Le lien entre le syndrome de Stockholm et Black Leadership: Un hommage à l'Honnorable Marcus GARVEY - Elimu

Le lien entre le syndrome de Stockholm et Black Leadership: Un hommage à l’Honnorable Marcus GARVEY

Le syndrome de Stockholm a été défini par l’American Heritage Dictionary 5ème édition comme « Un syndrome psychologique dans lequel une personne détenue captive commence à identifier et développer de la sympathie envers son ravisseur, tout en devenant simultanément antipathique envers la police ou d’autres autorités qui tentent de venir à leur secours.« 
 
 
Notre premier héros national, l’excellent Marcus Garvey, s’est sacrifié en essayant d’élever et d’améliorer les conditions de la « race Noire« , pour ceux à la maison et ceux de l’étranger, mais je peux avoir à admettre que la grande majorité de la « race Noire » a accepté le fait que « la race » est bel et bien inférieure et ont renoncé à la lutte pour la libération.
 
 
Il semble que cette attitude vient de celle des leaders Noirs à la fois en Afrique et de la diaspora, pour la plupart; le leadership noir semble être pris dans les affres d’une condition mentale qui a été appelé le «syndrome de Stockholm».
 
Le terme «leadership» se réfère principalement à ceux qui proviennent de la politique, les secteurs publics et privé, et ceux dans le milieu universitaire. Il semble juste de dire que si la plupart des dirigeants africains et diasporiques souffrent de ce syndrome psychologique, alors cela pourrait impliquer que leurs partisans sont également pas bien mentalement.
 
De copieuses recherches nous informent que les Juifs et les Arabes ont travaillé contre « la race Noire » durant des centaines d’années et sont responsables de la condition de « la race Noire« : étant dans un état profondément insoutenable, sombre, et cela même au 21ème siècle. Cependant, la vérité est la vérité, peu importe d’où elle peut provenir.
 
Dans un extrait d’un entretien avec un dirigeant juif qui a été partagé par Osaze Osemwegie [Qui semble en réalité fictif ndlr] sur les médias sociaux, un enquêteur a demandé à un dirigeant juif pourquoi il pensait que les Noirs ont tant de retard sur les autres races économiquement. Le dirigeant juif a répondu que le seul aspect de la vie que les Noirs comprennent est comment consommer – résumé dans l’expression « shop till you drop » et que presque aucun des magasins appartiennent à des personnes Noires.
 
Le dirigeant juif a poursuivi en disant que les Noirs ne comprennent pas l’importance de la construction de la richesse. Ces deux déclarations sont des mensonges sur la base des réalisations de ce grand homme noir, Marcus Mosiah Garvey. Ses réalisations sont trop nombreux à énumérer, mais l’information est disponible pour ceux qui la cherchent.
 
Donc, qu’est ce qui fait apparaît le fait que le courant de leadership Noir en Afrique et dans la diaspora est pris cette condition mentale? L’une des sources citées est un livre écrit par Joseph Carver qui a un titre plus qu’intéressant ‘Love and the Stockholm Syndrome: The Mystery of Loving an Abuser.’
 
Bien qu’il soit rare, en réalité, il est des situations où les gens sont placés dans une situation où toutes les valeurs, les croyances et les mœurs changent en quelque sorte. Donc, les petits actes de bonté que les ravisseurs ou oppresseurs montrent à leurs victimes, des otages, des esclaves ou d’autres détenus dans la servitude, invitent une «reconnaissance primitive pour le don» et à la suite de cette reconnaissance, l’otage, esclave ou le captif a un puissant sentiment positif primitif envers leur ravisseur, propriétaire, oppresseur et même employeur. Ces personnes se sentent «privilégiés» d’être choisies pour recevoir les actes de bonté et d’entrer dans un état de déni en refusent d’accepter que ce soit la personne qui les a mis dans l’état de la capture ou la servitude en premier lieu.
 

Natacha Kampusch, qui a été enlevé à l’âge de 10 ans et détenu en captivité depuis 10 ans, a déclaré dans une interview en 2010 avec le journal The Guardian, qu’elle rejette l’étiquette «syndrome de Stockholm», expliquant qu’il ne prend pas en compte les choix rationnels des personnes faites dans des situations particulières. Ses mots étaient : 

« Je trouve qu’il est très naturel que vous vous adaptiez et vous identifiez avec votre kidnappeur, surtout si vous passez beaucoup de temps avec cette personne. C’est le propre de l’empathie et de la communication. »


Elle a poursuivi en disant que: 

« la recherche de la normalité dans le cadre d’un crime n’est pas un syndrome. C’est une stratégie de survie. »

 
En projetant ses déclarations sur la « race Noire« , il semble qu’elle a soulevé un très gros point, en ce que la majorité de « la race Noire« , durant le temps de l’esclavage jusqu’à notre état actuel- qui est encore terrible pour des millions – n’a jamais été en contact étroit avec leurs ravisseurs ou oppresseurs et donc jamais développé d’amour ou de la sympathie pour leurs oppresseurs. Cependant, les quelques Noirs ‘choisis’ pour être parmi eux ont dû se sentir comme Kampusch, et ceux-ci sont devenu connu comme le «nègre de maison» – couramment appelés «marionnettes».
 
Cela peut sans doute expliquer pourquoi nos marionnettes Noirs actuels des postes de direction dans la politique, le publique, le secteur privé, le milieu universitaire – et nous pouvons ajouter des artistes et des personnalités sportives – ont tellement peur de s’identifier avec quelqu’un comme Marcus Garvey, Kwame Nkrumah, ou des organisations comme Mouvement panafricain; l’Union africaine; L’organisation de Marcus Garvey, l’UNIA; et le Mouvement Panther New Black, parmi d’autres groupes [dont l’OJAL! ndlr].
 
 
Selon les révélations contenues dans ce syndrome Stockholm, les dirigeants et les marionnettes Noirs choisis semblent éprouver la «gratitude primitive pour le don» de la bonne vie et seront donc éternellement reconnaissant pour leurs positions, emplois, possibilités d’exceller académiquement et économiquement et donc ne veulent pas quelqu’un ou quelque chose qui puissent bouleverser leur « panier de pommes ». Ils sont maintenant dans une classe au-dessus de tous les autres Noirs et vont défendre ce statut, même si cela signifie qu’ils ont à trahir « leur race » et de devenir des espions et des agents secrets pour leurs ravisseurs et bienfaiteurs.
 
 
Dans le livre «La philosophie et opinions de Marcus Garvey», compilé par sa seconde épouse, Amy Jacques Garvey, notre héros national a déclaré que les traîtres des autres races sont généralement confinées à l’individu médiocre ou irresponsable. Malheureusement, les traîtres parmi la race noire se trouvent généralement parmi les hommes noirs plus haut placés dans l’éducation et la société, et qui appellent eux-mêmes «leaders». Il a continué à enseigner toute « la race » en disant que tant que nous ne nous posons pas en tant que 400 millions de personnes et laissons les hommes qui se sont placés en tête, se rendre compte que nous sommes dégoûtés et insatisfaits et que nous aurons un leadership de notre propre chef et non par elles,si nous obtenons le leadership, nous serons en mesure de nous lever de ce bourbier de la dégradation sur les hauteurs de la prospérité, la liberté humaine et l’appréciation humaine.
 
 
Valerie Dixon est le Lady président du chapitre fondateur de l’UNIA-ACL, Kingston / Manchester, Jamaïque. Elle peut être contactée à l’adresse: Valerie Dixon1@gmail.com
 
 
 
TRADUIT PAR LA #TEAM OJAL 
 
 
 

Laisser un commentaire