Une rencontre panafricaine à Accra pour discuter des stratégies à adopter pour unir les Africains - Elimu

Une rencontre panafricaine à Accra pour discuter des stratégies à adopter pour unir les Africains

En septembre 2018, de grands panafricanistes se réuniront à Accra, au Ghana, pour célébrer l’anniversaire du docteur Kwame Nkrumah et discuter des moyens de faire avancer l’agenda « Africa Must Unite ».

Parmi les personnalités marquantes figureront les vétérans panafricanistes Ernest Wamba dia Wamba et Cosmas Musamali du Parti socialiste zambien, le professeur Akilagpa Sawyer, ancien vice-chancelier de l’Université du Ghana, des mouvements de jeunes et d’étudiants, des représentants des syndicalistes tri-continentaux et de premier plan. de toute l’Afrique.

Surnommée la « Troisième conférence panafricaniste aujourd’hui », elle se tiendra à Accra, au Ghana, du 21 au 23 septembre 2018, sous le thème « Unifier les luttes des masses contre le capitalisme et l’impérialisme ». Cette conférence est la troisième d’une série des conférences organisées par « Pan-Africanism Today », une organisation de socialistes panafricains basée en Afrique australe.

Panafricanisme aujourd’hui

Le document d’information pour la conférence a noté que le panafricanisme a toujours été consacré à l’émancipation du continent africain et de tous les Afrodescendants du monde, de l’exploitation et de l’oppression.

Selon les mots de Cosmas Musali, « le panafricanisme concerne encore l’émancipation: cette fois-ci du néocolonialisme et du capitalisme néolibéral qui a perpétué l’exploitation et l’oppression des masses travailleuses ».

Cosmas Musali
 

Le panafricanisme aujourd’hui est donc l’expression d’une lutte de classe au sein de l’ordre capitaliste mondialisé. Toutefois, le panafricanisme d’aujourd’hui doit être compris comme une lutte de classe globale intégrant les dimensions économique, politique, sociale, culturelle, spirituelle, de genre et environnementale. La victoire n’est ni possible ni durable sans une intégration complète de toutes ces dimensions dans la lutte.

En résonance avec la pensée de Kwame Nkrumah, le panafricanisme d’aujourd’hui doit atteindre un caractère socialiste. Le socialisme est le seul cadre de référence qui permettrait au continent africain de:
a) surmonter l’hégémonie de la classe dirigeante néolibérale, 
b) permettre aux masses ouvrières exploitées et opprimées d’assumer le pouvoir de l’État, la vie politique, sociale et culturelle sous un véritable contrôle démocratique à travers un processus révolutionnaire. 

Première conférence panafricaniste – Lusaka

En 2016, le Comité de la liberté de la presse de Post Newspapers Limited, basé en Zambie, a organisé une conférence internationale sur le thème « Panafricanisme aujourd’hui » du 25 au 27 mars à Lusaka, en Zambie. Le but de la conférence était d’examiner de manière critique le contexte contemporain, le consensus sur les points d’action susceptibles de faciliter l’apprentissage collectif et l’implication des mouvements populaires dans la construction du panafricanisme.

La conférence a attiré des participants de 11 pays africains (Burkina Faso, Nigéria, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Kenya, Tanzanie, Mozambique, Zimbabwe, Afrique du Sud, Maurice et Zambie) ainsi que de neuf pays hors du continent africain ( à savoir les États-Unis d’Amérique, Trinité-et-Tobago, le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur, l’Argentine, le Brésil, l’Inde et la France).

La conférence de 2016 a également reconnu que le terme socialisme devait, cependant, reconquérir l’espace public qu’il avait perdu au cours des deux dernières décennies. L’effondrement des pays socialistes en Europe de l’Est et l’hégémonie idéologique du capitalisme néolibéral ont exacerbé la situation. Cuba, la Bolivie, le Venezuela et plusieurs autres pays fournissent aux participants à la conférence un point de référence dans ce débat.

Le socialisme est de retour dans le discours public et ses vertus continuent d’offrir de l’espoir à des millions de personnes marginalisées et opprimées dans le monde. La jeune génération africaine est désillusionnée par l’inhumanité, la corruption et l’inégalité inhérentes au capitalisme néolibéral. Par conséquent, comprendre et embrasser le socialisme est le premier pas vers la création d’un avenir meilleur, en particulier pour la jeunesse africaine.

Cependant, un panafricanisme socialiste exige un véhicule robuste composé d’un réseau de partis politiques, de mouvements populaires, de syndicats, d’organisations paysannes, d’organisations féminines, d’organisations de jeunesse et d’autres entités progressistes sur le continent et dans le monde entier. Ce véhicule doit encore être construit.

La conférence de Lusaka a fourni les premières « parties » à l’assemblage de ce véhicule. Des travaux plus systématiques sont nécessaires dans les mois et les années à venir dans ce contexte.

À court et à moyen terme, les principaux domaines d’intervention sont les suivants:
a) constituer une coalition anti-impérialiste panafricaine de travailleurs, de paysans, d’étudiants, d’intellectuels progressistes et d’autres mouvements; et
b) approfondir la compréhension collective des complexités du capitalisme mondialisé et de la réponse panafricaine requise pour la consolidation et le renforcement de la lutte des classes.

Ernest Wamba dia Wamba
 


Deuxième conférence tunisienne

La deuxième conférence « Panafricanisme aujourd’hui », qui s’est tenue à Borj Cédria, en Tunisie, du 30 juin au 2 juillet, a attiré environ 200 participants de 39 pays. Le thème de la conférence était « Construire une plateforme socialiste plus forte pour l’Afrique ».

La deuxième conférence panafricaine a observé que l’impérialisme impulsé par le capital financier et les sociétés multinationales se renforçait par des méthodes plus sophistiquées pour maintenir le statu quo sur le continent.

La conférence s’est conclue par un engagement des participants aux luttes révolutionnaires – celles qui visent à transformer notre continent en une société plus humaine, plus prospère et plus pacifique axée sur les valeurs socialistes.

Cela a permis de mettre l’accent sur l’émancipation de la classe ouvrière contre le néocolonialisme et le capitalisme néolibéral. La conférence a porté sur les questions de genre, d’inégalité, d’économie, de culture et de politique liées aux caractéristiques et aux principes socialistes.

Troisième conférence « Panafricanisme aujourd’hui »

La troisième conférence du Panafricanisme d’aujourd’hui se tiendra sous la bannière « Unifier les luttes des masses contre le capitalisme et l’impérialisme » au Ghana du 21 au 23 septembre 2018.

La troisième conférence est liée aux préparatifs de l’Assemblée internationale des mouvements et organisations populaires qui se tiendra au Venezuela en février 2019. La résolution de la troisième conférence panafricaine constituera donc la contribution panafricaine à l’unité de la classe et de lutte contre le capitalisme et l’impérialisme en Afrique et dans le monde.

La conférence d’Accra réunira des jeunes panafricanistes d’Afrique et de la diaspora, des universitaires tri-continentaux, des jeunes de la Emerging Leaders Foundation basée à Nairobi au Kenya et l’Institut panafricain basé à Accra, au Ghana. Les grandes lumières des figures historiques du mouvement panafricain, y compris le penseur panafricain leader, Cosmas Musamali; Ernest Wamba dia Wamba, historien, philosophe et ancien guérillero en République démocratique du Congo, le professeur Akilagpa Sawyer du Ghana et des membres éminents de l’Union nationale des mineurs en Afrique du Sud.

 

Professor Akilagpa Sawyer

La conférence d’Accra examinera des questions telles que:

la nouvelle ruée vers l’Afrique: manifestations et conséquences; la militarisation du continent africain – objectifs et implications;
– luttes syndicales sur le continent;
– luttes paysannes et souveraineté alimentaire;
– luttes féministes : combattre les structures patriarcales et la conscience de classe au sein de conflits ethniques et régionaux inspirés par le continent;
– mouvements de jeunes et d’étudiants.

La conférence d’Accra sera également l’occasion de permettre aux panafricanistes d’examiner les résultats des conférences Panafricanistes d’aujourd’hui, du 8ème Congrès panafricain d’Accra et de célébrer la vie et l’époque de Kwame Nkrumah dont les Ghanéens célèbrent l’anniversaire en septembre 2018. .

Kwame Nkrumah et Abdel Nasser

Source : www.pambazuka.org
Traduit par la Team OJAL 

 

Laisser un commentaire