa for the Africans, Garvey a écrit:


« Il est regrettable que nous devions nous trouver en cette époque le seul groupe désorganisé. D’autres ont eu l’avantage de l’organisation depuis des siècles, ainsi ce qui leur semble nécessaire, d’un point de vue racial, devient nécessaire pour nous autres qui avons constamment dut à travailler sous le poids de la dispersion et de l’absence d’objectif racial. « 

Source : http://ontheblacklist.net/ 

Traduction #TeamOjal

Laisser un commentaire