fbpx

Tiré Machèt, l’art de combat haïtien

Découvrez l’art martial haïtien, le Tiré Machèt
 
 


En Haïti, l’art traditionnel de combat de machettes fait l’objet de nombreux noms, parmi lesquels Tiré Machèt . Tiré Machèt a ses racines dans la Révolution d’Haïti, lorsque les révolutionnaires ont souvent été forcés de se battre avec moins de fusils que de soldats. Sa combinaison de techniques africaines de lutte contre les bâtons et d’escrime européenne s’est révélée très efficace à la fois dans le combat et comme moyen d’autodéfense individuelle. Depuis lors, une multitude de styles et de méthodes de formation ont proliféré. Bien que beaucoup de ces pratiques restent cachées dans le secret, l’escrimeur haïtien Alfred Avril a invité les étrangers à apprendre cet art martial à venir en Haïti pour s’entraîner avec lui. 

En général, Tire Machèt est pratiqué dans le secret relatif. Les traditions familiales sont une possession étroitement surveillée pour être transmises à travers les générations, et seuls les membres de confiance de la communauté sont autorisés à participer (ou même à observer) des sessions de formation. Les étudiants de plus, doivent démontrer une grande loyauté envers leur «professeur» d’escrime afin d’être admis.

Jean-Louis Michel
 


En Haïti, avant la Révolution de 1791-1804 (quand on l’appelait Saint-Domingue), les esclaves d’ascendance africaine luttaient pour conserver leurs pratiques traditionnelles de combat de bâton en organisant des compétitions clandestines appelées Kalenda. Parallèlement, beaucoup de personnes noires libres ont cherché un progrès social par le service dans l’armée française, où elles ont été introduites dans les techniques européennes d’escrime de sabre. Notamment, l’escrimeur haïtien Jean-Louis Michel était l’un des tireurs européens les plus accomplis de l’ère napoléonienne. Au cours de la révolution, les machettes ont joué un rôle important dans le combat, car les insurgés étaient souvent incapables de fournir des armes à feu et des munitions à tous leurs soldats. Peu à peu, les éléments africains et européens ont commencé à fusionner en une seule tradition synthétique des arts martiaux. Au cours de l’histoire haïtienne, Tire Machèt a servi principalement comme moyen de légitime défense individuelle chez les agriculteurs qui travaillent jour après jour avec une machette en main à ce jour.

 


Bien que, de quelque façon, Tire Machèt ressemble à des méthodes historiques d’escrime de sabre européenne, elle ressemble bien à d’autres racines: les arts martiaux africains comme la Capoeira et les formes de lutte contre le bâton actuellement pratiquées en Afrique. Par exemple le Tahlib, art martial pratiqué en Afrique du nord et originaire d’égypte.

La survie de ces racines – les traditions africaines en Haïti est une source incontournable de sa richesse culturelle. Peut-être étonnamment, beaucoup de ces traditions sont aujourd’hui plus fortes en Haïti que partout en Afrique en raison de la mesure dans laquelle, au cours du dix-neuvième siècle, lorsque la majeure partie de l’Afrique était envahie par les puissances coloniales, Haïti souffrait de l’isolement international le plus complet imaginable. 

Le fait que les esclaves aient réussi à renverser leurs maîtres et à mettre en place leur propre gouvernement était un anathème pour l’idéologie raciste des sociétés esclavagistes tout autour d’elles, et ces sociétés ont répondu en coupant presque tous les contacts avec Haïti (à l’exception de la négociation sur le marché  mais avec des relations de marché des plus désastreux) depuis plus de 100 ans. Cet isolement, tout en étant dévastateur économiquement, a également permis de protéger les traditions africaines – de la musique et de la danse à la religion et à la peinture – pour prospérer.

Pour en savoir plus sur l’histoire de Tire Machèt et d’autres arts martiaux de la diaspora africaine, voir l’excellent travail de T.J. Desch-Obi. Vous pouvez lire les sections de son livre Fighting for Honor: The History of African Martial Art Traditions in the Atlantic World. Pour en savoir plus sur la Révolution d’Haïti, voir notamment Avengers of the New World: The Story of the Haitian Revolution par Laurent Dubois.

Papa Machèt ou Alfred Avril
 
Alfred Avril ou Papa Machèt, dont la propriété se trouve sur les pentes boisées de Cap Rouge, juste à l’extérieur de la ville de Jacmel, était le dépôt d’une telle tradition d’escrime familiale. À première vue, un agriculteur de subsistance modeste, il était un maître d’art martial qui s’était formé à Tiré Machèt depuis son enfance, initialement sous la tutelle de son père. Au cours de sa vie, il a continué la tradition en tant que «professeur» respecté de Tire Machèt à son propre droit, en train d’instruire ses fils, petits-fils, nièces, neveux et autres membres de sa communauté tranchante dans l’art ésotérique de la machette combat. Voyez plutôt le documentaire produit par la société Third Horizon et réalisé par Jonathan David Kane, qui a été présenté au Festival international du film de Toronto en 2014 et au Festival du film de Sundance 2015 : 
 
Papa Machete « est un aperçu de la vie d’Alfred Avril, un agriculteur vieillissant qui vit dans les collines de Jacmel, en Haïti. Il est également le maître de l’art martial mystérieux de la clôture de la machette haïtienne, également connu sous le nom de Tire Machèt. L’enseignement de la valeur pratique et spirituelle de la machette, qui est à la fois une arme et une clé de survie pour l’agriculteur. Avril fournit un pont entre le passé traditionnel de son pays et son présent troublé. Le film documente sa fière dévouement à son héritage et à sa lutte pour Maintenez-le vivant face à la mondialisation contemporaine
 
 
Source : HaitianFencing.org 
Traduit par la team OJAL

Laisser un commentaire