Archives des #SuprématieBlanche - Elimu

NYC verse plus d’un million de dollars en règlement de litige aux éducateurs noirs qui ont été pris pour cible par une directrice raciste

La ville de New York doit payer plus d’un million de dollars en réparations aux éducateurs qui ont souffert sous le mandat d’un directeur raciste.

Le paiement est le résultat d’un procès intenté par le ministère américain de la Justice contre le ministère de l’Éducation de New York en 2016, comme l’a rapporté le New York Daily News. Trois enseignants et un directeur adjoint ont affirmé que la directrice Minerva Zanca avait eu une vendetta contre les enseignants noirs du Pan American High School pendant l’année scolaire 2012-2013.

La ville de New York est poursuivie en justice après qu’un directeur d’école ait comploté contre ses employés noirs. (Photo: capture d’écran / YouTube)

L’ancien directeur adjoint Anthony Riccardo a accusé Zanca de lui avoir fait pression pour qu’il donne aux employés noirs des évaluations de faible performance afin de lui permettre de s’en débarrasser plus facilement. John Flanagan et Heather Hightower, deux professeurs noirs non titulaires, étaient les cibles principales du mépris de Zanca. Riccardo a déclaré que Zanca avait donné au couple des critiques négatives avant de faire une observation de leur travail, selon un communiqué de presse du bureau du procureur américain à Manhattan.

Zanca a également fait des commentaires racistes en présence de Riccardo. Elle lui a dit que Hightower «ressemblait à un gorille dans un pull» et a déclaré qu’elle ne pouvait «jamais» porter de «f-g couche-culotte» comme Hightower. Les commentaires de Zanca sur Flanagan se sont concentrés sur ses lèvres. Elle a demandé à Riccardo s’il avait vu les «grosses lèvres de Flanagan trembler» lors d’une réunion et l’a comparé à un homme noir dans une publicité Tropicana «avec ces mêmes lèvres».

Voir aussi: se former au plus près des meilleurs pédagogues et formateurs afro

Tous deux sont partis à la fin de l’année scolaire après des critiques négatives de Zanca. Hightower et Flanagan ont reçu respectivement 500 000 $ et 362 500 $ de la poursuite.

Lisa-Erika James, qui était titulaire, a également souffert sous l’administration de Zanca. James a dirigé un programme de théâtre très réussi à Pan American jusqu’à ce que le principal arrache le financement, entraînant des annulations. Zanca dirait à James qu’il n’y avait pas d’argent disponible pour ses productions, alors qu’en réalité, elle avait simplement redirigé les fonds ailleurs. Elle a également fait pression sur Riccardo pour donner à James une évaluation de performance négative.

Riccardo a refusé de punir l’un des professeurs, alors Zanca a dirigé sa colère contre lui. Elle l’a accusé de «saboter son plan», lui a donné une évaluation négative des performances et l’a fait escorter hors du bâtiment par la sécurité. Riccardo a reçu 175 000 $ du règlement.

James porte son affaire devant les tribunaux, le procès commence ce mois-ci. L’affaire fédérale contre la ville reste également ouverte.

« Il est presque impensable que, de nos jours, que l’un des districts scolaires les plus grands et les plus diversifiés des États-Unis permette à la discrimination raciale et aux représailles de prospérer », a déclaré le procureur américain du district sud de New York, Preet Bharara, en juin 2016 alors que le ministère de la Justice a lancé son propre procès contre la ville de New York.

«C’est pourtant ce qui, selon nous, s’est produit au Pan American International High School. Les lois fédérales sur les droits civils interdisent cette inconduite. Cette poursuite vise à remédier aux violations survenues à Pan American et à garantir que le Département de l’éducation de New York protège les droits civils de ses employés à l’avenir. »

Traduction Team Elimu

source

 

J’ai rompu avec elle parce qu’elle est blanche

Quand il s’agit de rencards, je préfère ne pas réfléchir à la notion de race, mais c’est quelque chose de difficile à ignorer.

 

O.K., permettez-moi de vous le dire franchement. Je pense que j’ai rompu avec ma dernière petite amie parce qu’elle est blanche. En fait, non, j’ai clairement rompu avec elle parce qu’elle est blanche.

Tout d’abord, un peu d’histoire: quand j’étais enfant, regarder mon père se préparer à sortir était quelque chose à voir. Il passait des heures à préparer son masque chaque matin pour je ne sais qui dehors, la personne ou la communauté à laquelle il faisait face. Un rasage frais suivi d’une tonne d’eau de Cologne (il est dominicain, et il est important pour lui que les gens sachent qu’il vient et qu’il est là), puis se sèche les cheveux pour obtenir cette coiffe parfaite.

Même des années plus tard, mon vieux mettaient encore plus de temps à se préparer que ma mère et ma soeur réunies, colorant délicatement  tous les poils gris errants qui pourraient apparaître dans sa barbiche.

Je lui demanderais: pourquoi? À quoi ça sert?

Il expliquerait qu’en tant que jeune homme en République dominicaine, vous deviez travailler si dur pour vous perfectionner, préparer votre masque, de sorte que lorsqu’une jeune femme européenne ou américaine passait, elle pouvait vous choisir, comme il le disait, pourrait vous ramener chez elle. Comme si c’était votre seule issue.

Plus tard, il s’est rendu à New York, où il a rencontré ma mère, qui est colombienne. Il était marié maintenant et n’avait plus à être «choisi». Mais les habitudes ancrées à l’adolescence peuvent être difficiles à briser.

J’ai donc appris très tôt à quel point il était important d’être «choisi», sélectionné. Sélectionné par qui est devenu et reste mon dilemme.

Cela fait un an que j’ai rompu avec ma petite amie, et je ne lui ai pas dit la vraie raison. J’en ai parlé, en marmonnant un truc dans le genre que j’essayais de savoir qui j’étais. Elle ne comprenait pas. Je ne suis pas sûr de me comprendre non plus. Il n’y avait rien de mal avec elle.

Je ne sais pas vraiment quel était mon point de basculement. C’est juste arrivé comme ça. À 30 ans, je me suis réveillé un jour, j’ai pris une profonde inspiration, je l’ai regardée et je me suis dit: «Je ne pense plus pouvoir sortir avec des femmes blanches.

Peut-être que je n’aurais pas rompu avec elle s’il n’y avait pas eu tout ce jugement. Au fil des ans, j’ai fréquenté des femmes brunes et noires, mais surtout des femmes blanches. Je n’avais pas pensé à pourquoi, mais quand des bruns et des noirs de ma communauté ont commencé à me donner du mal à sortir avec des femmes blanches, j’ai senti qu’elles seraient plus heureuses si j’arrêtais.

J’ai également eu des vibrations étranges de la part de certains blancs, à savoir les parents des femmes avec qui je sortais. Comme ceux qui – même après avoir fréquenté leur fille pendant six mois – pensaient toujours que j’étais de Porto Rico. Je ne suis même jamais allé à Porto Rico.

Ou ceux qui ont dit en me rencontrant: « Oh, j’adore‘ Buena Vista Social Club. ’»

Oui, c’est sûr, c’est un grand film, mais il en est de même pour « Gladiator ».

Et ceux qui m’ont demandé si je parlais mexicain. Oui, tout cela a éxisté. Il en va de même pour le père qui a ouvert la porte et a dit: «Désolé, ce n’est pas la nuit des tacos», puis l’a refermé sur mon visage, seulement pour l’ouvrir à nouveau parce qu’il «plaisantait».

J’ai été avec des gens dans les épiceries qui pointent leur doigt vers le dulce de leche (confiture de lait ndlr) et disent: « Regarde, Chris, c’est toi. » En fait, je suis intolérant au lactose.

Mais la vraie raison pour laquelle je pense que je ne peux plus sortir avec des femmes blanches n’est pas tout ça. C’est parce que dans la société actuelle qui se réveille avec des hashtags, il y a une pression folle pour se réveiller avec des hashtags. Être conscient des implications de qui vous attire et pourquoi. Ce qui signifie qu’aux yeux des autres, la couleur des femmes avec qui je sors est très importante. Comme si j’étais le problème. Comme si je trahissais mon peuple si je sortais avec des femmes blanches.

Mais on m’a appris que nous étions tous un seul peuple!

Je vois des gens qui me regardent d’un œil puant, le nez retroussé, comme s’ils pensaient que les gens noirs et bruns seraient mieux en quelque sorte si je jetais ma petite amie blanche. C’est beaucoup de pression. Avec chaque œil vigilant, les chuchotements de «Choisissez un côté, Chris, choisissez un côté», remplissent mon esprit déjà bruyant.

J’ai commencé à lire James Baldwin, Ta-Nehisi Coates et d’autres auteurs noirs et bruns à la recherche de conseils, d’une feuille de route, d’une aide sur ce que signifie être un homme brun dans le monde. Comme: Oui, nos corps ont été colonisés. Oui, je suis un enfant noir. Oui, le corps noir a fait plus pour la société qu’il n’en a obtenu en retour. Oui, la société semble vouloir embrasser beaucoup de choses associées à la noirceur sans être réellement noire.

Comment on est venu ici? Si tout le monde est si réveillé, pourquoi les choses sont-elles si terribles? Peut-être que tout le monde n’est pas si réveillé. Quoi qu’il en soit, que dois-je faire? Comment puis-je aimer en tant que corps brun dans le monde d’une manière qui rend tout le monde heureux? Je suis tombé amoureux d’une femme blanche et elle est tombée amoureuse de moi – aussi simple que cela – pourtant j’ai l’impression de faire la mauvaise chose en sortant avec elle.

Suis-je le problème ou tout le monde? Les femmes blanches me trouvent-elles attirantes ou me voient-elles comme une idée exotique qu’elles devraient trouver attirante? Est-ce que je trouve les femmes blanches attirantes ou les vois-je comme une idée exotique que je devrais trouver attirante? Est-ce que je sais même à qui je suis attiré ou pourquoi?

Je dois penser que mes préférences ont été au moins quelque peu façonnées par l’image omniprésente des hommes latins comme «L’amant», une image qui m’a me noue la gorge. Pas à cause de ce que nous aimons ou de qui nous aimons, mais comme une sortie, une façon d’être vu et d’être sauvé. Comme mon père l’a dit: « Peut-être qu’ils te choisiront. »

C’est un message amplifié par les films et la télévision, de «Save the Last Dance» à «Master of None» et des dizaines d’autres récits qui présentent tous, d’une manière ou d’une autre, un homme noir ou brun amélioré par le fait d’être avec un blanc femme.

Depuis que je suis enfant, j’ai intériorisé l’idée que la main que je tiens détermine ma valeur plus que mes propres mains. Que mon pouvoir n’a autant de valeur que la personne à mes côtés. Tout un système est codé en moi. Pourquoi la valeur de soi n’était-elle pas codée en moi?

Avant ma naissance, ma mère a dit à mon père qu’elle était enceinte à 3 heures du matin sur une plate-forme de métro de New York. Elle et mes parents se sont engagés à donner aux enfants tout ce qu’ils n’ont jamais eu, à s’efforcer et à réaliser et à subvenir à nos besoins, et en réponse à leur aspiration, certains dans leur monde ont pensé qu’ils abandonnaient leurs racines et essayaient de devenir autre chose. Ces gens leur ont dit: « Vous essayez d’être blanc maintenant? »

Qu’est-ce que cela signifie – essayer d’être blanc? Nous l’avons tous entendu (peut-être pas nous tous). Je l’ai dit. Si on y réfléchit, c’est vraiment juste un commentaire sur le pouvoir: « Chico, tu essayes d’avoir le pouvoir maintenant? »

Oui oui.

En vérité, le colorisme a toujours été une chose. L’aspiration à «améliorer la course» a toujours été une chose. Ma grand-mère et d’autres grands-mères et mères nous avertissaient: « Ne sortez pas avec quelqu’un de plus sombre que vous. Ne sortez pas avec des cheveux rêches, de grosses lèvres et de gros nez.  »

J’ai ramené à la maison une fille noire au lycée et ma tante a marmonné avec colère: « Oh, tu le vois et cette Negrita? »

J’aurais dû parler. «Eh, vas-y, arrête! Je me fiche de vos putains d’opinions sur la façon dont les gens sont sombres et à quel point leurs cheveux sont crépus. Vous avez déjà regardé de vieux albums de famille? Tu me regardes jamais? Vous êtes-vous déjà regardé? Nous ne sommes pas blancs. Pas même près.  »

Mais je n’ai rien dit. (« Choisissez un côté, Chris, choisissez un côté. »)

Alors je me tiens là, essayant de me réveiller, de ne pas sortir avec des femmes blanches et de me sentir un peu mal à ce sujet. Parce que je sort vraiment avec, et je pense que la décision de ne plus sortir avec des femmes blanches pourrait ne pas être la mienne, que toute décision de choisir un camp n’aide pas tout le monde, car comment pouvons-nous résoudre quoi que ce soit dans ce monde plein de hashtags machin sans nous séparer et nous isoler? Et aussi, je veux dire, beaucoup de femmes blanches sont vraiment cool.

De toute évidence, les femmes blanches sont cool. Toutes les femmes sont cool. Cool est un mot si simple, pas le mot que je veux utiliser en ce moment. Je ne veux pas juste dire cool. (Je ne devrais probablement même pas parler de sortir ou de ne pas sortir avec des femmes blanches. Ah, mec, ça ne va pas là où je le voulais -)

Quoi qu’il en soit, c’est moi qui désire ardemment, qui prie, tiens un journal, écrire, dialogue, organise un one-man show, souhaite beaucoup de chose, essaye de choisir un camp, me demander comment me choisir moi-même et essayer d’envelopper ma tête autour de cela, en espérant que je suis bien en train de faire un truc conscient, parce que quelque chose ne va pas bien.

Christopher Rivas est un conteur, acteur et créateur de « The Real James Bond Was Dominican! »

Traduit par Elimu

source

[Suprématie blanche]Ils voulaient un « génocide des Noirs » pour le Black Friday

L’histoire semble venir du fin fond de l’Apartheid. Les protagonistes sont encore à cette époque dans leur esprit visiblement. Le chef d’un groupe terroristo-religieux (décidément c’est à la mode) Harry Johannes Knoesen, a été arrêté le 29 novembre dernier par la Police Sud Africaine. Après deux ans d’enquête les policiers avaient découvert les plans de son organisation, les membres de la National Christian Resistance Movement (NCRM, Mouvement de résistance chrétien national) – ils se faisaient appeler « Crusaders » (« croisés »).

Ce petit monde de dégénérés avaient l’intention de créer un chaos, qui mènerait à une guerre raciale dont ils sortiraient vainqueurs d’un « génocide des Noirs ». L’histoire de l’Apartheid en somme…mais en 2019. « Il est important que nous soyons unis en tant que Nation Blanche, je sais qu’il y a de nombreux mouvements et j’ai rencontré certains de leur leaders » a-t-il dit avec un fort accent Afrikaner dans une vidéo qui a depuis fuité.

Le dégénéré Harry-Johannes-Knoesen

Ils espéraient commettre leur méfaits pendant le Black Friday dans un grand centre commercial. Cela ne manque pas d’humour. Attraper des nègres en train de consommer les produits de leur oppresseurs par centaines et les éliminer tous. Espérons que cela amènera certains d’entre nous à prendre conscience de leur vision des personnes Noires. Si vous étiez Sud Africains, auriez-vous été dans ce centre commercial?

Ils pensent vivre au temps des croisades, ils sont en Afrique du Sud…aucun doute ces gens sont d’ignobles pourritures…mais est-ce que leur plan aurait pu marcher? Est-ce que cela aurait donné des idées à l’internationale des suprématistes blancs qui pullulent en Europe et aux Amériques?

Alors qu’on vient d’élire une Miss Univers Noire, sud Africaine et splendide, rappellons nous de la cruauté qui règne dans certains cœurs au sein même de l’Afrique. Ils sont nombreux, il l’a lui-même déclaré dans son abyssale bêtise . Chez nous. Ils veulent l’Afrique sans les Africains, allons nous les laisser faire? Est-ce que vous avez entendu parler de grands rassemblement de la part de gouvernements pour poser le débat? Bravo à la police Sud Africaine qui a fait un très bon travail dans ces circonstances. Ils se disent racistes et religieux.

source

Elimu

Rokhaya Diallo au centre de discussions extrêmement haineuses

 

On apprend grâce au compte twitter de Rokhaya Diallo que des personnes se rassemblent sur un obscur site internet pour discuter tranquillement de comment la tuer ou la violer. Voici les propos en question.

Ces propos seraient passible de tribunal, enfin on l’espère. Si l’exécutif dit vouloir réguler internet (et nous ne sommes pas forcément pour) pour contrer les messages de haine, comment ne pas commencer par ces gens?  Quel horreur pour cette militante, qui de fait ne réclame rien de spécialement extravagant, de se retrouver au sein de discussions de cette nature. Qu’a-t-elle bien pu faire pour mériter une telle haine?

Nous n’avons aucunement besoin de partager ses opinions pour pouvoir la soutenir sans réserve. D’ailleurs elle reçoit beaucoup de soutiens suite à ces attaques gratuites. Ces comportements sont ignobles, Rokhaya Diallo a bien du courage de continuer à militer dans ces conditions. Force et courage à elle!!

Edit: depuis les commentaires haineux ont été effacés par la plateforme

 

L’assimilation, le racisme à la française

“ Quel est le pays le plus raciste du monde?” C’est une question que tout Afrodescendant s’est déjà posé, seul ou en groupe. La réponse qui est souvent avancée est celle des Etats-Unis d’Amérique, avec tout son passé (et son présent aussi d’ailleurs) de negrophobie frontale : violences policières, segrégations, incarcération de masse, ghettoisation etc. Il est vrai que les Etats-Unis sont un très bon candidat pour la place de plus grand raciste du monde. Cependant, bien que la violence du système américain soit plus flagrante, il existe un autre système tout aussi raciste qui conditionne les Afrodescendants, l’assimilation.  

Des colons blancs
Le doux temps de la colonie

 

I. Des racines coloniales

 

Ces differences sont issues de deux systèmes d’administration coloniale développés par l’empire colonial britannique et l’empire colonial français.

Le premier développa un système qu’il nomma ”Indirect rule”, qui eut pour principe d’administrer les territoires indirectement par le biais des chefs traditionnels qui sont maintenus à leur rôle de dirigeants et de premiers administrateurs des “indigènes”. Ici, les Britanniques se “contentent” de piller économiquement le pays, sans chercher à lui imposer sa vision du monde (religion, langues). Quand ils établissent une colonie de peuplement, ils vivent à l’écart des autochtones. C’est une colonisation avant tout économique. Ce système fut repris dans les ex-colonies britanniques (ex : Etats-Unis), mais aussi par les autres puissances coloniales anglo-saxonnes ou nordique (Danemark, Pays-Bas, Allemagne …etc). Dans ce système, il n’est pas question d’égalité, ou de devenir anglais, cela pourrait se résumer en une phrase :  » tu es un nègre, je ne veux pas te changer, mais je veux prendre ce que tu possèdes. « 

Dans le deuxième cas, les Français ont développé un système de colonisation direct qu’ils ont appelé “assimilation”. Dans ce cas, l’administration dirige tout et impose aux autochtones un modèle français qu’ils doivent adopter. Le but étant de faire d’eux des Français. Les peuples asservis sont convertis (quand c’est possible) au catholicisme, la langue française est imposée, le modèle républicain à la française est la norme. Certains autres pays d’influence latine ont opéré de la même manière comme le Portugal ou l’Espagne. Dans ce système, on nous fait rêver la liberté, l’égalité, et la fraternité, à condition de devenir Français :  » tu es un nègre, mais si tu me donnes tout ce que tu as, et que tu changes, tu pourrais essayer de devenir comme moi « 

 

II. L’application contemporaine de l’assimilation

 

Aujourd’hui encore, ces manières d’appréhender les questions de la présence d’Afrodescendants et autres ex-colonisés sur les territoires nationaux divergent : Alors qu’en Angleterre, il n’est pas choquant de voir des banquiers d’origine indienne  avec leurs turbans sur la tête, ce serait une vision d’horreur en France! Le déconvenue de l’eurodéputé anglais Majid Majid à strasbourg en a été un exemple saisissant!

Dans le système anglo-saxon, pour être un bon immigré, il suffit de payer ses impôts! C’est ainsi que dans ces pays, les non-Blancs s’organisent en communautés séparées, investissent des quartiers ou des villes, mais aussi sont intégrés dans les statistiques nationales. Comprenez nous: il ne s’agit pas de défendre ce modèle, mais de le comprendre.

En France, pour être un bon immigré, il faut faire comme les Français, et donc abandonner sa culture d’origine! C’est ce qui explique les propos de Monsieur Zemmour à l’encontre de Madame Sy que beaucoup ont considéré comme étant « racistes ». Sans parler des affaire ridicules de Burkini et de foulards sportifs à Décathlon tellement spécifiques à la France …  Il a été évidemment beaucoup plus facile pour les immigrés européens de faire d’eux des Français : ils sont Blancs et catholiques (Belges, Portugais, Espagnol, Italiens, Polonais …etc). Il est important de comprendre qu’il ne s’agit pas de racisme simplement mais d’un système réfléchi d’assimilation! De la même manière, les statistiques ethniques sont interdites, donc il est théoriquement impossible de savoir le rapport entre présence de non-Blancs en France et leur taux de chômage, de mal-logement …etc.

 

III. Le problème des Afrodescendants de France

 

Au nom « qu’il n’existe que des citoyens aux yeux de la République », la France ferme les yeux devant les différences et inégalités qui existent entre les communautés qui la compose aujourd’hui. Elle nie complètement l’expérience des « Noirs », des « Beurs », des « Jaunes et des « Marrons » puisque pour elle ce ne sont que des Français, comme d’autres certains diraient. Le pire c’est que ces non-Blancs ont fini par y croire!!! Surtout les Afrodescendants … Alors qu’ailleurs il est normal et sain de s’organiser en communauté, les Afro-français ou Afropéens (comme ils se font appeler maintenant) refuse de voir l’évidence : ils ne seront jamais Français! Comme en 1789 quand ils déclaraient à Paris les « Droits de l’Homme et du Citoyen » tout en continuant à fouetter ces mêmes Afro-français dans les plantations de Martinique, Guadeloupe, Saint-Domingue, Guyane, Réunion ..etc aujourd’hui encore la France ne compte sur eux uniquement que lorsque cela les arrange (sports, ramassage des poubelles et autres travaux qu’ils ne peuvent ou ne veulent faire eux-mêmes).

Découvrez le livre de Pap Ndiaye sur la Condition Noire pour mieux comprendre les enjeux

Les Américains l’ont compris de force : nous ne serons jamais comme eux, l’assimilation est un leurre! Il est vain de tenter quelconque intégration prétendument égalitaire. Cela leur a permis de construire leurs propres écoles, leurs propres industries, leurs leurs propres centres financiers, leurs propres communautés. Peut-être que les Afro-français pourraient sortir de leurs rêves et essayer de prendre exemple sur eux…

L’estime de soi et le talon d’Achille des Afrodescendants

Parmi tous les peuples qui existent sur Terre, il n’y a pas d’exemples encore vivants de peuples ayant autant subis la domination de la suprématie blanche que ceux issus du continent africain. Il ne s’agit plus de s’en plaindre, c’est un simple constat, un diagnostic du mal qui nous ronge. Pour se libérer et retrouver notre estime en soi, encore faut-il savoir que nous sommes esclaves, comme disait l’autre. Il est important pour nous autres, Afrodescendants de la diaspora, mais aussi ceux résidant sur le continent, de comprendre nos particularités.

Dans un précédent article déjà, nous avions évoqué la nécessité de spécialiser notre éducation, afin de relever le défi de notre siècle, la Renaissance Africaine. Comme le disait le Dr Amos Wilson, il y a des signes qui prouvent que nos peuples souffrent encore d’esclavage mental. Il faut dire aussi que tout est fait pour, au mieux ignorer sinon mépriser notre identité, notamment notre couleur de peau.

L’estime de soi est le nœud du problème, tout est fait pour détruire l’amour que l’on porte pour soi en tant qu’Afrodescendant, ou plutôt détourner cet amour vers les mêmes personnes qui nous ont mis dans cette situation. Pour casser notre estime en soi, il a fallu nous déconnecter avec notre propre personne : Soi. Nous souffrons donc cruellement d’une ignorance criante sur nous-mêmes, sur ce qui fait de nous ce que nous sommes : notre histoire, nos langues, nos cultures, nos sciences, nos religions, nos noms, notre savoir-vivre, notre médecine…etc

Cela se traduit par des comportements inédits dans l’histoire de l’Humanité, des comportements non seulement destructeurs mais qui vont totalement à l’encontre du bon sens, comme l’usage de produits nocifs pour nous éclaircir la peau ou nous lisser les cheveux par exemple ou la facilité que nous avons de nous entretuer, même lorsqu’il s’agit d’individus chargées de nous protéger. C’est notre propre image que nous rejetons et détruisons, et donc nous avons de la peine à faire confiance à notre propre semblable, celui qui est comme soi-même.

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi votre fille voulait avoir les mêmes cheveux que ses copines blanches et qu’elle ne supporte pas l’idée de sortir avec ses cheveux au naturel ? N’avez-vous jamais pensé que cela pourrait avoir un lien avec les poupées blanches que vous lui achetiez quand elle était petite?

Ne vous posez-vous pas parfois la question : « Pourquoi mes enfants ne veulent pas avoir des liens avec ma terre d’origine? » Ne pensez-vous pas que cela peut être lié avec l’absence d’apprentissage de sa langue maternelle et l’ignorance totale de l’histoire de son pays d’origine?

Ne vous êtes-vous jamais posé la question sur l’origine du fait que nous sommes prêts à dépenser des fortunes chez Gucci, ou en boîtes de nuit mais que nous sommes incapables de consommer dans des commerces tenus par des membres de notre communauté?

Nous sommes les premiers à savoir que nous manquons d’unité dans nos communautés. Que faire alors? S’EDUQUER et S’ORGANISER!!

L’éducation que nous proposons se base sur la Connaissance produite par les acteurs historiques ou actuels de nos différentes communautés qui forment la mosaïque des peuples afro. Elle a pour but l’émancipation et l’épanouissement, communautaire comme individuel(le). Elle se veut recentrée sur nos problématiques propres, nos mémoires et dans un objectif d’union politique, économique, culturelle et sociale des peuples afro. C’est la plus grande peur du système de suprématie blanche dans lequel nous vivons encore aujourd’hui.

 

 

Nous proposons plusieurs moyens pour lutter contre la Miseducation of the Negro, concept développé par Carter G. Woodson :

Tout d’abord, pour bien comprendre ce que nous disons, il s’agit d’abord de soi-même se défaire d’un certains nombres de prénotions mûrement cultivés dans nos imaginaires. En effet, comment prétendre éviter les violences éducatives ordinaires sur l’enfant afrodescendant, tout en étant acteur du même système qui crée ces VEO?

Ensuite, lorsque nous avons saisi comment la suprématie blanche fonctionne, nous vous proposons un moyen pour parler au enfants du racisme sans les brusquer mais pour qu’ils comprennent dans quel monde nous vivons.

Au sein de leur scolarité et leur vie-péri-scolaire, il existe également des techniques que les professionnels de l’éducation peuvent utiliser pour booster le potentiel de nos petites têtes crépues!

Nous n’oublions pas non plus que grandir au sein d’une communauté, avec des personnes qui lui ressemblent permettent au bébé de s’épanouir.

Il existe évidemment beaucoup d’autres points à développer pour favoriser l’éducation des enfants afrodescendants, et c’est notre tâche à Elimu! Vous trouverez sur notre site, beaucoup d’élément pour vous soutenir de votre parentalité ou votre développement personnel, c’est un accélérateur de conscience noire.

 

 

Team ELIMU

Ouganda: deux evangelistes blancs pretendaient combattre la malaria et le VIH avec des produits toxiques et éclaircissants

Le pasteur blanc Robert Baldwin est activement recherché

 

Cette histoire est des plus repugnantes. Pour plusieurs raisons. Le fait que l’accusé soit un pasteur est évidemment un element qui aggrave les faits. Mais parlons des faits d’abord:

Sam Little est le bras droit âgé de 25 ans, du pasteur Robert Baldwin (52 ans originaire du New Jersey), qui est en cavale. Sam Little s’est fait arrêter par les autorité Ougandaises pour « intoxication de la population ». Ces deux démons importaient  en vrac du chlorite de sodium et de l’acide citrique, ingrédients du MMS (le poison qu’ils ont eu le culot d’appeller Miracle Mineral Solution), en provenance de Chine. Les deux produits chimiques sont ensuite mélangés pour produire du dioxyde de chlore, une sorte d’eau de Javel utilisé en tant qu’agent de blanchiment dans l’industrie textile. Sous un ministère religieux appelé « Global Healing », qui « utilise le pouvoir de Dieu tout-puissant pour réduire considérablement les pertes en vies humaines en Afrique« , Baldwin et ses disciples administrent le dioxyde de chlore à des populations entières: jusqu’à 50 000 Ougandais, y compris des nourrissons âgés de 14 mois seulement. Le liquide guérit le cancer, le VIH / sida, le paludisme et la plupart des autres maladies selon cette bande de diaboliques charognards . Le dioxyde de chlore est toxique et ne présente aucun avantage connu pour la santé. Leur cible étaient des gens démunis, desespérés, malades.

Résultat de recherche d'images pour "black children poison"

 

Une fois de plus l’Afrique est le terrain d’execution des êtres les plus infects et de leur plans les plus maccabres

 

On apprend par la BBC que l’ambassade Américaine condamne les agissements de leur ressortissant mais que ce dernier a quitté le pays. S’ils s’avent qu’il a quitté le pays peut-être peuvent-il le traquer et le ramener pour un jugement? Leurs actes devraient pouvoir être qualifié d’acte de guerre chimique perpétré contre des population civiles. Évidemment personne ne vous en parle, c’est en Ouganda, c’est ordinaire dans ces contrées que les gens meurent pour rien. On parle de 50 000 personnes! A titre de comparaison le conflit Ukrainien c’est 13 000 morts en 5 ans…

Irresponsabilite de l’Etat Ougandais

 

Rappellons nous ici les mots de Kwame Ture, anciennement stokely Carmichael

« Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude, c’est une question de pouvoir »

Ces églises pentecôtistes prospère dans ce pays et dans bien d’autres par la faute des Etats qui leur laissent tout loisirs sur le territoire. Avec leur remèdes miracles qui prennent le dernier sous de populations laissées à l’abandon,  tous les disciples de ces églises devraient dors et déjà être soit en prison soit entendu par la police mais nous savons très bien ce qu’il en sera. La police Ougandaise a indiqué par la radio qu’elle voulait entendre les victimes de ce que certains appellent une escroquerie, mais que nous qualifions volontier d’acte de guerre sur des populations civiles. Cela dit nous ne sommes pas juristes. Pas plus qu’ils étaient des gens de Dieu. Ils ont usé de la suprématie blanche qui leur accorde une liberté d’action démesurée, un crédit quasi mystique et une aura angélique afin d’intoxiquer des populations sans défense. Le pire étant que même des pasteurs autochtones auraient pû être à l’origine de ce genre d’ignominie.  Honte. Colère. Mais aucune résignation, un jour ces gens paieront. Accélérons notre conscience de nous même et de la situation politique globale afin que ce jour arrive aussitôt que possible.

 

Team ELIMU

Le taux de mort subite cardiaque des afrodescendants bien supérieurs à ceux des Blancs aux USA

« Une nouvelle étude de l’American Heart Association révèle que les communautés afrodescendantes ont des taux plus élevés de décès par arrêt cardiaque, en particulier chez les femmes, que les blancs.

Les résultats d’une étude de l’athérosclérose Risk in Communities (ARIC) ont révélé qu’à l’âge de 85 ans, les hommes afrodescendants représentaient 9,6% des décès subits d’origine cardiaque, contre 6,6% des femmes afrodescendantes. En comparaison, les hommes blancs représentaient 6,5% des décès suite à un arrêt cardiaque soudain, tandis que les femmes blanches représentaient 2,3% de ces victimes. Ces chiffres montrent que les hommes afrodescendants avaient un taux de mortalité subite cardiaque supérieur de près de 48% à celui des hommes blancs, tandis que le taux de mortalité des femmes afrodescendantes était de 187% supérieur à celui des femmes blanches.

Female doctor with digital tablet talking with senior male patient in examination room

L’étude, qui a été menée pendant près de trois décennies et publiée dans la revue Circulation de l’AHA, a révélé que les taux comparatifs plus élevés des afrodescendants sont le résultat de différences au niveau culturel et socio-économique, y compris les disparités en matière d’éducation et de revenu. Comme l’hypertension et le diabète sont à blâmer.

L’étude ARIC a collecté ses données en se concentrant sur quatre communautés américaines – les banlieues de Minneapolis, le comté de Forsyth en Caroline du Nord, le comté de Washington dans le Maryland et Jackson (Mississippi) .Les participants blancs représentaient 11 237 personnes examinées, tandis que 3 832 participants afrodescendants participaient La recherche.

Malgré les découvertes, qui ont été découvertes sur une période de temps significative, le chercheur principal Eliseo Guallar, Ph.D., a reconnu que davantage d’études devaient être menées.

« Les faibles revenus et le manque d’éducation sont associés à des comportements malsains, à une faible sensibilisation à la maladie et à un accès limité aux soins, ce qui pourrait contribuer à de piètres résultats », a déclaré Guallar dans un communiqué de presse. « Cependant, notre compréhension des mécanismes de différences raciales dans la mort subite cardiaque est encore incomplète et des recherches supplémentaires sont nécessaires. « 

Il existe néanmoins des solutions pour aider les communautés afrodescendantes à lutter contre les conclusions de l’ARIC.

American Heart Association

La Dre Icilma Fergus, professeure agrégée de médecine au Mount Sinai Medical Center de New York, a confié à Healthline qu’elle travaillait avec les communautés de la région pour leur apprendre à détecter et à traiter les symptômes et à promouvoir la santé cardiovasculaire. Elle dirige le programme Healthy Heart Series, qui propose des ateliers et une formation pour aider les personnes à apprendre des moyens simples de se prendre en charge et de prévenir les maladies cardiaques et les arrêts cardiaques soudains.

« Il s’agit de créer une situation de confiance dans laquelle les gens apprennent auprès des prestataires, en qui ils font confiance, acquièrent les connaissances et finalement le font eux-mêmes », a-t-elle déclaré. « Lorsque j’ai commencé à travailler dans le centre de Harlem, j’ai constaté que les gens n’avaient pas de confiance envers les médecins au début (ceci est dû à l’histoire de la medecine clinique Américaine et des maltraitances et autres expériences sordides qu’a subit la communauté afrodescendante dans les hopitaux américains ndlr). Nous avons commencé avec 10 ou 20 personnes dans les ateliers mensuels, nous en avons maintenant 90 en moyenne. « 

Parallèlement à la prise de médicaments appropriés, il est également important que les personnes aient accès à des aliments plus sains, ce qui n’est pas toujours le cas dans les régions où les déserts alimentaires sont courants. Ces problèmes touchent de manière disproportionnée les communautés afrodescendantes. Cependant, Fergus a noté que l’obtention de produits sains pour des repas de qualité peut être effectuée via un marché de producteurs de la communauté sans recourir à un magasin de produits de santé onéreux. »

Cet article existe aux US car ils ont des statistiques ethniques qui permettent d’avoir ce genre de données. En France par exemple ces stats n’existent pas, nous sommes dans le flou total concernant les inégalités d’accès aux soins ou à une alimentation de qualité. Ces chiffres ne sauraient être les mêmes car nous avons une bien meilleure couverture santé que nos semblables Américains, mais ils  devraient nous alarmer sur les conséquences des inégalités d’accès à l’éducation et à la santé.

Traduite par la Team OJAL
 source: AtlantaBlackStar

« Comme être en guerre »: un ancien cadre Afrodescendant de General Motors raconte son calvaire

Les responsables de l’usine de groupes électrogènes de General Motors à Toledo n’ont pris que peu de mesures pour mettre un terme à «l’atmosphère sous-jacente de haine raciale violente et d’intimidation» à l’encontre des employés noirs, selon une nouvelle plainte choquante.

«Je devais prier. Marcus Boyd, un afrodescendant ancien superviseur de l’usine, a récemment déclaré à CNN: «Seigneur, protège-moi». « C’était comme être en guerre. »

GM Plant Racism
Lorsque des blancs ne supportent pas d’avoir un supérieur Noir cela produit ça

Dès le premier jour, Boyd a déclaré avoir été soumis à des insultes racistes, des affronts et même des menaces de collègues sur son lieu de travail en Ohio. Il a décrit l’environnement comme hostile, rappelant que les toilettes étaient censées être réservées aux «Blancs» et que les employés afrodescendants étaient appelés à plusieurs reprises «singes» ou devaient «rentrer en Afrique».

Ces allégations, ainsi que d’autres, ne font qu’effleurer la surface des incidents décrits dans une action en justice intentée contre GM par huit employés. Boyd, qui prétend que ses subordonnés ignoraient régulièrement ses instructions et l’appelait N-word, s’est vite rendu compte qu’il n’était pas le seul à être victime de harcèlement raciste sur le lieu de travail.

Son collègue superviseur afrodescendant comme lui, Derrick Brooks, s’est rappelé le jour où il avait trouvé un nœud coulant dans la région où il travaillait. En tant que seul employé afrodescendant dans son espace de travail, Brooks a déclaré qu’il savait que le nœud coulant était destiné à l’intimider.

«Étant dans l’armée, j’en sais beaucoup sur les nœuds», a-t-il déclaré. « Et je sais qu’il n’y a aucune raison de faire un noeud comme celui-là, si ce n’est de l’utiliser pour suspendre une personne. »

Il ne fallut pas longtemps avant que les deuxième, troisième, quatrième et cinquième nœuds coulants soient trouvés et tous signalés à GM. Pour beaucoup, c’était un point de rupture. Cependant, le traitement du prétendu harcèlement par GM ne ferait qu’empirer les choses.

Boyd a déclaré qu’il avait pris ses plaintes devant la haute direction après qu’un employé blanc sous sa supervision lui ait dit: «Dans la journée, vous auriez été enterré avec une pelle. » Selon CNN, le travailleur en question a été soumis à une audience disciplinaire avec un dirigeant syndical, où il a librement admis ce qu’il avait dit – et s’en est sorti impeccable. Boyd, cependant, fut poussé sur le côté et conseillé de laisser l’affaire s’il voulait s’entendre à l’usine.

Puis il y a eu le moment où Boyd a déclaré qu’un employé avait tenté de l’attaquer avec un embrayage en métal lourd après s’être fâché contre une demande de vacances. Sa punition? Perdre un jour de salaire.

Le superviseur frustré et plusieurs autres personnes, dont Brooks, ont continué à signaler les abus raciaux, mais on leur a dit de gérer eux-mêmes l’affaire. GM a nié cela, cependant, et insiste sur le fait qu’il a pris des mesures rapides après avoir appris le harcèlement.

«Tous les jours chez General Motors, on s’attend à ce que chacun respecte un ensemble de valeurs qui font partie intégrante de notre culture», a déclaré la société dans un communiqué. «La discrimination et le harcèlement ne sont pas acceptables et contrastent fortement avec la manière dont nous nous attendons à ce que les gens se présentent au travail.

«Nous traitons tous les incidents signalés avec tact et urgence et nous nous engageons à fournir un environnement sûr, ouvert et inclusif», a-t-il poursuivi. « General Motors prend cette affaire au sérieux et en parle par le biais du processus judiciaire approprié. »

Brooks a déclaré que la société avait remplacé toutes les cordes de l’usine par des chaînes jaunes dans le but de réprimer les incidents, mais les employés afrodescendants n’étaient pas impressionnés et ont déclaré cela ne suffisait pas. D’autres travailleurs ont déposé plainte auprès de la Commission des droits civils de l’Ohio, qui a ouvert une enquête de neuf mois l’année dernière et déterminé que GM avait effectivement créé un environnement de travail raciste et hostile.

« GM n’a pas nié que de telles choses se passaient », a déclaré Darlene Sweeney-Newbern, directrice des opérations régionales de la commission. « Ils ont simplement dit: » Hé, dès que nous avons entendu parler de ces choses, nous avons emménagé et nous avons agi. « Ce n’est pas ce que nous avons découvert lors de l’enquête. »

Boyd et Brooks ont depuis quitté leur emploi à l’usine mais ont déclaré avoir entendu parler du harcèlement racial, affirmation confirmée lorsque l’Associated Press a rapporté jeudi que Michelle Vocht, une autre avocate des plaignants dans le procès contre GM, a déclaré que cette semaine encore, un employé a trouvé un dessin raciste et une poupée de singe près de son poste de travail.

Jusqu’à présent, GM n’a pas identifié les personnes responsables de la pendaison et personne n’a été congédié en raison de ces incidents, a rapporté CNN. Cependant, un porte-parole de la société a déclaré que certaines personnes avaient été licenciées à Toledo, l’entreprise poursuivant ses efforts considérables en matière de lutte contre la discrimination et le harcèlement.

La société a également déclaré que la police était désormais impliquée dans l’enquête.

Traduit par la Team OJAL
Source: CNN

Un tiers des Afrodescendants d’Europe se disent victimes de harcelements racistes

 Un récent rapport de l’Union Européenne sur la condition Noire dans l’Union fait état de nombreux cas d’aggressions racistes et de personens qui ne se sentent pas en sécurité. Ni avec leur concitoyens, ni avec les forces de l’ordre. Nous vous avons selectionnés des resultats de l’enquête qui en disent long sur la violence raciste, que ce soit du harcelement ou de la violence physique. Ce qui inquiète c’est également l’autocensure des populations Afrodescendante lorsqu’elles sont confrontées à une injustice. Douze pays sont concernés par l’étude:

Allemagne
Autriche
Danemark
Finlande
France
Irelande
Italie
Luxembourg
Malte
Portugal
Suède
Royaume Unis

Voici les données en question (les images ont été rajoutées par nos soins):

« Étant donné que la plupart des États membres ne fournissent aucune information officielle sur l’origine raciale ou ethnique dans les données administratives, les caractéristiques démographiques telles que le «pays de naissance» et le «pays de naissance des parents» ont été utilisées comme informations indirectes pour l’échantillonnage. Par conséquent, nous ne pouvons pas prétendre saisir toute l’étendue et la complexité des expériences des Noirs en Europe.

Les répondants ont en moyenne 39 ans. Les femmes constituent 51% de l’échantillon, avec des différences entre les pays. En moyenne, 63% des répondants sont des citoyens et 74% sont nés en dehors du pays. Lorsqu’on leur a demandé quelle était leur religion, 60% des personnes d’ascendance africaine interrogées par l’enquête se sont identifiées comme étant chrétiennes et 29%, comme musulmanes, et 6% des répondants ont déclaré ne pas avoir de religion. Les profils sociodémographiques varient considérablement selon les pays de résidence et les pays d’origine.

Des proportions importantes de personnes Afrodescendantes sont victimes de harcèlement et de violences racistes dans les 12 pays étudiés, y compris aux mains de la police. Très peu de personnes signalent de tels incidents à une autorité ou à un organisme quelconque.

Un tiers des répondants (30%) ont déclaré avoir été victimes de harcèlement raciste au cours des cinq années précédant l’enquête; un cinquième (21%) a déclaré l’avoir fait au cours des 12 mois précédant l’enquête. Pourtant, seulement 14% des victimes de harcèlement raciste ont signalé l’incident le plus récent à une autorité. Les expériences de harcèlement raciste impliquent le plus souvent des indices offensants non verbaux (22%) ou des commentaires offensants ou menaçants (21%), suivis des menaces de violence (8%).

En ce qui concerne la violence raciste, 5% des personnes interrogées ont déclaré avoir été victimes d’une agression raciste au cours des cinq années précédant l’enquête. 3% disent l’avoir fait au cours des 12 mois précédents le sondage.

Cependant, les deux tiers (64%) des victimes de violences racistes, ainsi qu’une majorité (63%) des victimes d’agressions physiques racistes par la police, n’ont pas signalé l’incident le plus récent à aucune organisation – soit parce qu’ils estimaient qu’avoir signalé cela ne changerait rien (34%) ou parce que les victimes ne font pas confiance ou ont peur de la police (28%).

Alors que la plupart des victimes (61%) ne connaissent pas les auteurs des actes criminels, elles les identifient généralement comme étant blancs non minoritaires (65%). Quelque 38% des victimes ont identifié les auteurs comme appartenant à une minorité ethnique autre que la leur. Un sur 10 (11%) de ceux qui ont été victimes de violence raciste ont déclaré que les forces de l’ordre étaient responsables.

La décision-cadre relative au racisme et à la xénophobie exige que la motivation fondée sur le préjugé soit considérée comme une circonstance aggravante ou prise en compte par les tribunaux pour déterminer les peines infligées aux contrevenants (article 4). La directive sur les droits des victimes exige que les victimes d’infractions motivées par la haine fassent l’objet d’une évaluation individuelle afin de déterminer leurs besoins spécifiques en matière de protection (article 22). L’application intégrale du droit de l’Union implique d’inciter les victimes à dénoncer les infractions racistes à la police et de veiller à ce que la police enregistre correctement les motifs racistes au moment de la dénonciation. Cela facilitera non seulement les enquêtes et les poursuites relatives à la criminalité raciste, mais permettra également de fournir un soutien plus efficace aux victimes. « 

Le rapport complet, en anglais, est trouvable ici

Traduit par la Team OJAL