fbpx

La génétique permet de remonter aux origines des Neg Marrons de Guyane et d’autres afrodescendants

Des chercheurs français sont parvenus à remonter aux origines des racines africaines des communautés Noirs Marrons de Guyane. Leurs résultats sont publiés dans « American Journal of Human Genetics ».
L’équipe du laboratoire d’anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/Université Paris Descartes) et du laboratoire d’éco-anthropologie et ethnobiologie (CNRS/MNHN) a, grâce à des analyses génomiques, tenter de reconstituer le passé de populations Afro-descendantes de Colombie, du Brésil, de la Guyane Française, et du Surinam.
Analyse de plus de 4 millions de marqueurs génétiques
La traite négrière transatlantique constitue la plus grande migration forcée de l’histoire. Entre 1526 et 1875, environ 7 millions d’Africains ont, en effet, été déracinés de leurs pays pour être réduits à l’esclavage en Amérique du Sud. Si certaines archives historiques permettent de regrouper quelques données géographiques sur la provenance de ces différentes populations, il reste difficile de déterminer avec exactitude leurs origines ancestrales.

En analysant 4,3 millions de marqueurs génétiques sur plus de 231 personnes d’Amérique du Sud (107) et d’Afrique de l’Ouest (124), les chercheurs ont mis en évidence la conservation exceptionnelle, à 98 %, de l’héritage africain chez les Noirs Marrons de Guyane, ces Africains qui, il y a quatre siècles, ont fui les plantations pour échapper à l’esclavage (mouvement dit du marronnage). En revanche, une comparaison entre les génomes des descendants afro-américains de Colombie et du Brésil et ceux des populations africaines, révèle un brassage génétique plus important avec environ 25 % de gènes non africains, avec une prédominance de l’ascendance paternelle européenne, ce qui correspond à la présence des colons européens.

Les chercheurs ont aussi pu montrer que le brassage génétique s’est fait à des dates différentes en Colombie (1749 soit 1737-1764) et au Brésil (1796 soit 1789-1804), ce qui correspond aux données historiques d’une arrivée plus précoce en Colombie.
Ghana, Bénin, Nigeria
En plus d’illustrer un chapitre sombre de l’histoire humaine, l’étude permet de découvrir quelles sont les populations actuelles en Afrique qui ont une plus grande proximité génétique avec les descendants aux Amériques. Les chercheurs ont pu mettre en évidence des liens étroits entre les Noirs Marrons et la population afro-colombienne et les populations du Ghana, du Bénin et du Nigeria occidental. La population afro-brésilienne semble être plus proche des populations d’Angola « ce qui est en accord avec les sources historiques », soulignent les Jean-Michel Dugoujon et col.
Les chercheurs espèrent étendre leurs travaux à d’autres populations afin de fournir des informations détaillées sur le passé de ces esclaves africains.

source: lequotidiendumedecin.fr

Laisser un commentaire