fbpx

Meek Mill envoie 100 000 masques dans les prisons, y compris Rikers Island, au milieu d’une épidémie de coronavirus

Près de 100 000 masques chirurgicaux ont été envoyés dans les prisons pour protéger les détenus du coronavirus, gracieuseté du rappeur de Philadelphie Meek Mill, du partenaire des Sixers Michael Rubin et de leur organisation de réforme de la justice pénale.

Vendredi, avec l’aide de l’auteur et défenseur de la réforme des prisons, Shaka Senghor, la Reform Alliance a précipité 50 000 masques sur la Rikers Island de New York, où des centaines de détenus et de membres du personnel ont été infectés par le virus.

Les livraisons interviennent alors que les prisons à travers le pays commencent à voir des cas de coronavirus et des militants, y compris l’ACLU de Pennsylvanie, appellent les autorités à réduire les populations carcérales en libérant des délinquants de bas niveau et des personnes souffrant de problèmes de santé qui les rendent plus vulnérables. Les responsables des services correctionnels disent qu’ils peuvent gérer la crise et ne veulent pas menacer la sécurité publique.

Le procureur du district de Philadelphie, Larry Krasner, a déclaré qu’il souhaitait réduire la population carcérale de la ville – qui est d’environ 4 400 – en raison de la pandémie. Des cas ont été signalés dans les prisons de la ville, ainsi que dans les établissements correctionnels des comtés de Montgomery, Delaware et Chester.

« Je ne peux pas dormir. Je ne peux pas respirer et j’ai l’impression que je vais mourir », a écrit un détenu de la prison du comté de York le mois dernier. «Personne ici ne peut même me procurer un inhalateur. Comment peuvent-ils nous sauver de ce virus?  »

En plus d’envoyer des masques et de fabriquer des masques pour les travailleurs de la santé, l’Alliance réformiste plaide également pour une réduction de la population carcérale.

 

source

Traduit par Elimu

« Rien ne devrait vous limiter »: Allen Iverson et Reebok paieront les frais d’inscription à la fac pour les étudiants du lycée Alma Mater d’Iverson

Allen Iverson redonne à la communauté

.Allen Iverson a décidé d’aider sa communauté. A l’occasion de la sortie du pack Iverson Origins par Reebok, il va payer les frais Universitaires de très nombreux jeunes. Une initiative autant marketing qu’utile pour l’éducation de ces jeunes pour qui les frais Universitaires sont un vrai frein dans leur études.

Il a récemment été annoncé que Reebook paierait les frais d’inscription à l’université pour la classe junior du lycée Alma Mater d’Allen Iverson à Hampton, en Virginie.

Le don est destiné à célébrer le lancement du pack Iverson Origins par Reebok, qui comprend les baskets Answer V et Question Mid.

« Rien ne devrait vous empêcher de postuler à une école que vous souhaitez envisager », a déclaré Iverson dans un communiqué. «En travaillant avec Reebok pour couvrir les frais de candidature en hausse à Bethel High, je veux que la prochaine génération de game changers considère l’université comme une voie vers le succès, qu’elle veuille être artiste ou médecin.»

Il y a aussi une vidéo qui accompagnait l’annonce, et elle montre des étudiants de Bethel High parlant de leur avenir et où ils veulent que l’université les emmène. Les étudiants ont également reçu une toute nouvelle paire de Reeboks.

Allen Iverson voyait grand sur le terrain, il en fait de même à présent sur un autre: celui de la responsabilité communautaire

Pour ne rien gacher, les juniors du secondaire d’autres régions des États-Unis ont également la possibilité de faire payer leurs frais d’inscription à l’université par Reebok.

À partir du 4 mars, ils peuvent se rendre sur Reebok.com et rédiger un essai de 200 mots sur la façon dont leurs frais de candidature à l’université seront couverts. Cela leur permettra d’atteindre les hauteurs qu’ils se sont fixées.

Le directeur de Bethel High, Ralph Saunders, a remercié Reebok pour le cadeau et a hautement apprécié l’initiative d’Iverson.

«Je parle au nom des étudiants, de leurs familles et de la communauté de Hampton lorsque je dis que nous sommes très reconnaissants de ce don de Reebok», a déclaré Saunders. « Allen Iverson fait partie intégrante de cette ville, et nous sommes ravis qu’il continue d’honorer et de soutenir l’école et la communauté. »

Il y a environ 400 étudiants juniors à Bethel High qui sont censés obtenir leur diplôme en 2021 et recevoir le don

C’est une très belle initiative de notre point de vue car elle allie l’utile à l’agréable. Cette même somme de promotion des nouvelles basket aurait pû aller dans un magazine quelconque de style ou une soirée de lancement pour VIP. L’impact n’est évidemment pas le même. C’est une belle inspiration pour les jeunes, qui qu’ils soient. Cela permettra sûrement à certain d’arriver à accomplir leurs rêves et pouvoir ainsi, à leur tour, redistribuer cette richesse. Big Up Allen Iverson, tu es un grand parmi les grands. Sportifs de haut rang francophones, nous vous voyons 🙂

 

Source

Traduction Team Elimu

Responsabilité Communautaire: KOBE BRYANT était un généreux donateur pour le Musée des cultures Afro-américaines

Nous sommes, comme de très nombreuses personnes, très attristés par la perte de Kobe BRYANT et de sa fille Gianna qui ont péri avec d’autres personnes dans un accident d’hélicoptère vraisemblablement dû à une mauvaise météo. Toutefois nous souhaitons mettre en lumière ce qu’il a accompli de grand, non pas sur le terrain car nous avons tous les images, mais en dehors. Ce sont des choses que nous ne connaissons pas toujours mais qui comptent.

A l’instar de beaucoup de personnes fortunées, les BRYANT ont voulu se montrer généreux en montant une fondation. Cette fondation aide principalement les sans-abris. Mais pas seulement, car ils sont également impliqué dans la promotion de la connaissance de l’histoire et des cultures Afrodescendantes.

On sait que la Fondation de la famille Kobe et Vanessa Bryant est répertoriée sur le site Web du musée comme l’un des donateurs fondateurs du Musée national d’histoire et de culture afro-américaine aux Etats-Unis. Ils sont donateurs fondateurs.

Les donateurs fondateurs sont des «donateurs qui se sont engager à hauteur de 1 million de dollars ou plus avant son ouverture en 2016».

« Je vais vous dire ce qui m’a le plus ému, c’est ma mémoire de Kobe à tous les événements d’ouverture autour du musée et le fait qu’il était si généreux », a déclaré Lonnie Bunch, secrétaire de la Smithsonian Instutition.  » Il s’arrêtait et parlait aux gens, il laissait tout le monde prendre des photos avec lui. Il ne leur a jamais fait oublier qu’ils étaient là pour célébrer le musée. »

Après l’ouverture du musée en 2016, Bryant a déclaré: «Allez voir ce musée. Il n’y a pas de plus grand témoignage dans ce pays que les histoires racontées dans ce bâtiment. Honoré d’en faire partie. »

Certains souvenirs de Bryant sont exposés au musée, y compris un uniforme et une photo de 2002 de lui. L’uniforme a été donné par Bryant lui-même.

« J’étais juste à côté de la zone sportive du musée [quand je l’ai découvert], et nous venions de regarder un clip du président Obama disant » Obama out « , en fait il imitait Kobe Bryant, donc c’était triste et émouvant ». a déclaré Jackie Laughlin, un autre visiteur du musée.

Kobe BRYANT n’était pas simplement un sportif d’exception, c’était également un homme d’exception dans ses engagements citoyens. Un exemple de responsabilité communautaire pour nous tous. Que lui et sa fille reposent en paix.

Traduction Elimu

source

Idris Elba investit dans son pays d’origine sur l’île nommée Sherbro Island

On apprend grâce à nos confrères d’African Shapers que « Idris Elba a rencontré il y a peu le président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio à Londres où ils ont discuté de la possibilité d’établir un partenariat de développement public-privé qui pourrait mobiliser les capitaux d’investissement massifs nécessaires pour transformer Sherbro Island (situé dans le district de Bonthe) en une puissance économique. Ainsi, l’acteur britannique a signé, le 30 septembre 2019 à New-York, un protocole d’accord avec le gouvernement de la Sierra Leone pour faire de Sherbro Island une attraction touristique et commerciale majeure pour le pays. »

 

La Sierra Leone est le pays d’origine du père d’Idris Elba, qui est originaire du district de Bonthe (Sud). Sa mère, quant à elle, est d’origine ghanéenne. Ses parents se sont mariés en Sierra Leona, avant de s’installer à Londres, où est né Idris Elba..

Sherbro Island est située sur la côte sud de la Sierra Leone dans l’océan Atlantique et possède un énorme potentiel touristique et de pêche.

L’acteur britannique cherche à investir dans Sherbro par le biais de la société Sherbro Alliance Partners dont il est copropriétaire, avec l’entrepreneur sierra léonais Siaka Stevens. Selon le gouvernement de la Sierra Leone, Sherbro Island City sera un moteur de croissance économique pour la Sierra Leone et la région de l’Afrique de l’Ouest environnante. Une bien bonne nouvelle pour les habitants de cette petite île de 30 000 habitants. Mais aussi pour ceux des communes aux alentours qui profitterons de la manne générée par l’acteur et ses associés.

Idris Elba, avec le président de la Sierra Leone, à sa droite

 L’idée est d’attirer les investisseurs étrangers et de faire de ce petit bout de terre un endroit où il est intéressant d’entreprendre, mais aussi de vivre.

« Mon attachement à Sherbro Island City découle du désir de faire la différence, mais de le faire d’une manière qui produit des atouts concrets pour les Africains de l’Ouest pouvant être perpétués dans le long terme »»

 

 

Voilà qui est bien dit. On félicite l’artiste pour son engagement et le fait qu’il n’oublie pas d’où il vient. Est-ce que cette nouvelle inspirera d’autres personnalité? Espérons-le. Parlons de cela plus que du fait qu’il joue ou non le rôle de James Bond!!

 

 

10% de réduction dès 10€ d’achat sur les puzzles photo
PUZPHOTO10
10% de réduction dès 10€ d’achat sur les puzzles photo
Validité : jusqu’au 30.01.20

PUZPHOTO10

source

Tracy McGrady lance un programme d’accompagnement pour empêcher les jeunes athlètes de faire faillite

McGrady prévoit d’utiliser les connaissances qu’il a acquises du monde financier et son expérience en NBA pour commencer un programme de conseil financier pour aider les athlètes à éviter les pièges financiers souvent rencontrés par les joueurs qui ne sont pas prêts à la retraite.

« Vous pouvez vous rapporter à mon histoire parce que j’ai gagné beaucoup d’argent, j’ai créé une marque », raconte McGrady, 40 ans, à Forbes sur son travail avec les jeunes joueurs. «Il y a des gars qui ont gagné des centaines de millions de dollars et qui ont fait faillite cinq ans après leur retraite à la recherche de prêts. J’ai eu tellement de gars qui sont venus me voir et car ils avaient besoin d’un prêt ou voulaient me vendre des bagues de championnat et d’autres choses.

Tracy MacGrady

«C’est fou les choses qui me sont arrivées. Et j’ai été un gars qui a maintenu et élevé mon style de vie, même en étant à la retraite six ou sept ans. Ce sera donc mon histoire à ces gars. Je n’ai pas eu à changer ma façon de vivre. Je vis de la même manière que lorsque je gagnais 20 ou 30 millions de dollars.  »

L’éducation financière est une clé de developpement personnel. Elle est à prodiguer aux enfants dès que possible. La négliger pourrait, comme vous le voyez dans le cas des joueurs de NBA, ruiner des années de sacrifices, de travail et d’acharnement dans un objectif d’excellence. Les sportifs de haut niveau, le show business, les professions où énormément d’argent rentre (trop?) vite ont besoin d’accompagnement pour pouvoir continuer à jouir du fruit de leur travail une fois l’activité terminée. Nous savons que ces activités sont éphémères, voilà pourquoi nos petits champions doivent apprendre aussi vite que possible à comprendre comment l’argent fonctionne. Les « sachant » ces cohortes d’agents peu scrupuleux, voudront bien le faire à votre place. A bon entendeur!

source

Elimu

L’OJAL devient Elimu!

Pour beaucoup, si vous lisez ces lignes c’est parce que de près ou de loin vous connaissez l’OJAL. Que vous nous ayez connus depuis nos débuts en 2014 ou que vous venez de nous découvrir, que vous nous connaissiez à travers nos événements associatifs à Lyon ou à travers nos activités sur internet, vous êtes témoins d’une mutation : en effet comme la chenille devient papillon, nous tournons une page de vies de militants panafricanistes pour embrasser une nouvelle époque pleine d’aventures, l’Organisation de la Jeunesse de Lyon devient Elimu. Nous revenons dans cet article sur notre historique ainsi que les raisons de notre évolution.

 

Elimu est une plate-forme éducative numérique qui propose un nouveau regard sur l’éducation des personnes afrodescendantes. En effet, « elimu » est un mot swahili qui veut dire « éducation ». Le but est de promouvoir une éducation spécialisée pour personne d’ascendance africaine.

Cette plate-forme lancée en 2019 est le résultat de plusieurs années d’activités militantes et de réflexions personnelles et collectives.

Nous sommes deux frères, d’origine africaine qui depuis l’adolescence se posent des questions quant à leur place dans ce monde dominé par la suprématie blanche et l’hyper-capitalisme mondialisé. Très vite, la question de l’identité s’est fait ressentir car, comme la plupart des jeunes noirs évoluant dans un pays de Blancs, on nous renvoyait continuellement à nos origines et notre apparence. Vous connaissez sûrement tous les questions gênantes que les non-racisés peuvent poser au sujet de nos cheveux, notre peau, notre pays d’origine ou notre culture…

 

Le choix a été rapidement celui d’approfondir nos connaissances sur qui nous sommes en tant que garçons noirs et africains. Cette décision nous a conduites à la création d’une organisation panafricaniste dès 2014 qui se fit connaître dans la sphère afro-francophone sous le nom d’Organisation de la Jeunesse Afrodescendante de Lyon (OJAL).

L’organisation fonctionnait autour de trois pôles : Education, Black Business et Media et avec pour ligne directrice un programme politique que nous avons appelé « Initiative Communautaire » :

 

Les 5 principes fondamentaux :

UNITÉ :

Nous pensons que l’unité des populations afrodescendantes, où qu’elles se trouvent, ainsi que l’émergence d’une conscience communautaire sont des conditions sine qua non à l’élévation politique, économique, sociale et culturelle du continent et de la diaspora.

AUTODÉTERMINATION :

L’OJAL se positionne de manière ferme contre l’impérialisme et le paternalisme de toutes sortes. Nous promouvons de manière inconditionnelle l’indépendance réelle de notre peuple. Nous estimons que notre communauté a assez mendié, et qu’il est grand temps que nous comprenions qu’il est inadmissible que nous attendions que d’autres fassent pour nous ce que nous sommes amplement capable de faire pour nous-même et par nous-même.

SOLIDARITÉ ET RESPONSABILITÉ COMMUNAUTAIRE :

Il est impératif que notre communauté s’organise afin de créer de vrais réseaux de solidarité. Indéniablement les destins des populations afrodescendantes sont liés, il est donc dans notre intérêt de nous entraider et de collectiviser ressources et connaissances.

COOPÉRATION ÉCONOMIQUE :

L’OJAL est consciente que l’amélioration de nos destinés, ne passera que par la maîtrise de notre économie (promotion de l’auto-entrepreneuriat, soutien aux entreprises et institutions afro-descendantes) et la coopération productive. Notre communauté doit comprendre qu’elle s’appauvrit à chaque fois qu’elle dépense chez les autres. 

RAPATRIEMENT:

L’OJAL appel au rapatriement des forces vives de la diaspora vers notre continent (ou des territoires majoritairement noir). L’histoire des Afrodescendants prouve que l’offre d’intégration est hypocrite et mensongère, et affaiblit notre communauté au profit des autres.

 

Le but de l’OJAL était de créer une conscience communautaire dans la ville de Lyon, à travers un certains nombres d’activités de sensibilisation et de conscientisation à l’éducation politique afro diasporique (conférences, projection-débat, promotion du black business, micro-trottoir, programme de soutien scolaire …etc).

La team OJAL lors d’un événement de la promotion du Black Business en 2015

Cette organisation nous a permis de mettre en pratique nos idéaux et de les confronter à la réalité du terrain. Assez rapidement, nous étions connu dans la ville et les acteurs de la communauté (entrepreneurs, élus, présidents d’associations, étudiants …etc) nous sollicitaient régulièrement sur le thème du panafricanisme et de la revalorisation de soi. Nous étions la référence du « radicalisme noir » à Lyon, mais en France plus largement aussi.

L’OJAL faisant la promotion de l’Initative Communautaire à Lyon auprès des étudiants

C’est cependant sur internet que nous avons connu une plus grande exposition grâce à notre page Facebook qui regroupe 30 000 abonnés et notre site internet sur lequel nous publions régulièrement des articles sur l’histoire et l’actualité des Afrodescendants. Nous étions devenu une des organisations panafricanistes les plus influentes en France des 5 dernières années.

Notre réseau de partenaires et notre impact sur les membres actifs dans la communauté afro francophone venait consolider l’idée que nous étions sur la bonne voie.

Les cadres de l’OJAL avec le Dr. Umar Johnson

5 ans plus tard, forts de nos succès (le but de créer un eco-sytème afro communautaire à Lyon ayant été  globalement atteint) mais fatigués de cette vie ingrate de militants (sans salaire, reconnaissance pas à la hauteur des efforts …etc), l’un de nos co-créateur étant partis poursuivre ses activités de journaliste à Paris au sein de la rédaction du média NOFI, ce fût une opportunité pour nous de changer de format.

Nous visons maintenant bien plus large qu’une seule ville, nous visons les communautés afro de toute la planète, et nous nous concentrons sur la base du problème des Afrodescendants: l’éducation. C’est ainsi qu’est né Elimu qui se veut être l’ed-tech afro de référence, l’accélérateur de consciences noires dont le 21ème siècle à tant besoin.

Un an après sa création, Elimu devient internationale puisqu’elle est maintenant présente sur le continent africain, dans la ville de Kigali, au Rwanda précisement. Elle est une Organisation Non-Gouvernementale spécialisée dans l’éducation et la formation des personnes d’ascendance africaine où qu’elles soient. A Kigali par exemple, nous avons ouvert un ciné-club qui propose du contenu audio-visuel sur le thème de l’histoire et la culture des peuples d’Afrique dans un cadre de réflexion et de discussions.

Le logo du ciné club d’Elimu à Kigali

En attendant de nouveaux formats que nous mettrons en place pour diffuser les connaissances présentes dans le monde panafricain (Web TV, radio, maison d’édition …etc), restez connecté sur notre site, et nos réseaux sociaux !!

Pour être sûr de ne rien rater sur nos actualité abonnez-vous à notre newsletter

 

Un garçon de 10 ans invente un dispositif pour empêcher les enfants de mourir seuls dans les voitures

 

L’idée qu’un parent puisse quitter (parfois en oubliant) son enfant seul dans une voiture est inimaginable, mais la réalité est que cela se produit! En moyenne, 40 à 50 enfants meurent chaque année aux États-Unis après avoir été laissés ou oubliés dans un véhicule. En France c’est un peu moins, mais déjà beaucoup trop! La cause de la mort?

La température à l’intérieur d’une voiture les jours d’été, même avec les vitres rabaissées d’un pouce, peut rapidement dépasser 49 à 60 °C. Même par temps relativement doux, la température à l’intérieur d’une voiture peut dépasser les 38 °C. , les enfants courent un risque élevé de coup de chaleur, ce qui peut entraîner une forte fièvre, une déshydratation, des convulsions, un accident vasculaire cérébral et, éventuellement, la mort.

 

Le dispositif oasis

Il y a deux ans, Bishop Curry, résident de McKinney au Texas, a eu l’idée d’inventer un dispositif appelé Oasis. Vous pouvez le fixer à un repose-tête ou à un siège d’auto. Son objectif est de détecter si un enfant est laissé seul tout en surveillant simultanément la température à l’intérieur du véhicule. Une fois que la température a atteint un certain niveau, l’appareil souffle de l’air froid tout en alertant les parents et les autorités.

Il a eu l’idée après que la petite fille de son voisin, âgée de 6 mois, soit décédée après avoir été laissée dans une voiture surchauffée. Au départ, il avait fabriqué un modèle en argile à trois dimensions du dispositif Oasis dans l’espoir d’avoir assez d’argent pour fabriquer le véritable produit un jour.

Depuis lors, son père et lui ont réussi à amasser 50 292 $ de leur objectif de 20 000 $ sur gofundme.com. Cet argent est actuellement utilisé pour la fabrication du produit final et la protection du brevet. Selon nbcnews.com, l’idée de Bishop a tellement impressionnée  Toyota, qu’ils l’ont envoyé avec son père dans le Michigan pour une conférence sur la sécurité.

Son père dit fièrement à la NBC qu’il travaille pour Bishop, remplissant ses courriels, répondant à ses appels téléphoniques et conduisant Bishop à ses entretiens avec l’avocat. «Les gens font un don fondé sur une croyance, une conviction que le monde peut changer grâce à un seul enfant», a déclaré le père de Bishop.

Alors, alors que les parents attendent le jour où ils pourront enfin posséder cet appareil de sauvetage, que peut-on faire dans l’intervalle pour éviter qu’une tragédie aussi inutile se produise?

•Regardez avant de verrouiller: Prenez l’habitude de vérifier la banquette arrière chaque fois que vous sortez de la voiture avant de verrouiller la porte, même si vous ne transportez pas votre enfant. Faire cela à chaque fois vous donnera une bonne habitude.

• Faites sortir vos enfants de la voiture en premier,

• Lorsque vous faites des courses, ne laissez pas votre enfant dans une voiture. Même si cela ne prend que quelques minutes, une voiture peut chauffer rapidement, surtout par une journée chaude et ensoleillée.

• Gardez votre voiture verrouillée et vos clés hors de portée afin que les enfants ne puissent pas monter seuls dans la voiture.

• Si un enfant est porté disparu, en plus de vérifier le jardin et toutes les autres zones, assurez-vous de vérifier l’intérieur du véhicule et le coffre de toutes les voitures à proximité.

Laisser la voiture en marche et la climatisation ne rend pas votre enfant plus sûr. L’enfant pourrait être enlevé ou mettre la voiture en marche. Tout peut arriver!

 

Source : naturalsolution.me

Traduit par la Team Elimu

 

Le concept Ubuntu comme socle éducatif

Qu’est-ce qu’un être humain? Qu’est-ce qu’être humain? Voici les deux questions qui façonnent depuis la nuit des temps les civilisations du monde. Des réponses à ces questions découlent le rapport que l’on entretient avec la société et le monde. L’éducation est à la base de tout ça. Après avoir lu cet article, la conviction que la philosophie africaine Ubuntu est un socle civilisationnel incomparable ne vous quittera plus!

Ubuntu, la philosophie humaniste

Ubuntu dans la plupart des langues d’Afrique subsaharienne traduit l’essence  même de l’existence en tant qu’humain. C’est la faculté d’être et ainsi, en tant que umuntu (le singulier de abantu = les humains), d’être humain. Généralement, on le traduit par : « Je suis parce que les autres existent. » C’est donc la capacité de reconnaître en l’autre la même nature que la sienne propre. « Tu es un être humain comme moi. Ensemble, nous formons l’humanité. »

Découvrez comment Nelson Mandela l’a utilisée pour son combat de libération dans son livre: Un long chemin vers la liberté

Le refus de l’humanité, la base du système d’oppression

Or, justement c’est exactement cela, le refus de reconnaître en l’autre la même humanité que la sienne qui est à l’origine de toutes les formes de discriminations et d’inégalités. Lorsque l’on discrimine quelqu’un, c’est qu’on lui a nié des droits fondamentaux comme ceux définis par la plus ancienne déclaration universelle du droit à l’humanité qui est africaine. Il a fallu que les Occidentaux nient l’humanité des peuples sombres du monde pour les réduire en esclavage et/ou les exterminer. D’ailleurs il y a eut des débats sur la question de l’humanité des Amérindiens ( à Valladolid en 1550/1551 par exemple) et des Noirs d’Afrique pendant la période des razzias et traites négrières, par ceux-là même qui prétendaient représenter les « Lumières » et le progrès.

 

 

Exemple plus proche du quotidien : le cas des handicapés. Il est généralement convenu qu’un humain a deux jambes, deux bras, deux oreilles, deux yeux, un nez de deux narines, une bouche de deux lèvres …etc Si quelqu’un venait à ne pas correspondre à ces critères, on le considérerait comme « handicapé » ou « anormal ». De même pour les capacités intellectuelles. Ainsi, certaines sociétés et certaines personnes peuvent ne pas les considérer comme pleinement humains et donc se permettre de leur priver de leur droits élémentaires (santé, éducation, intégrité physique et morales …etc).

 

La communauté, facteur d’Ubuntu

En déclarant, « je suis parce nous sommes », la philosophie d’Ubuntu reconnaît non seulement la diversité mais surtout la complémentarité de l’humanité. C’est une base solide pour construire une société d’équité, de solidarité, de fraternité et de promotion de l’excellence collective.

En Afrique, on a l’habitude de dire qu’il faut tout un village pour éduquer un enfant. L’individu n’appartient pas seulement à ses parents, mais à la communauté. Ce qui permet de désindividualiser son identité. L’enfant existe littéralement parce qu’il appartient à un groupe plus large. Les décisions se font en collectif, les responsabilités sont collectives et la destiné commune. Cela permet à l’individualité de s’épanouir dans la collectivité, et la collectivité d’investir dans les individualités. C’est un cercle vertueux.

La vie communautaire est l’expression sociale du concept Ubuntu

Si nous éduquons nos enfants dans ce paradigme, comme l’ont été des générations des nos Aïeuls, nous pourrions retrouver notre essence d’humain, et quitter le paradigme qui nie notre humanité.

 

Team ELIMU

I know I can le livre pour enfants Afrodescendants de Nas

"I know I can"le livre pour enfants Afrodescendants de Nas

Nas écrit un livre pour enfants.

Le jeudi 13 juin, le rappeur a annoncé cette nouvelle via un post sur Instagram: « Mon premier livre pour enfants est en route », mentionnant que lui et Mass Appeal ont lancé une marque pour enfants appelée MAJR.

« L’éducation commence dans la crèche. » (Nas)

Nas a publié une photo de la couverture apparente du livre, intitulée « I Know I Can » en référence à sa célèbre chanson de 2002, « I Can ». On se rappelle tous de ces lyrics inspirants et motivants :

 » Be, B-Boys and girls, listen up, You can be anything in the world, in God we trust, An architect, doctor, maybe an actress, But nothing comes easy it takes much practice » (Garçons et filles, écoutez, vous pouvez être n’importe quoi dans le monde, c’est Dieu en qui nous avons confiance, un architecte, un médecin, peut-être une actrice, mais rien n’est facile, il faut beaucoup de pratique)

ou encore

 » Be, be, ‘fore we came to this country We were kings and queens, never porch monkeys It was empires in Africa called Kush Timbuktu, where every race came to get books To learn from black teachers who taught Greeks and Romans[…] » (Avant que nous arrivions dans ce pays Nous étions des rois et des reines, jamais des singes du porche Il y avait des empires africains appelés Kush Timbuktu, où chaque race venait chercher des livres Pour apprendre des professeurs noirs qui enseignaient aux Grecs et aux Romains […])

 
La série de livres est répertoriée sur le site officiel du MAJR dans le cadre de la série« Donner aux enfants le pouvoir de devenir ce qu’ils veulent être quand ils seront grands. « 

L’énoncé de mission de la marque se lit comme suit:  » Notre mission est d’inspirer les générations futures par la création de jouets, de vêtements et d’outils d’apprentissage innovants. Major est ici pour refléter les diverses nuances de la famille moderne et de la culture populaire, car l’éducation commence dans la crèche. « 

La date de sortie du livre n’a pas été annoncée.

Sources : Instagram et OkeyPlayer.com

Team ELIMU

Responsabilite Communautaire : Lebron James agit contre la faim dans sa communauté!

LeBron James a annoncé la semaine dernière qu’il s’associerait à Walmart pour fournir de la nourriture aux familles affamées.

 

Le géant du sport a encore une fois prouvé qu’il se soucie du sort de sa communauté notamment les plus fragiles d’entre eux. Walmart étant une grande chaîne de grande distribution américaine, il compte agir contre la faim, un autre exemple de responsabilité communautaire, après son engagement pour l’éducation, on s’en rappelle.

Dans un message vidéo aux côtés du PDG de Walmart, Doug McMillon, James a annoncé qu’il serait le porte-parole principal de la campagne Fight Hunger Spark Change de Walmart, qui utilise les recettes de certains produits Walmart pour collecter des fonds pour l’organisation à but non lucratif Feeding America.

« C’est un honneur et un privilège pour moi dans ma communauté et ce que je fais ici en partenariat avec une aussi grosse entité, Walmart », a déclaré James dans un message vidéo.

« Un Américain sur huit lutte contre la faim », a-t-il ajouté. « Et je pense que c’est un de trop. »

La campagne Fight Hunger Spark Change aurait déjà permis de collecter 74 millions de dollars en dons pour le compte de l’organisation à but non lucratif depuis 2014. La société prévoit également de stocker un garde-manger contenant de la nourriture et d’autres fournitures à la James’s I Promise School à Akron, dans l’Ohio.

« Ce que nous espérons accomplir avec LeBron, c’est de magnifier les efforts de chacun », a déclaré McMillon aux côtés de James dans une seconde vidéo. « Nous aimerions beaucoup aider ce modèle qu’il crée à créer une situation dans laquelle il pourrait aider encore plus de gens. »

James s’est prononcé contre l’administration Trump et le président Trump à plusieurs reprises.

« Vous connaissez la situation dans laquelle nous sommes en ce moment dans le monde et plus important encore, en Amérique où tout cela a pris le pas sur la  campagne présidentielle », a déclaré James l’année dernière. « Un, parce que je crois que notre président essaie en quelque sorte de nous diviser. »

 

Source : MSN.com

Traduit par la Team Elimu