fbpx

Le taux de mort subite cardiaque des afrodescendants bien supérieurs à ceux des Blancs aux USA

« Une nouvelle étude de l’American Heart Association révèle que les communautés afrodescendantes ont des taux plus élevés de décès par arrêt cardiaque, en particulier chez les femmes, que les blancs.

Les résultats d’une étude de l’athérosclérose Risk in Communities (ARIC) ont révélé qu’à l’âge de 85 ans, les hommes afrodescendants représentaient 9,6% des décès subits d’origine cardiaque, contre 6,6% des femmes afrodescendantes. En comparaison, les hommes blancs représentaient 6,5% des décès suite à un arrêt cardiaque soudain, tandis que les femmes blanches représentaient 2,3% de ces victimes. Ces chiffres montrent que les hommes afrodescendants avaient un taux de mortalité subite cardiaque supérieur de près de 48% à celui des hommes blancs, tandis que le taux de mortalité des femmes afrodescendantes était de 187% supérieur à celui des femmes blanches.

Female doctor with digital tablet talking with senior male patient in examination room

L’étude, qui a été menée pendant près de trois décennies et publiée dans la revue Circulation de l’AHA, a révélé que les taux comparatifs plus élevés des afrodescendants sont le résultat de différences au niveau culturel et socio-économique, y compris les disparités en matière d’éducation et de revenu. Comme l’hypertension et le diabète sont à blâmer.

L’étude ARIC a collecté ses données en se concentrant sur quatre communautés américaines – les banlieues de Minneapolis, le comté de Forsyth en Caroline du Nord, le comté de Washington dans le Maryland et Jackson (Mississippi) .Les participants blancs représentaient 11 237 personnes examinées, tandis que 3 832 participants afrodescendants participaient La recherche.

Malgré les découvertes, qui ont été découvertes sur une période de temps significative, le chercheur principal Eliseo Guallar, Ph.D., a reconnu que davantage d’études devaient être menées.

« Les faibles revenus et le manque d’éducation sont associés à des comportements malsains, à une faible sensibilisation à la maladie et à un accès limité aux soins, ce qui pourrait contribuer à de piètres résultats », a déclaré Guallar dans un communiqué de presse. « Cependant, notre compréhension des mécanismes de différences raciales dans la mort subite cardiaque est encore incomplète et des recherches supplémentaires sont nécessaires. « 

Il existe néanmoins des solutions pour aider les communautés afrodescendantes à lutter contre les conclusions de l’ARIC.

American Heart Association

La Dre Icilma Fergus, professeure agrégée de médecine au Mount Sinai Medical Center de New York, a confié à Healthline qu’elle travaillait avec les communautés de la région pour leur apprendre à détecter et à traiter les symptômes et à promouvoir la santé cardiovasculaire. Elle dirige le programme Healthy Heart Series, qui propose des ateliers et une formation pour aider les personnes à apprendre des moyens simples de se prendre en charge et de prévenir les maladies cardiaques et les arrêts cardiaques soudains.

« Il s’agit de créer une situation de confiance dans laquelle les gens apprennent auprès des prestataires, en qui ils font confiance, acquièrent les connaissances et finalement le font eux-mêmes », a-t-elle déclaré. « Lorsque j’ai commencé à travailler dans le centre de Harlem, j’ai constaté que les gens n’avaient pas de confiance envers les médecins au début (ceci est dû à l’histoire de la medecine clinique Américaine et des maltraitances et autres expériences sordides qu’a subit la communauté afrodescendante dans les hopitaux américains ndlr). Nous avons commencé avec 10 ou 20 personnes dans les ateliers mensuels, nous en avons maintenant 90 en moyenne. « 

Parallèlement à la prise de médicaments appropriés, il est également important que les personnes aient accès à des aliments plus sains, ce qui n’est pas toujours le cas dans les régions où les déserts alimentaires sont courants. Ces problèmes touchent de manière disproportionnée les communautés afrodescendantes. Cependant, Fergus a noté que l’obtention de produits sains pour des repas de qualité peut être effectuée via un marché de producteurs de la communauté sans recourir à un magasin de produits de santé onéreux. »

Cet article existe aux US car ils ont des statistiques ethniques qui permettent d’avoir ce genre de données. En France par exemple ces stats n’existent pas, nous sommes dans le flou total concernant les inégalités d’accès aux soins ou à une alimentation de qualité. Ces chiffres ne sauraient être les mêmes car nous avons une bien meilleure couverture santé que nos semblables Américains, mais ils  devraient nous alarmer sur les conséquences des inégalités d’accès à l’éducation et à la santé.

Traduite par la Team OJAL
 source: AtlantaBlackStar

Laisser un commentaire