Robert Mugabe a émis un avertissement aux citoyens blancs du Zimbabwe et à leurs droits sur la terre. Il insiste sur le fait qu’ils sont venus faire du pays un territoire blanc.

Parlant aux funérailles d’état de la veuve du vice-président Joseph Msika, jeudi 28 septembre après-midi, le président Mugabe a prétendu qu’il voulait « combattre les gens qui venaient dans le pays » et l’ont revendiqué pour eux-mêmes. Ceci, bien sûr, signifiait  » les Blancs « . Il a utilisé sa tribune à Harare’s National Heroes Acre pour délivrer un solide argumentaire sur le Zimbabwe et à qui il appartient réellement, selon le journal appartenant à l’État, The Herald.

Joseph Msika, ancien vice-président du Zimbabwe

Le sens du protectionnisme de MUGABE


« Si vous venez chez moi et que vous dites que c’est chez vous, je vais vous combattre. Dans le même ordre d’idées, c’est comme ça que les gens comme Joseph Msika ont résisté. Les Blancs sont venus au Zimbabwe et ont voulu en faire le leur. Ils ne sont pas conscients du fait que ce qui n’est pas à vous ne sera jamais à vous. Peu importe combien vous vous battez pour cela. « 

 


Ses propos flattent effectivement l’aile jeunesse de Zanu PF. Ils voulaient voir Mugabe faire plus de «réformes foncières» pour virer les agriculteurs blancs de leur propriété et être remplacés par des occupants noirs.

Durant son règne de 37 ans dans le pays, la débâcle de la réforme agraire du début des années 2000 a été l’une des plus grandes farces de la politique africaine. 

Quelque 4 000 propriétaires de la ferme ont peuplé le pays, mais seulement quelques centaines à ce jours ont été expulsés. Mugabe a mis la politique partisane devant le bon sens et la pensée rationnelle, avec la perte des agriculteurs qui aggravent l’horrible état économique du pays.

 



Que pensez-vous des propos de Mugabe : est-ce de la rhétorique ou protège-t-il vraiment les intérêts des Zimbabwéens?

Source : TheSouthAfrican.com
Traduit par la Team OJAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *