Archives des Education - Elimu

L’astronomie en Afrique

Comme la plupart du corpus scientifique des peuples d’Afrique, l’histoire de l’astronomie et de la cosmologie africaine a été soit détruite, reléguant les Africains dans l’imaginaire raciste à des gens sans connaissance du monde qui les entoure ou alors copiée puis falsifiée pour être intégrée dans le corpus occidental, ni vu ni connu! Connaissez vous les noms que les Africains donnaient aux astres? Saviez-vous que les scientifiques de la  NASA s’abreuvent régulièrement des informations issues des savoirs traditionnels de l’arrière pays du continent ? Elimu vous dévoile plusieurs millénaires de savoirs ancestrales cachés!

 

I. Qu’est-ce que l’astronomie ?

L’astronomie est la science de l’observation des astres. Elle est associée depuis son origine à la cosmologie et la cosmogonie. Par définition, la cosmologie est la connaissance de l’Univers, de son origine (cosmogonie), de sa structure et de son devenir. Chez tous les peuples, le mythe, la spéculation philosophique et la science ont permis d’élaborer, au cours des temps, des savoirs relatifs à cette connaissance de l’Univers.

Pour le peuple San (un des plus vieux du monde), le ciel est la demeure de tous les êtres et esprits divins des morts. Les «choses du ciel» n’influencent et ne reflètent généralement pas les affaires de l’homme, ni n’affectent le temps, la croissance de la végétation ou d’autres conditions de la terre; ils sont dans un domaine qui leur est propre. Pour les Tswana d’Afrique australe, l’idée traditionnelle est que les étoiles sont des trous dans la voûte rocheuse qu’est le ciel. Les Ibibio du Nigéria parlait de façon pittoresque des étoiles comme du «sable de la lune». Les Dogon sont réputés pour leur connaissance du ciel, bien avant l’usage du télescope. Beaucoup de peuples parlent également de leurs Ancêtres comme étant des gens venus du ciel pour habiter la Terre (Anciens Egyptiens, Dogons, Peuls, Banyarwanda …etc) … Quoiqu’il en soit, les Africains se sont toujours interrogés sur la nature des phénomènes astronomique et cosmiques, ces sciences étant aussi vieilles que l’Humanité et que celle-ci a pris naissance en Afrique.

Nous ne pourrons pas donner ici une liste exhaustive des noms des astres dans toutes les langues du continent, mais nous essayerons de mettre en lumière la longue tradition astronomique des peuples d’Afrique.

II. L’observation du Soleil et de la Lune à l’origine du calendrier

Vous êtes peut-être sans ignorer que les calendriers que nous utilisons encore aujourd’hui prennent leur origine dans l’observations des cycles lunaires et/ou solaires. Ce n’est pas pour rien que dans la plupart des langues africaines, pour désigner « un mois » on utilise le mot de la lune!

Officiellement, l’astronomie tire son origine des Chaldéens, les ancêtres des Sumériens. Il semblerait pourtant que cela soit une autre tentative de déplacer l’origine de la civilisation en Mésopotamie, supposée être « blanches ». Pourtant, malgré cette tentative, cela n’empêche pas les Chaldéens comme les Sumériens (qui sont d’origine africaine), d’être peuple mélanoderme…

L’année solaire, qui est à la base du calendrier contemporain, vient d’Egypte Antique qui, outre ses indénombrables inventions, offrit au monde son premier calendrier. C’est donc en Afrique que l’humain commença à se repérer dans le temps en observant les deux plus gros astres visibles dans le ciel. N’en déplaise aux révisionnistes de l’Histoire!

L’humain utilisa également les astres pour se repérer dans l’espace et notamment dans les endroits sans indicateurs terrestres visibles comme le désert ou l’océan. C’est de cette manière que les Africains sont sortis de l’Afrique pour peupler tous les autres continents et notamment les îles reculées comme celles de l’océan Indien, celles de Mélanésie ou encore l’île de Pâcques.

 

III. Planètes, étoiles et constellations dans l’imaginaire africain

Les peuples d’Afrique ont par de nombreux aspects démontré leur faculté à observer et à tirer le meilleur de la Nature. Processus qui a débuté aux confins de l’histoire humaine, l’observation des astres demande une méthodologie pointue et surtout s’étend sur la longue durée (rotation des astres, symétrie et relation entre les constellations …etc).

Le « Centaure »

La constellation dîte « du Centaure » dans l’astronomie occidentale et les deux pointeurs lumineux Alpha et Bêta Centuari sont probablement les plus reconnaissables des étoiles du sud, et elles occupent une place de choix dans la tradition des étoiles africaines. C’est la constellation la plus proche de la nôtre.

Dans les traditions Sotho, Tswana et Venda, ces deux étoiles (Alpha et Bêta Centuari) sont Dithutlwa (« Les Girafes »). Les étoiles brillantes sont des girafes mâles et les deux pointeurs sont des femelles. Les Venda appelent les étoiles plus faibles de la Croix du Sud, Thudana, « La Petite Girafe ». Ils disent également que le mois Khubvhumedzi commence lorsque le croissant de lune peut être vu pour la première fois et, en même temps, les deux étoiles de girafe inférieures sont juste en dessous de l’horizon et les deux supérieures sont juste visibles. La tradition de Sotho raconte que lorsque les étoiles de girafe sont vues près de l’horizon sud-ouest juste après le coucher du soleil, elles indiquent le début de la saison de culture.

Les San considéraient les deux pointeurs comme des lions mâles; ils étaient autrefois des hommes, mais une fille magique les a transformés en étoiles. Les trois étoiles les plus brillantes de la Croix du Sud, elles, sont vu comme des lions femelles. Pour les Khoikhoi, les pointeurs étaient connus sous le nom de Mura, «Les yeux», d’une grande bête céleste.

Le long axe de la Croix du Sud pointe vers une étoile brillante appelée Achernar. Cette étoile s’appelle Senakane (Sotho, Tswana) et Tshinanga (Venda), ce qui signifie «La petite corne».

 

Le « Scorpion »

La constellation dîte du Scorpion avec sa mince rangée d’étoiles incurvées est célèbre pour l’étoile rougeâtre brillante Antares. Cette étoile a été appelée par les San, Xu! «L’étoile de finition du feu» car non seulement elle a une couleur rougeâtre, mais (à certaines périodes de l’année) elle se couche très tard dans la nuit, lorsque les incendies de camp sont éteints.

Le long du corps incurvé du scorpion, juste avant la section de la queue, se trouve une paire d’étoiles proches, que les Khoikhoi ont appelé Xami Di Mura, «Les yeux du lion».

 

Le « Grand Chien »

La constellation dite « du Grand Chien » est connue notamment grâce à l’étoile la plus brillante du ciel (après le Soleil évidemment), Sirius. Les Egyptiens de l’Antiquité la nommaient Sopdet, en Ouganda on l’appelle Kyabihembezi et les Banyarwanda l’appellent, Rusiza. Ce sont les Dogon, peuple d’Afrique de l’Ouest qui informèrent les Occidentaux de la particularité du système de Sirius. En effet, elle est composée de

  • Sirius A, nommée Sigi Tolo (l’étoile du « sigi »).
  • Sirius B est nommée Po Tolo. Elle tourne autour de Sirius A et sa durée de révolution est d’environ 50 ans. Elle serait la plus importante de toutes les étoiles, avant même Sirius A, puisqu’ils la considèrent comme le centre du monde stellaire. Po Tolo signifie l’Étoile du commencement. C’est l’œuf du monde pour les Dogons. Ils la considèrent comme le réservoir, la source de toutes choses.
  • Sirius C est nommée Emme ya tolo, (l’étoile du sorgho femelle). Toutefois, si Sirius A et Sirius B sont attestées par l’astronomie moderne, l’existence de Sirius C reste hypothétique.

Voici quelques noms d’astres en runyankore :

  • Turumwabashatu (constellation d’Orion)
  • Kakaaga (constellation des Pleiades)
  • Rumaranku (étoile Aldebaran de la constellation du Taureau)

Voici quelques noms d’astres en kinyarwanda :

  • Mboneranyi (la planète Vénus)
  • Nyamuheshera (la planète Mars)

 

Il est évident que nous n’avons pu faire une liste exhaustive des appellations des astres dans les langues africaines, n’hésitez pas à complétez dans les commentaires!

JORDAN veut donner 100 millions à des associations de lutte contre les inégalités raciales

Coup de tonnerre!! On avait entendu que Kanye West allait donner 2 millions à la famille de George Floyd et à des institutions éducatives, désormais c’est le légendaire Michael JORDAN qui veut passer à la vitesse supérieure. Alors que durant sa carrière il était complètement aveugle aux inégalités et aux violences racistes, il déclare désormais « en avoir marre »

 

« Black Lives Matter (la vie des Noirs compte). Ce n’est pas une affirmation controversée. Tant que ce racisme enraciné qui cause la faillite des institutions de notre pays ne sera pas totalement éradiqué, nous continuerons de nous engager à protéger et à améliorer les vies des personnes noires »

Une déclaration qui s’accompagne d’un acte conséquent : Michael JORDAN et la Jordan Brand vont donner 100 millions de dollars sur dix ans pour participer à l’éradication des inégalités raciales! C’est plus que quiconque n’avait jamais donné dans le monde du sport. C’est l’équivalent du budget annuel total d’un club comme Saint Etienne en France…Désormais on ne pourra plus parler sur son manque d’implication et son mutisme, alors que d’autres s’impliquaient toute l’année à l’instar de Lebron James que l’on oppose toujours à Jordan. Respect à l’un des plus grands sportifs de tous les temps. La mort de George FLOYD aura eu des répercussions bien étonnantes pour les observateurs que nous sommes, et ce n’est pas encore fini visiblement.

Elimu

« Rien ne devrait vous limiter »: Allen Iverson et Reebok paieront les frais d’inscription à la fac pour les étudiants du lycée Alma Mater d’Iverson

Allen Iverson redonne à la communauté

.Allen Iverson a décidé d’aider sa communauté. A l’occasion de la sortie du pack Iverson Origins par Reebok, il va payer les frais Universitaires de très nombreux jeunes. Une initiative autant marketing qu’utile pour l’éducation de ces jeunes pour qui les frais Universitaires sont un vrai frein dans leur études.

Il a récemment été annoncé que Reebook paierait les frais d’inscription à l’université pour la classe junior du lycée Alma Mater d’Allen Iverson à Hampton, en Virginie.

Le don est destiné à célébrer le lancement du pack Iverson Origins par Reebok, qui comprend les baskets Answer V et Question Mid.

« Rien ne devrait vous empêcher de postuler à une école que vous souhaitez envisager », a déclaré Iverson dans un communiqué. «En travaillant avec Reebok pour couvrir les frais de candidature en hausse à Bethel High, je veux que la prochaine génération de game changers considère l’université comme une voie vers le succès, qu’elle veuille être artiste ou médecin.»

Il y a aussi une vidéo qui accompagnait l’annonce, et elle montre des étudiants de Bethel High parlant de leur avenir et où ils veulent que l’université les emmène. Les étudiants ont également reçu une toute nouvelle paire de Reeboks.

Allen Iverson voyait grand sur le terrain, il en fait de même à présent sur un autre: celui de la responsabilité communautaire

Pour ne rien gacher, les juniors du secondaire d’autres régions des États-Unis ont également la possibilité de faire payer leurs frais d’inscription à l’université par Reebok.

À partir du 4 mars, ils peuvent se rendre sur Reebok.com et rédiger un essai de 200 mots sur la façon dont leurs frais de candidature à l’université seront couverts. Cela leur permettra d’atteindre les hauteurs qu’ils se sont fixées.

Le directeur de Bethel High, Ralph Saunders, a remercié Reebok pour le cadeau et a hautement apprécié l’initiative d’Iverson.

«Je parle au nom des étudiants, de leurs familles et de la communauté de Hampton lorsque je dis que nous sommes très reconnaissants de ce don de Reebok», a déclaré Saunders. « Allen Iverson fait partie intégrante de cette ville, et nous sommes ravis qu’il continue d’honorer et de soutenir l’école et la communauté. »

Il y a environ 400 étudiants juniors à Bethel High qui sont censés obtenir leur diplôme en 2021 et recevoir le don

C’est une très belle initiative de notre point de vue car elle allie l’utile à l’agréable. Cette même somme de promotion des nouvelles basket aurait pû aller dans un magazine quelconque de style ou une soirée de lancement pour VIP. L’impact n’est évidemment pas le même. C’est une belle inspiration pour les jeunes, qui qu’ils soient. Cela permettra sûrement à certain d’arriver à accomplir leurs rêves et pouvoir ainsi, à leur tour, redistribuer cette richesse. Big Up Allen Iverson, tu es un grand parmi les grands. Sportifs de haut rang francophones, nous vous voyons 🙂

 

Source

Traduction Team Elimu

Il achete un distributeur de friandises a sa fille pour lui apprendre à gérer l’argent

Cette histoire est devenue virale aux Etats-Unis. Un jeune homme de 28ans a décidé d’investir dans l’éducation financière de son enfant par un moyen très futé: il lui a donné en guise de cadeau non pas une paire de chaussure, pas même une voiture ou un spectable mais bel et bien une machine à cash: le distributeur de friandises que nous connaissons tous.

«J’ai regardé autour de ma communauté et j’ai vu où nous en sommes en tant que Noirs en ce qui concerne la richesse. Je l’ai vu et j’essayais de trouver un moyen de toucher personnellement ma communauté. J’ai donc décidé d’enseigner la littérature financière aux enfants, et je viens d’étudier des idées sur la façon de créer de la richesse. »

L’éducation financière dès le plus jeune âge. Sa fille n’a que 10ans, mais ce jeune père nommé Oxendine veut absolument qu’elle « devienne patronne » selon ses termes.

«Lorsque nous vendions des bonbons dans les salons et les salons de coiffure locaux, j’ai établi un climat de confiance avec les gens qui y travaillaient», a-t-il dit. « Donc, quand est venu le moment de les vendre sur notre distributeur automatique, la conversation a été facile. »

Ils ont donc acheté un distributeur, qui peut se trouver entre 1500 et 3000$ aux US. Fort de cet investissement ils ont commencé à exploiter cette machine, ce qui permet d’apprendre à gérer l’argent. Oxendine ne veut pas en rester là et compte proposer à d’autres enfants des cours d’éducation financière. Comme nous le savons tous, ces informations ne se trouvent à l’école que si vous faites des études supérieures orientées business et finance. Si vous avez dix ans, vous devez faire avec le père riche ou bien le père pauvre. En plus d’élargir l’offre à d’autres enfants de la communauté, Oxendine veut également multiplier les Distributeurs dans sa ville et apprendre à sa fille à gérer une croissance.

 

Avant d’avoir les distributeurs ils faisaient de la vente en direct aux commerçants et citoyens de la ville

«Je veux qu’elle comprenne la valeur d’être propriétaire d’une entreprise à un jeune âge. Donc, quand il s’agit de grandir… et qu’elle doit prendre des décisions sur la façon dont elle peut gagner de l’argent, elle sait qu’un emploi n’est pas le seul moyen. »

Combler les lacunes du système scolaire est impératif, c’est ce que nous essayons de faire à travers ce blog en particulier. Voir des personnes de notre génération avoir ce genre d’inspiration ne peut que nous motiver à aller plus loin dans notre offre de formation où vous pourrez bientôt vous former à l’éducation financière, vous…ou bien vos enfants. Cette jeune fille est très bien partie dans la vie grâce, en partie, à son père…on espère que la maman est dentiste!

Elimu

Source

Ludacris remet 75 000 $ aux nouveaux élèves du secondaire en Floride pour de nouveaux instruments de musique

Ludacris a donné à certains élèves du secondaire en Floride un tout nouvel équipement musical.

« Je comprends l’importance de l’éducation musicale », a déclaré Ludacris aux journalistes à propos du don. « C’est très important pour moi. »

Le rappeur devenu acteur a également rejoint une séance de questions-réponses qui a eu lieu lors d’une assemblée, où il a offert aux étudiants des mots d’encouragement.

« Si ce n’était pas pour les individus qui reviennent et me donnent cette confiance, je ne serais pas ici aujourd’hui », a déclaré Ludacris. « Si vous êtes renversé neuf fois, vous vous levez 10. Continuez. »

 

Kevin Segura, le directeur du groupe de l’école, a également parlé des nouveaux instruments et a déclaré qu’ils feraient deux choses: premièrement, ils amélioreraient le rendement musical des membres actuels du groupe et, deuxièmement, les instruments inspireraient, espérons-le, d’autres étudiants à rejoindre le groupe de musique.

Elimu

NYC verse plus d’un million de dollars en règlement de litige aux éducateurs noirs qui ont été pris pour cible par une directrice raciste

La ville de New York doit payer plus d’un million de dollars en réparations aux éducateurs qui ont souffert sous le mandat d’un directeur raciste.

Le paiement est le résultat d’un procès intenté par le ministère américain de la Justice contre le ministère de l’Éducation de New York en 2016, comme l’a rapporté le New York Daily News. Trois enseignants et un directeur adjoint ont affirmé que la directrice Minerva Zanca avait eu une vendetta contre les enseignants noirs du Pan American High School pendant l’année scolaire 2012-2013.

La ville de New York est poursuivie en justice après qu’un directeur d’école ait comploté contre ses employés noirs. (Photo: capture d’écran / YouTube)

L’ancien directeur adjoint Anthony Riccardo a accusé Zanca de lui avoir fait pression pour qu’il donne aux employés noirs des évaluations de faible performance afin de lui permettre de s’en débarrasser plus facilement. John Flanagan et Heather Hightower, deux professeurs noirs non titulaires, étaient les cibles principales du mépris de Zanca. Riccardo a déclaré que Zanca avait donné au couple des critiques négatives avant de faire une observation de leur travail, selon un communiqué de presse du bureau du procureur américain à Manhattan.

Zanca a également fait des commentaires racistes en présence de Riccardo. Elle lui a dit que Hightower «ressemblait à un gorille dans un pull» et a déclaré qu’elle ne pouvait «jamais» porter de «f-g couche-culotte» comme Hightower. Les commentaires de Zanca sur Flanagan se sont concentrés sur ses lèvres. Elle a demandé à Riccardo s’il avait vu les «grosses lèvres de Flanagan trembler» lors d’une réunion et l’a comparé à un homme noir dans une publicité Tropicana «avec ces mêmes lèvres».

Voir aussi: se former au plus près des meilleurs pédagogues et formateurs afro

Tous deux sont partis à la fin de l’année scolaire après des critiques négatives de Zanca. Hightower et Flanagan ont reçu respectivement 500 000 $ et 362 500 $ de la poursuite.

Lisa-Erika James, qui était titulaire, a également souffert sous l’administration de Zanca. James a dirigé un programme de théâtre très réussi à Pan American jusqu’à ce que le principal arrache le financement, entraînant des annulations. Zanca dirait à James qu’il n’y avait pas d’argent disponible pour ses productions, alors qu’en réalité, elle avait simplement redirigé les fonds ailleurs. Elle a également fait pression sur Riccardo pour donner à James une évaluation de performance négative.

Riccardo a refusé de punir l’un des professeurs, alors Zanca a dirigé sa colère contre lui. Elle l’a accusé de «saboter son plan», lui a donné une évaluation négative des performances et l’a fait escorter hors du bâtiment par la sécurité. Riccardo a reçu 175 000 $ du règlement.

James porte son affaire devant les tribunaux, le procès commence ce mois-ci. L’affaire fédérale contre la ville reste également ouverte.

« Il est presque impensable que, de nos jours, que l’un des districts scolaires les plus grands et les plus diversifiés des États-Unis permette à la discrimination raciale et aux représailles de prospérer », a déclaré le procureur américain du district sud de New York, Preet Bharara, en juin 2016 alors que le ministère de la Justice a lancé son propre procès contre la ville de New York.

«C’est pourtant ce qui, selon nous, s’est produit au Pan American International High School. Les lois fédérales sur les droits civils interdisent cette inconduite. Cette poursuite vise à remédier aux violations survenues à Pan American et à garantir que le Département de l’éducation de New York protège les droits civils de ses employés à l’avenir. »

Traduction Team Elimu

source

 

J’ai rompu avec elle parce qu’elle est blanche

Quand il s’agit de rencards, je préfère ne pas réfléchir à la notion de race, mais c’est quelque chose de difficile à ignorer.

 

O.K., permettez-moi de vous le dire franchement. Je pense que j’ai rompu avec ma dernière petite amie parce qu’elle est blanche. En fait, non, j’ai clairement rompu avec elle parce qu’elle est blanche.

Tout d’abord, un peu d’histoire: quand j’étais enfant, regarder mon père se préparer à sortir était quelque chose à voir. Il passait des heures à préparer son masque chaque matin pour je ne sais qui dehors, la personne ou la communauté à laquelle il faisait face. Un rasage frais suivi d’une tonne d’eau de Cologne (il est dominicain, et il est important pour lui que les gens sachent qu’il vient et qu’il est là), puis se sèche les cheveux pour obtenir cette coiffe parfaite.

Même des années plus tard, mon vieux mettaient encore plus de temps à se préparer que ma mère et ma soeur réunies, colorant délicatement  tous les poils gris errants qui pourraient apparaître dans sa barbiche.

Je lui demanderais: pourquoi? À quoi ça sert?

Il expliquerait qu’en tant que jeune homme en République dominicaine, vous deviez travailler si dur pour vous perfectionner, préparer votre masque, de sorte que lorsqu’une jeune femme européenne ou américaine passait, elle pouvait vous choisir, comme il le disait, pourrait vous ramener chez elle. Comme si c’était votre seule issue.

Plus tard, il s’est rendu à New York, où il a rencontré ma mère, qui est colombienne. Il était marié maintenant et n’avait plus à être «choisi». Mais les habitudes ancrées à l’adolescence peuvent être difficiles à briser.

J’ai donc appris très tôt à quel point il était important d’être «choisi», sélectionné. Sélectionné par qui est devenu et reste mon dilemme.

Cela fait un an que j’ai rompu avec ma petite amie, et je ne lui ai pas dit la vraie raison. J’en ai parlé, en marmonnant un truc dans le genre que j’essayais de savoir qui j’étais. Elle ne comprenait pas. Je ne suis pas sûr de me comprendre non plus. Il n’y avait rien de mal avec elle.

Je ne sais pas vraiment quel était mon point de basculement. C’est juste arrivé comme ça. À 30 ans, je me suis réveillé un jour, j’ai pris une profonde inspiration, je l’ai regardée et je me suis dit: «Je ne pense plus pouvoir sortir avec des femmes blanches.

Peut-être que je n’aurais pas rompu avec elle s’il n’y avait pas eu tout ce jugement. Au fil des ans, j’ai fréquenté des femmes brunes et noires, mais surtout des femmes blanches. Je n’avais pas pensé à pourquoi, mais quand des bruns et des noirs de ma communauté ont commencé à me donner du mal à sortir avec des femmes blanches, j’ai senti qu’elles seraient plus heureuses si j’arrêtais.

J’ai également eu des vibrations étranges de la part de certains blancs, à savoir les parents des femmes avec qui je sortais. Comme ceux qui – même après avoir fréquenté leur fille pendant six mois – pensaient toujours que j’étais de Porto Rico. Je ne suis même jamais allé à Porto Rico.

Ou ceux qui ont dit en me rencontrant: « Oh, j’adore‘ Buena Vista Social Club. ’»

Oui, c’est sûr, c’est un grand film, mais il en est de même pour « Gladiator ».

Et ceux qui m’ont demandé si je parlais mexicain. Oui, tout cela a éxisté. Il en va de même pour le père qui a ouvert la porte et a dit: «Désolé, ce n’est pas la nuit des tacos», puis l’a refermé sur mon visage, seulement pour l’ouvrir à nouveau parce qu’il «plaisantait».

J’ai été avec des gens dans les épiceries qui pointent leur doigt vers le dulce de leche (confiture de lait ndlr) et disent: « Regarde, Chris, c’est toi. » En fait, je suis intolérant au lactose.

Mais la vraie raison pour laquelle je pense que je ne peux plus sortir avec des femmes blanches n’est pas tout ça. C’est parce que dans la société actuelle qui se réveille avec des hashtags, il y a une pression folle pour se réveiller avec des hashtags. Être conscient des implications de qui vous attire et pourquoi. Ce qui signifie qu’aux yeux des autres, la couleur des femmes avec qui je sors est très importante. Comme si j’étais le problème. Comme si je trahissais mon peuple si je sortais avec des femmes blanches.

Mais on m’a appris que nous étions tous un seul peuple!

Je vois des gens qui me regardent d’un œil puant, le nez retroussé, comme s’ils pensaient que les gens noirs et bruns seraient mieux en quelque sorte si je jetais ma petite amie blanche. C’est beaucoup de pression. Avec chaque œil vigilant, les chuchotements de «Choisissez un côté, Chris, choisissez un côté», remplissent mon esprit déjà bruyant.

J’ai commencé à lire James Baldwin, Ta-Nehisi Coates et d’autres auteurs noirs et bruns à la recherche de conseils, d’une feuille de route, d’une aide sur ce que signifie être un homme brun dans le monde. Comme: Oui, nos corps ont été colonisés. Oui, je suis un enfant noir. Oui, le corps noir a fait plus pour la société qu’il n’en a obtenu en retour. Oui, la société semble vouloir embrasser beaucoup de choses associées à la noirceur sans être réellement noire.

Comment on est venu ici? Si tout le monde est si réveillé, pourquoi les choses sont-elles si terribles? Peut-être que tout le monde n’est pas si réveillé. Quoi qu’il en soit, que dois-je faire? Comment puis-je aimer en tant que corps brun dans le monde d’une manière qui rend tout le monde heureux? Je suis tombé amoureux d’une femme blanche et elle est tombée amoureuse de moi – aussi simple que cela – pourtant j’ai l’impression de faire la mauvaise chose en sortant avec elle.

Suis-je le problème ou tout le monde? Les femmes blanches me trouvent-elles attirantes ou me voient-elles comme une idée exotique qu’elles devraient trouver attirante? Est-ce que je trouve les femmes blanches attirantes ou les vois-je comme une idée exotique que je devrais trouver attirante? Est-ce que je sais même à qui je suis attiré ou pourquoi?

Je dois penser que mes préférences ont été au moins quelque peu façonnées par l’image omniprésente des hommes latins comme «L’amant», une image qui m’a me noue la gorge. Pas à cause de ce que nous aimons ou de qui nous aimons, mais comme une sortie, une façon d’être vu et d’être sauvé. Comme mon père l’a dit: « Peut-être qu’ils te choisiront. »

C’est un message amplifié par les films et la télévision, de «Save the Last Dance» à «Master of None» et des dizaines d’autres récits qui présentent tous, d’une manière ou d’une autre, un homme noir ou brun amélioré par le fait d’être avec un blanc femme.

Depuis que je suis enfant, j’ai intériorisé l’idée que la main que je tiens détermine ma valeur plus que mes propres mains. Que mon pouvoir n’a autant de valeur que la personne à mes côtés. Tout un système est codé en moi. Pourquoi la valeur de soi n’était-elle pas codée en moi?

Avant ma naissance, ma mère a dit à mon père qu’elle était enceinte à 3 heures du matin sur une plate-forme de métro de New York. Elle et mes parents se sont engagés à donner aux enfants tout ce qu’ils n’ont jamais eu, à s’efforcer et à réaliser et à subvenir à nos besoins, et en réponse à leur aspiration, certains dans leur monde ont pensé qu’ils abandonnaient leurs racines et essayaient de devenir autre chose. Ces gens leur ont dit: « Vous essayez d’être blanc maintenant? »

Qu’est-ce que cela signifie – essayer d’être blanc? Nous l’avons tous entendu (peut-être pas nous tous). Je l’ai dit. Si on y réfléchit, c’est vraiment juste un commentaire sur le pouvoir: « Chico, tu essayes d’avoir le pouvoir maintenant? »

Oui oui.

En vérité, le colorisme a toujours été une chose. L’aspiration à «améliorer la course» a toujours été une chose. Ma grand-mère et d’autres grands-mères et mères nous avertissaient: « Ne sortez pas avec quelqu’un de plus sombre que vous. Ne sortez pas avec des cheveux rêches, de grosses lèvres et de gros nez.  »

J’ai ramené à la maison une fille noire au lycée et ma tante a marmonné avec colère: « Oh, tu le vois et cette Negrita? »

J’aurais dû parler. «Eh, vas-y, arrête! Je me fiche de vos putains d’opinions sur la façon dont les gens sont sombres et à quel point leurs cheveux sont crépus. Vous avez déjà regardé de vieux albums de famille? Tu me regardes jamais? Vous êtes-vous déjà regardé? Nous ne sommes pas blancs. Pas même près.  »

Mais je n’ai rien dit. (« Choisissez un côté, Chris, choisissez un côté. »)

Alors je me tiens là, essayant de me réveiller, de ne pas sortir avec des femmes blanches et de me sentir un peu mal à ce sujet. Parce que je sort vraiment avec, et je pense que la décision de ne plus sortir avec des femmes blanches pourrait ne pas être la mienne, que toute décision de choisir un camp n’aide pas tout le monde, car comment pouvons-nous résoudre quoi que ce soit dans ce monde plein de hashtags machin sans nous séparer et nous isoler? Et aussi, je veux dire, beaucoup de femmes blanches sont vraiment cool.

De toute évidence, les femmes blanches sont cool. Toutes les femmes sont cool. Cool est un mot si simple, pas le mot que je veux utiliser en ce moment. Je ne veux pas juste dire cool. (Je ne devrais probablement même pas parler de sortir ou de ne pas sortir avec des femmes blanches. Ah, mec, ça ne va pas là où je le voulais -)

Quoi qu’il en soit, c’est moi qui désire ardemment, qui prie, tiens un journal, écrire, dialogue, organise un one-man show, souhaite beaucoup de chose, essaye de choisir un camp, me demander comment me choisir moi-même et essayer d’envelopper ma tête autour de cela, en espérant que je suis bien en train de faire un truc conscient, parce que quelque chose ne va pas bien.

Christopher Rivas est un conteur, acteur et créateur de « The Real James Bond Was Dominican! »

Traduit par Elimu

source

Teddy Riner lance deux écoles dans les métiers du sport

A l’instar d’autres grands champions comme Lebron James et son école I Promise, Teddy Riner s’est lancé dans l’éducation. Après avoir ouvert une première école Paris School Sport, crée après l’obtention des JO 2024 à la ville de Paris, il récidive avec non pas une mais deux écoles sur les même thèmes: marketing du sport, communication, évènementiel, management. Elles seront situées à Rennes et Toulouse.

« Le marché du sport a un besoin urgent de compétences dans ces métiers-là. Pour 2024, les entreprises et les collectivités locales et territoriales vont devoir recruter des profils de qualité. Nous allons multiplier les partenariats et les collaborations avec les sponsors et les partenaires des Jeux Olympiques de 2024 et des grandes compétitions sportives françaises et internationales, pour leur proposer de faire de cette école un vivier de recrutement. »  A-t-il déclaré.

Un tel champion avec une si belle vision c’est très rare. Saluons sa détermination à faire grandir autrui pendant qu’il s’évertue à toujours plus dominer son sport, faisant de Teddy Riner l’un des plus grands sportifs de l’Histoire de la France.

Source

6 choses à savoir sur le Dr Mark Dean, l’inventeur noir responsable du PC moderne

Il y a des histoires que personne n’a intérrêt à raconter aux Noirs. Celle du Dr Mark Dean est symptomatique du déni que la société occidentale accole au génie Noir. Une simple requête wikipedia sur son nom vous en convaincra. Nous avons donc la responsabilité d’honorer nos génies et nos figures historiques. C’est précisément ce que nous faisons ici en vous racontant l’histoire d’un des hommes et des femmes qui ont contribué à changer la face du globe, rien de moins.

Lorsqu’on parle de révolution numérique, de l’âge du digital, on ne parle jamais de lui. Pourtant il est aussi important, si ce n’est plus, que les plus grands noms des GAFAM.

Parlez-en a vos enfants, cette personne peut-être une inspiration pour les générations futures qui devront, quoi qu’il arrive, vivre avec le produit de ses inventions: l’informatique moderne.

Début de carrière et éducation du Dr Mark Dean

Mark Dean (2 mars 1957) a commencé sa carrière chez IBM en tant qu’ingénieur travaillant sur les tout premiers ordinateurs personnels dans les années 1980. Dean devrait être aussi célèbre que Steve Jobs, Bill Gates et Steve Wozniak pour ses contributions exceptionnelles aux PC, ordinateurs portables et autres appareils modernes.

En 1979, il est major de promotion  dans sa discipline à l’Université du Tennessee et a ensuite travaillé pour IBM. Dean a également obtenu un diplôme en génie électrique (computer science) de la Florida Atlantic University en 1982 et un doctorat dans ce même domaine à la Stanford University en 1992.

Un PC plus efficace et plus productif

En 1981, au cours de ses premières années chez IBM, Dean et un collègue ont créé le bus ISA, qui était destiné à rendre les PC plus utiles dans les bureaux et les entreprises. Les imprimantes, scanners, moniteurs et pilotes de disque pouvaient désormais être connectés directement aux ordinateurs eux-mêmes. L’image ci-dessus montre à quoi ressemblait le premier bus ISA.

 

Dean détient 20 brevets

Dean a passé toute sa carrière à travailler chez IBM. En fait, son travail était si révolutionnaire qu’il détient trois des neuf premiers brevets de la société informatique sur les inventions sur lesquelles tous les PC sont basés. Par exemple, il a travaillé sur la première carte graphique couleur qui permettait aux moniteurs d’afficher la couleur. Dans l’ensemble de sa carrière, Dean détient 20 brevets pour ses diverses inventions et la plupart d’entre elles proviennent d’inventions IBM.

Ordinateurs intelligents

En 1999, Dean a dirigé une équipe de programmeurs pour développer l’un des tremplins de la technologie informatique moderne – la première puce gigahertz. La puce du microprocesseur CMOS est remarquable car elle a traité un milliard de calculs et de grandes quantités de données en une seconde. Un cap a été franchi avec cette puce révolutionnaire.

 

Leader chez IBM

Avec tout son succès sur le PC, IBM a choisi Dean pour devenir vice-président des performances de la division RS / 6000 en 1997. Dans son nouveau rôle, il a agi comme un homme d’idée, proposant de nouveaux produits qui changeraient la façon dont la technologie affectait la vie courante. L’une de ses idées était pour la tablette électronique. Deux ans plus tard, il est devenu directeur du Austin Research Lab d’IBM, où il a développé la puce gigahertz. À la fin des années 90 et 2000, il a été vice-président de plusieurs départements IBM.

Héritage

En 1996, Dean a été nommé IBM Fellow, ce qui fait de lui le seul employé noir de l’entreprise à obtenir cet honneur. Pour ses réalisations incroyables, il a également été intronisé au National Inventors Hall of Fame et a reçu le prix du président du Black Engineer of the Year Award en 1997. En 2001, il a été élu membre de la National Academy of Engineers (NAE).

Elimu

source

L’OJAL devient Elimu!

Pour beaucoup, si vous lisez ces lignes c’est parce que de près ou de loin vous connaissez l’OJAL. Que vous nous ayez connus depuis nos débuts en 2014 ou que vous venez de nous découvrir, que vous nous connaissiez à travers nos événements associatifs à Lyon ou à travers nos activités sur internet, vous êtes témoins d’une mutation : en effet comme la chenille devient papillon, nous tournons une page de vies de militants panafricanistes pour embrasser une nouvelle époque pleine d’aventures, l’Organisation de la Jeunesse de Lyon devient Elimu. Nous revenons dans cet article sur notre historique ainsi que les raisons de notre évolution.

 

Elimu est une plate-forme éducative numérique qui propose un nouveau regard sur l’éducation des personnes afrodescendantes. En effet, « elimu » est un mot swahili qui veut dire « éducation ». Le but est de promouvoir une éducation spécialisée pour personne d’ascendance africaine.

Cette plate-forme lancée en 2019 est le résultat de plusieurs années d’activités militantes et de réflexions personnelles et collectives.

Nous sommes deux frères, d’origine africaine qui depuis l’adolescence se posent des questions quant à leur place dans ce monde dominé par la suprématie blanche et l’hyper-capitalisme mondialisé. Très vite, la question de l’identité s’est fait ressentir car, comme la plupart des jeunes noirs évoluant dans un pays de Blancs, on nous renvoyait continuellement à nos origines et notre apparence. Vous connaissez sûrement tous les questions gênantes que les non-racisés peuvent poser au sujet de nos cheveux, notre peau, notre pays d’origine ou notre culture…

 

Le choix a été rapidement celui d’approfondir nos connaissances sur qui nous sommes en tant que garçons noirs et africains. Cette décision nous a conduites à la création d’une organisation panafricaniste dès 2014 qui se fit connaître dans la sphère afro-francophone sous le nom d’Organisation de la Jeunesse Afrodescendante de Lyon (OJAL).

L’organisation fonctionnait autour de trois pôles : Education, Black Business et Media et avec pour ligne directrice un programme politique que nous avons appelé « Initiative Communautaire » :

 

Les 5 principes fondamentaux :

UNITÉ :

Nous pensons que l’unité des populations afrodescendantes, où qu’elles se trouvent, ainsi que l’émergence d’une conscience communautaire sont des conditions sine qua non à l’élévation politique, économique, sociale et culturelle du continent et de la diaspora.

AUTODÉTERMINATION :

L’OJAL se positionne de manière ferme contre l’impérialisme et le paternalisme de toutes sortes. Nous promouvons de manière inconditionnelle l’indépendance réelle de notre peuple. Nous estimons que notre communauté a assez mendié, et qu’il est grand temps que nous comprenions qu’il est inadmissible que nous attendions que d’autres fassent pour nous ce que nous sommes amplement capable de faire pour nous-même et par nous-même.

SOLIDARITÉ ET RESPONSABILITÉ COMMUNAUTAIRE :

Il est impératif que notre communauté s’organise afin de créer de vrais réseaux de solidarité. Indéniablement les destins des populations afrodescendantes sont liés, il est donc dans notre intérêt de nous entraider et de collectiviser ressources et connaissances.

COOPÉRATION ÉCONOMIQUE :

L’OJAL est consciente que l’amélioration de nos destinés, ne passera que par la maîtrise de notre économie (promotion de l’auto-entrepreneuriat, soutien aux entreprises et institutions afro-descendantes) et la coopération productive. Notre communauté doit comprendre qu’elle s’appauvrit à chaque fois qu’elle dépense chez les autres. 

RAPATRIEMENT:

L’OJAL appel au rapatriement des forces vives de la diaspora vers notre continent (ou des territoires majoritairement noir). L’histoire des Afrodescendants prouve que l’offre d’intégration est hypocrite et mensongère, et affaiblit notre communauté au profit des autres.

 

Le but de l’OJAL était de créer une conscience communautaire dans la ville de Lyon, à travers un certains nombres d’activités de sensibilisation et de conscientisation à l’éducation politique afro diasporique (conférences, projection-débat, promotion du black business, micro-trottoir, programme de soutien scolaire …etc).

La team OJAL lors d’un événement de la promotion du Black Business en 2015

Cette organisation nous a permis de mettre en pratique nos idéaux et de les confronter à la réalité du terrain. Assez rapidement, nous étions connu dans la ville et les acteurs de la communauté (entrepreneurs, élus, présidents d’associations, étudiants …etc) nous sollicitaient régulièrement sur le thème du panafricanisme et de la revalorisation de soi. Nous étions la référence du « radicalisme noir » à Lyon, mais en France plus largement aussi.

L’OJAL faisant la promotion de l’Initative Communautaire à Lyon auprès des étudiants

C’est cependant sur internet que nous avons connu une plus grande exposition grâce à notre page Facebook qui regroupe 30 000 abonnés et notre site internet sur lequel nous publions régulièrement des articles sur l’histoire et l’actualité des Afrodescendants. Nous étions devenu une des organisations panafricanistes les plus influentes en France des 5 dernières années.

Notre réseau de partenaires et notre impact sur les membres actifs dans la communauté afro francophone venait consolider l’idée que nous étions sur la bonne voie.

Les cadres de l’OJAL avec le Dr. Umar Johnson

5 ans plus tard, forts de nos succès (le but de créer un eco-sytème afro communautaire à Lyon ayant été  globalement atteint) mais fatigués de cette vie ingrate de militants (sans salaire, reconnaissance pas à la hauteur des efforts …etc), l’un de nos co-créateur étant partis poursuivre ses activités de journaliste à Paris au sein de la rédaction du média NOFI, ce fût une opportunité pour nous de changer de format.

Nous visons maintenant bien plus large qu’une seule ville, nous visons les communautés afro de toute la planète, et nous nous concentrons sur la base du problème des Afrodescendants: l’éducation. C’est ainsi qu’est né Elimu qui se veut être l’ed-tech afro de référence, l’accélérateur de consciences noires dont le 21ème siècle à tant besoin.

Un an après sa création, Elimu devient internationale puisqu’elle est maintenant présente sur le continent africain, dans la ville de Kigali, au Rwanda précisement. Elle est une Organisation Non-Gouvernementale spécialisée dans l’éducation et la formation des personnes d’ascendance africaine où qu’elles soient. A Kigali par exemple, nous avons ouvert un ciné-club qui propose du contenu audio-visuel sur le thème de l’histoire et la culture des peuples d’Afrique dans un cadre de réflexion et de discussions.

Le logo du ciné club d’Elimu à Kigali

En attendant de nouveaux formats que nous mettrons en place pour diffuser les connaissances présentes dans le monde panafricain (Web TV, radio, maison d’édition …etc), restez connecté sur notre site, et nos réseaux sociaux !!

Pour être sûr de ne rien rater sur nos actualité abonnez-vous à notre newsletter