fbpx

« Nkrumah était le meilleur leader que l’Afrique a connu! » R. Mugabe

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a décrit le premier président du Ghana, Dr. Kwame Nkrumah, comme un vrai révolutionnaire qui a combattu pour l’émancipation du Ghana et de l’Afrique.





Le président de 93 ans a fait cette remarque en s’adressant aux médias au siège du gouvernement du Ghana, la Flagstaff House mardi 7 mars 2017.

Il a profité de l’occasion pour rendre un vibrant hommage au leader ghanéen, ajoutant qu’il voit les qualités du premier président du Ghana dans le président Akufo-Addo.


Mugabe a dit qu’il tient les enseignements de Nkrumah en grande estime en disant :

« J’ai prêché Nkrumah. »





Il a en outre loué le Dr Nkrumah pour avoir aidé certains pays africains à obtenir l’indépendance.

M. Mugabe faisait partie d’autres dirigeants africains qui ont honoré le 60e défilé de la Journée de l’indépendance du Ghana à Accra le 6 mars 2017.

M. Mugabe est lié au Ghana à bien des égards comme il a été enseignant au Ghana, et s’est marié avec une femme ghanéenne.

Le commentaire du leader zimbabwéen vient après des critiques d’une partie des Ghanéens qui a trouvé que le discours du Président Akufo-Addo au Black Star Square cherchait à fausser l’histoire du Ghana pour favoriser son lignage politique contre le récit de Nkrumah. Akufo-Addo n’a pas faussé l’histoire du Ghana

Mais le porte-parole du président, Mustapha Hamid, a rejeté les affirmations selon lesquelles le président avait tenté de détourner l’histoire du Ghana pour favoriser son père, Edward Akufo-Addo, et son oncle, J.B. Dankwa, qui a également joué un rôle clé dans la lutte pour l’indépendance.

Le porte-parole présidentiel du Zimbabwe et le secrétaire permanent de l’information, des médias et des services de radiodiffusion, George Charamba, ont dit plus tôt aux médias que le Ghana était un phare de l’indépendance africaine.


« Pour nous, le Ghana est un symbole des luttes et de l’indépendance de la liberté africaine et en revenant au Ghana, Son Excellence s’associe à la politique et à la volonté du Ghana dans le contexte des luttes africaines pour l’indépendance. Deuxièmement, le président a enseigné pendant une période au Ghana peu après son indépendance, il y a donc un attachement émotionnel à son retour, outre le facteur conjugal.

En raison de la présence du Président au Ghana à ce moment critique-là de l’histoire, il est devenu un vecteur par lequel la politique panafricaine du Ghana et les instruments de la lutte ont été introduits dans la politique nationaliste dans la Rhodésie d’alors »


Source : www.ghanaweb.com
Traduit par la Team OJAL


Laisser un commentaire