Thomas Sankara s’adressant à la journaliste et auteure canadienne Joan Baxter à Ouagadougou, en 1987. Le chef populaire du Burkina Faso a été renversé et tué la même année dans un coup d’État français. Depuis 1960, un total de 68 coups d’État ont été effectués dans 27 pays d’Afrique, principalement pour éliminer les dirigeants qui ne dansaient pas au son des anciennes puissances coloniales / © Joan Baxter

 

Pourquoi aucun pays africain n’est vraiment libre ou indépendant?

 

Aucun pays africain n’est vraiment libre ou indépendant; tous sont encore déstabilisés et manipulés pour que leurs anciens colonisateurs européens puissent encore faire des profits, estime Kalidou Diouf. L’éducation est le seul moyen pour l’Afrique de se libérer de l’oppression du premier monde, pose-t-il.

L’auteur germano-sénégalais né à Heidelberg, Kalidou Diouf, est étudiant en journalisme et nouveaux médias en Californie, aux États-Unis.

L’Afrique est le continent le plus riche du monde. La surface du berceau de l’humanité a été béni avec une beauté infinie et l’abondance de la flore et la faune. L’Afrique produit la récolte la plus exquise de cacao, de café et de légumes. Il abrite une faune incroyablement diversifiée et de vastes ressources marines. La terre qui est littéralement dorée est couverte de montagnes à couper le souffle, des rivières qui coulent dans les océans en face de magnifiques plages s’étendant sur quatre zones climatiques différentes. Outre les trésors évidents du sol africain tels que l’or et les diamants, l’Afrique compte environ 20 minéraux uniques et précieux. C’est un paradis, habité par les plus belles âmes. Néanmoins, la richesse du plus grand continent du monde n’a pas été une bénédiction pour l’Afrique mais une malédiction qui l’a transformé en le continent le plus sous-développé de la planète.

 

Depuis le 19ème siècle, l’Afrique a fait face à l’agression impérialiste européenne, aux pressions diplomatiques, aux invasions militaires et à la conquête et à la colonisation. Dans les années 1870 (environ 200 ans après l’apogée de la traite négrière transatlantique), des empires établis, notamment la Grande-Bretagne, le Portugal et la France, tentent de prendre le contrôle des royaumes, des tribus et des sociétés africaines en revendiquant de vastes étendues africaines. Naturellement, les Africains ont résisté et ont insisté sur le maintien d’un système d’interaction commerciale avec les étrangers qui exprimaient leur souveraineté en tant qu’entités politiques et économiques autonomes, mais après une vingtaine d’années leur résistance a été vaincue avec succès par les technologies militaires supérieures du colonisateur.
 
Les Européens ont pris les produits minéraux et agricoles de ces colonies aux prix les plus bas possibles. Les colonies fournissaient également des marchés pour les biens manufacturés européens. La fabrication par les Africains dans les colonies africaines (et dans les Caraïbes) était interdite et l’entreprise africaine était diminuée ou éliminée de toutes les manières possibles. À l’époque de la colonisation, l’Afrique s’était terriblement appauvrie. Beaucoup de gens des anciens royaumes et des sociétés qui avaient fonctionné parfaitement sans aucune forme de monnaie étaient maintenant forcés de s’adapter aux nouveaux systèmes et ont donc été forcés de travailler dans des emplois dégradants pour un salaire qui était, dans la plupart des cas, à peine suffisant pour survivre. 

 
Cependant, malgré l’oppression constante et la propagande éducative auxquelles les Africains ont dû faire face durant le «siècle» de la colonisation, leur esprit et leur fierté n’ont jamais été brisés. Finalement, les émeutes dans les colonies et la population généralement agitée étaient trop difficiles à gérer pour les administrateurs coloniaux, de sorte que les puissances coloniales ont dû les retirer. Surtout durant les années 60 et 70, une multitude de pays africains s’étaient « libérés » de la colonisation. Mais les empires européens sont intelligents, donc ils ne sont pas partis sans garder le contrôle de l’ensemble de l’économie et des ressources naturelles du continent. 
 
La France était particulièrement angoissée de perdre sa source de revenus la plus profitable pour son pays, donc quand le peuple de Guinée a décidé en 1958 de se «libérer» et de sortir de l’empire colonial français, l’élite coloniale française à Paris était si furieuse que dans un acte de furie historique, l’administration française en Guinée détruisit tout ce qui représentait ce qu’ils appelaient les avantages de la colonisation française: écoles, crèches, bâtiments de l’administration publique, voitures, livres, médecine, instruments de l’institut de recherche, tracteurs. En outre, des chevaux, des vaches et des chèvres ont été tués dans les fermes et la nourriture dans les entrepôts a été empoisonnée ou brûlée. Il était évident que la raison de cet immense acte de violence et de destruction avait été commise pour avertir les colonies françaises restantes que si elles décidaient de rejeter la France, cela aurait des conséquences. Mais les autres pays colonisés français n’ont pas été intimidés par cela trop longtemps, et ainsi en 1960 la République du Togo a décidé qu’elle ne ferait plus partie de l’empire français.

Dans ce cas, cependant, le premier président du Togo, Sylvanus Olympio, a joué intelligemment. Conscient de la violence et de la destruction que son pays devrait subir pour vouloir être indépendant, il convient que la République togolaise paiera une dette annuelle à la France pour les prétendus avantages que la colonisation française a apportés au Togo. C’était le seul moyen d’empêcher les Français de détruire le pays avant de partir; le seul problème était que le montant estimé par la France était si énorme que le remboursement annuel de la soi-disant «dette coloniale» était proche de 40% du budget du pays en 1961.

Détruire le mythe mondial autoproducteur d’une Afrique dépendante de l’aide alors que l’Afrique aide le reste du monde. Le rapport de 2014 sur la lutte contre la pauvreté dans le secteur de la santé montre que l’Afrique verse annuellement au reste du monde 58 milliards de dollars américains par an. © Health Poverty Action

En conséquence, le Togo était économiquement trop instable pour survivre en tant que pays indépendant. Le président Olympio a donc décidé qu’il devait sortir de l’argent colonial français, le CFA, pour sauver son économie. Le 13 janvier 1963, trois jours après que le Togo a commencé à imprimer sa propre monnaie, une escouade de soldats analphabètes soutenue par la France a tué le président Olympio, le premier président élu de l’Afrique nouvellement indépendante.

Ce fut le premier des nombreux meurtres et coups d’État lancés par le gouvernement français afin de garder leurs anciennes colonies déstabilisées. David Dacko, Thomas Sankara, Maurice Yaméogo et Hubert Maga sont quelques-uns des présidents les plus notables qui ont été tués ou jetés en prison à la suite de la lutte pour l’indépendance de leur pays. En effet, depuis 1960, 68 coups d’État ont été effectués dans 27 pays de l’Afrique, dont 17 sont d’anciennes colonies françaises.

Ces chiffres montrent clairement que la France est désespérément désespérée de conserver ses anciennes colonies. C’est pourquoi la France n’a jamais donné à ses colonies l’opportunité d’être indépendante. Ce n’est qu’une illusion supposée faire croire aux gens qu’ils sont libres et indépendants et responsables de leur propre sort, alors que la France contrôle encore presque tous les aspects significatifs de leurs «anciennes» colonies. En 2008, l’ancien président français Jacques Chirac a déclaré: «Sans l’Afrique, la France descendra au rang de pays du tiers monde». La France industrielle n’a rien à offrir qui expliquerait pourquoi elle reste l’un des pays les plus riches du monde. La seule raison pour laquelle le pays est encore aussi riche qu’il y a 50 ans, c’est que le système colonial consacre chaque année environ 500 milliards de dollars américains de l’Afrique à son trésor.

Aujourd’hui encore, 14 pays africains sont encore économiquement opprimés par la France à travers un pacte colonial qui les oblige à placer 85% de leurs réserves de change dans la banque centrale française sous le contrôle du ministre des Finances français. Le Togo, le Sénégal et environ 12 autres pays africains doivent encore payer une dette coloniale à la France. Les dirigeants africains qui refusent de payer sont tués ou deviennent des victimes du coup d’État. Ceux qui obéissent sont soutenus et récompensés par la France avec un style de vie somptueux alors que leur peuple doit supporter l’extrême pauvreté et le désespoir. Mais la France n’est pas le seul coupable sur ce continent: ils sont juste les plus évidents. D’autres pays européens comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la Belgique et le Portugal utilisent des stratégies identiques ou similaires pour conserver le contrôle de leurs «anciennes» colonies. La réalité est qu’aucun pays africain n’est vraiment libre ou indépendant; tous sont encore déstabilisés et manipulés pour que leurs anciens colonisateurs européens puissent encore faire des profits. Ce type de colonisation est appelé « néo-colonialisme ».

 

Les stratégies des néo-colonisateurs pour maintenir le contrôle comprennent la dette coloniale, la confiscation automatique des réserves nationales, le droit de premier refus sur toute ressource brute ou naturelle, le droit exclusif de fournir du matériel militaire et de former les officiers militaires du pays, le droit de pré déployer des troupes et intervenir militairement dans le pays pour défendre ses intérêts, l’obligation d’utiliser l’argent colonial, l’obligation de faire de la langue coloniale la langue officielle du pays et la langue pour l’éducation et l’argent; et beaucoup plus.
Comme je l’ai mentionné plus tôt, l’Afrique est le continent le plus riche du monde. Le premier monde a désespérément besoin de l’Afrique et de ses ressources naturelles, car les ressources alternatives sont presque inexistantes en dehors de l’Afrique. Ils ont besoin de l’Afrique pour leurs téléphones mobiles, leurs avions, leurs voitures, leurs bijoux, leurs technologies de construction, etc. Et l’Afrique n’en a vraiment pas besoin du tout. L’Afrique a de loin les plus grandes réserves d’or du monde, alors comment est-il possible que 5000 unités de chaque monnaie africaine valent moins d’une unité de n’importe quelle première monnaie mondiale donnée? Si les Africains sont ceux qui possèdent tous les diamants et l’or du monde, pourquoi ne revendiquent-ils pas leurs biens?

Ajouter une légenÉtudiants sur un campus universitaire à Nsukka, Nigéria. Le système éducatif africain a été critiqué comme ayant une âme coloniale. « La plupart des Africains n’ont même pas l’éducation pour comprendre ce qui se passe dans leur pays et pourquoi ils doivent vivre dans ces conditions dégradantes », explique l’auteur / © PNN de

La réponse est l’éducation. L’Afrique est le continent le plus sous-éduqué de la planète. Selon UNECO, seulement environ 50% de tous les Africains ont déjà visité une école. Environ la moitié de tous les Africains ne savent même pas écrire ou lire et la plupart des Africains qui sont allés à l’école n’ont appris que des compétences élémentaires. Alors que le reste du monde présente une image de l’Afrique qui est pauvre et mourante et qui survit simplement à la merci de l’Occident, soutenue par d’énormes sociétés de relations publiques (UNICEF, Croix-Rouge, Life Aid, etc.) des campagnes pour soutenir cette image de l’Afrique à l’échelle mondiale, financée par des millions d’innocents qui pensent pouvoir aider avec leurs dons.

La plupart des Africains n’ont même pas l’éducation nécessaire pour comprendre ce qui se passe dans leur pays et pourquoi ils doivent vivre dans ces conditions dégradantes. L’éducation est le seul moyen pour l’Afrique de se libérer de l’oppression du premier monde. Si les peuples africains comprennent leur situation et la raison pour laquelle rien ne change pour le mieux, ils pourront se battre pour une véritable indépendance.

Au cours des deux derniers millions d’années, il est apparu que chaque fois qu’un prédateur devenait si avare qu’il surchauffait et surexploitait les ressources, la sélection naturelle faisait disparaître le prédateur; et l’homme noir souffre depuis trop longtemps maintenant …

Source : theAfricanCourrier.de

Traduit par la Team OJAL
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *