fbpx

Une Afrodescendante met au point un traitement contre le cancer du sein pour les femmes africaines



Une femme sierra-léonaise est au point de faire quelque chose de grand :  

Sandra Musujusu, étudiante à l’Université africaine des sciences et technologies à Abuja, au Nigéria, serait en train de développer un traitement alternatif pour un type de cancer du sein qui touche principalement les femmes d’ascendance africaine.

Le Nigerian Tribune rapporte que cette nouvelle a été rendue publique lorsque le Dr Jaime Saavedra Chanduvi, directeur de la Banque mondiale pour l’éducation et son équipe ont visité l’Université lors d’une visite des 10 centres africains d’excellence. Les recherches de Musujusu relèvent de l’Institut panafricain des matériaux (PAMI), qui est un centre d’excellence africain de l’Université africaine de science et de technologie (AUST), financé par le gouvernement nigérian et bénéficiant d’un crédit de la Banque mondiale.

Des soins pour les femmes africaines

Musujusu a ainsi déclaré à la tribu nigériane:

«Mes recherches sont en réalité centrées sur le développement de polymères biodégradables pour le traitement du cancer du sein. Je me concentrerai sur le cancer du sein triple négatif, qui est en réalité le sous-type agressif du cancer du sein qui est commun aux femmes d’origine africaine. « 


En Afrique, le cancer du sein est responsable d’un cancer diagnostiqué sur quatre et d’un décès par cancer sur cinq. Selon Vanderpuye, dans une revue intitulée An update on the management of breast cancer in Africa, « l’incidence du cancer du sein en Afrique continue d’augmenter et devrait doubler d’ici 2050″. Elle a également mis en évidence une incidence plus élevée de cancer de type triple négatif que Musujusu est sur le point de traiter.

Les femmes entrepreneures se soutiennent les unes les autres

Musujusu a bénéficié de l’initiative PAMI, qui fait partie de l’engagement de la Banque mondiale de 10 milliards de dollars, visant à encourager la recherche de pointe et à trouver des solutions aux problèmes rencontrés sur le continent. Elle est un exemple classique de ce qui se passe lorsque les femmes africaines sont autonomisées dans la société; elle a déclaré:

« Je pense qu’il y a un avenir brillant pour l’Afrique, et en tant que femme, nous pouvons faire beaucoup plus si nous sommes autonomisés. . Ce prix qui m’a été attribué par PAMI m’a permis de faire face à mes études avec plus de confiance et de contribuer réellement à repousser la frontière de la connaissance tout en faisant progresser l’Afrique. ”


Son travail n’est pas seulement une bonne nouvelle pour les Africains mais pour toutes les femmes noires du monde. Selon la Susan G Komen Organization, rien qu’aux États-Unis, les femmes noires atteintes du cancer du sein ont le taux de mortalité le plus élevé de toutes les « races » et le cancer du sein est la deuxième cause de décès par cancer chez les femmes noires. Le travail de Musujusu transcendera donc les frontières et aura un impact global. C’est le meilleur type d’autonomisation: permettre à votre peuple de vivre.

De tels développements inciteront le monde à trouver des solutions durables à une maladie faisant de nombreuses victimes. Il est louable que Musujusu ait placé l’Afrique au cœur de la discussion. En 2016, des scientifiques sud-africains ont découvert un lien entre un type particulier de résistance au paludisme et la probabilité de propagation du cancer chez certains patients d’ascendance africaine. Geoffrey Siwo, l’un des chercheurs scientifiques à l’origine des résultats, a déclaré: «Nous essayons de trouver des solutions à long terme, de nouvelles façons de traiter le cancer, la tuberculose, le sida et le VIH. Ces réponses ne peuvent être trouvées que par l’engagement de jeunes scientifiques d’Afrique. »

Source : www.africanexponent.com
Traduit par la Team OJAL


Laisser un commentaire