fbpx

La piraterie pendant la période de l’esclavage et l’importance des Afrodescendants dans l’essor de la piraterie

S’il y a bien un épisode de l’histoire des Afrodescendants qui suscite des émois, des débats mais aussi de l’incompréhension c’est bien la période de la « traite négrière transatlantique » donc, en gros, du 15ème siècle au 19ème siècle. Ne nous méprenons pas, nous avons une mauvaise idée de ce que furent les siècles de razzias négrières, de traite transatlantique et d’esclavage, car l’histoire officielle est faussée, et pour certains cela reste un moment de l’histoire à oublier … 
Pourtant, il y a, dans cette période de notre histoire, d’énormes choses à retenir : 
 
  • Ce fut les débuts de la domination occidentale sur le monde et l’essor du capitalisme et tout cela perdure jusqu’aujourd’hui. C’est pour cela que l’on retrouve les mêmes mécanismes (qui ont évolués certes) dans le système.
  • Contrairement à ce que beaucoup pensent ce fut très dur et long pour l’Europe de faire plier l’Afrique et les Africains, d’ailleurs certains ne se sont jamais pliés. Les résistances ne cessèrent de compromettre les ambitions esclavagistes partout et depuis le début, et ce sont ces mêmes résistances qui poussèrent les colons à arrêter la traite et l’esclavage et donc d’imaginer un autre moyen pour soumettre les populations afro. La résistance est quelque chose que l’on peut également observer aujourd’hui.
  • Les traitements subits par l’homme et la femme afrodescendants durant cette période ont créés des traumatismes et ont détruit l’image que l’on avait de soi et de l’autre. Ce sont encore des séquelles qui vivent en nous aujourd’hui.
  • …etc 
Nous venons ici, vous parler d’une histoire qui se déroula durant cette période sombre : la piraterie. 
En effet, peu le savent mais les Afrodescendants jouèrent un rôle très important dans l’essor de la piraterie et ce n’est pas pour rien que ce que l’on appelle « l’Âge d’Or de la piraterie » se situe environ des année 1650 aux années 1730 donc en pleine traite. Pour beaucoup d’ Afrodescendants de cette époque-là, il valait mieux être en mer que sur terre et les postes que l’on proposait sur les bâtiments (bateaux) pirates ressemblaient plus à ce que l’on pourrait appeler un emploi plutôt que de la servitude. 
 
Certains pirates avaient des esclaves, mais la plupart d’entre eux ayant fui des sociétés européennes pour des raisons politiques et/ou idéologiques refusent le système esclavagiste européen. Sur les bateaux pirates, c’est l’égalitarisme qui règne de manière générale, c’est d’ailleurs les pirates qui ont influencé la devise de la France « liberté, égalité, fraternité« . Ainsi, la piraterie était un bon moyen de survivre en dehors des plantations des Amériques. Dans Do or Die, une histoire libertaire de la piraterie, on peut y lire : 
 

 » En 1715, le Conseil de la colonie de Virginie s’inquiète des relations entre le «ravage des pirates» et « une insurrection de nègres». Il a bien raison de s’inquiéter. En 1716, les esclaves d’Antigua se montrent «très impudents et insultants» et on signale que bon nombre «rejoignent ces pirates qui ne semblent pas faire grand cas des différences raciales». Ces relations sont transatlantiques : elles s’étendent depuis le cœur de l’Empire, à Londres, jusqu’aux colonies d’esclaves des Amériques ou à la «Côte des Esclaves» en Afrique. Vers 1720, un groupe de pirates s’établit en Afrique Occidentale, rejoignant et se mélangeant aux Kru, un peuple d’Afrique Occidentale vivant dans ce qui est actuellement la Sierra Leone et le Liberia, renommé pour sa technique de pêche dans de longues pirogues et pour avoir mené les révoltes d’esclaves. « 

Non seulement les Afrodescendants bénéficiaient d’un système égalitaire au sein de la piraterie, mais ils étaient souvent très nombreux sur les bateaux pirates. En fait, un grand nombre de pirates sont d’anciens esclaves: il y a bien plus de Noirs sur les bateaux pirates que sur les navires de guerre ou de commerce et, selon les témoins, il est rare qu’ils soient utilisés comme «esclaves». La plupart de ces pirates Afrodescendants sont des esclaves en fuite: soit ils ont fui pendant leur voyage depuis l’Afrique, soit ils ont déserté les plantations ou les navires à bord desquels ils travaillaient. Certains peuvent être des hommes libres, comme ces «Nègres libres», des marins de Deptford qui, en 1721, ont engagé «une mutinerie parce que nous avions trop d’officiers, et que le travail était trop dur, et ainsi de suite». 
Des histoires incroyables nous sont parvenus de pirates afrodescendants ayant perturbé l’Atlantique ou l’océan Indien, (qui à cette époque-là étaient les chasses gardées des Occidentaux) ayant connu la gloire mais aussi des fins tragiques, de quoi remplir des livres d’histoires et des livres d’aventures pour les plus jeunes : 

Diego le flibustier, dit Diego le « mulâtre » ou le « métis » ou Diego Lucifer ou encore Diègue est un Afrodescendant né à La Havane. Son père est probablement un capitaine hollandais.

Il commence à naviguer avec les Hollandais et apparaît en 1635 lorsqu’il participe à la prise de Campêche (Mexique). En 1636, il s’empare de Curaçao.
 
En 1638, associé au capitaine hollandais Cornelis Jol, dit « jambe de bois », il attaque la flotte espagnole.
 
Marin intrépide, connu pour ses innombrables exploits, vivant en grand seigneur, jouant de la guitare pour distraire ses hommes, narguant les Espagnols qui ont mis sa tête à prix, Diego, basé à l’île de Guanaja (golfe du Honduras) devient un personnage légendaire dans la mer des Caraïbes.
 
Après le traité de Westphalie qui mit fin à la guerre de course au service des Hollandais, le flibustier passa au service de la France, prenant ses ordres à l’île de la Tortue (Haïti), tout en continuant de travailler à son compte.
 
Diego, à la tête d’une flottille, écuma les mers pendant près de 40 ans.
 
Capturé en juin 1673, au cours d’une opération, par les Espagnols, il aurait été exécuté.
Abraham Samuel, également connu sous le nom « Tolinar Rex« , né en Martinique (ou éventuellement à Anosy, Madagascar), était un pirate dit mulâtre de l’océan Indien dans la fin des années 1690-. Il a dirigé brièvement un royaume pirate à Antanosy, Madagascar, de 1697 jusqu’à ce qu’il y mourut en 1705.
Samuel est un esclave en fuite lorsqu’il rejoint l’équipage du navire pirate John & Rebecca. Il en devient le second. En 1696, les pirates s’emparent d’un important butin et décident de se retirer en s’établissant à Madagascar. Samuel se retrouve alors à Fort Dauphin, une colonie française abandonnée. Là, la princesse locale l’identifie comme étant l’enfant qu’elle a eu d’un Français durant l’occupation de la colonie. Samuel se retrouve soudainement l’héritier du trône vacant de ce royaume. Même lorsque les négriers et les marchands viendront en masse pour commercer avec le «Roi Samuel», celui-ci gardera de la sympathie pour ses camarades pirates, les autorisant, en les assistant même si nécessaire, à piller des navires marchands venus pour commercer avec lui. Un certain nombre de personnages semblables, peut-être moins flamboyants, ont existé dans les ports et les rades de Madagascar –des pirates ou des négriers, devenus des chefs locaux à la tête d’armées privées d’au moins cinq cents hommes.

Bartholomew Roberts (17 mai 1682 – 10 février 1722), pirate britannique de son vrai nom John Roberts, dit Le Baronnet Noir, est un des pirates les plus célèbres de son époque.

En 1719, à l’âge de 37 ans, il embarque en tant que second à bord du navire Princess, destiné au transport d’esclaves, qui sera capturé en juin 1719 par le pirate Howell Davis à Anomabu près de la Côte-d’Or (devenue le Ghana aujourd’hui). Six semaines après sa capture (certains parlent plutôt de quatre semaines), la flottille de Howell Davis est prise en embuscade par le gouverneur de l’île de Príncipe (Île du Prince). Au cours de la bataille, Howell Davis est lui-même tué. Bartholomew Roberts, décrit comme un homme grand et noir, a eu le temps, en quelques semaines, de montrer son talent et sa supériorité au combat ; il est alors élu capitaine du bateau pirate Royal Rover par son équipage. On raconte qu’il a mené la carrière de pirate la plus réussie de toute l’histoire, en capturant plusieurs centaines de navires (jusqu’à 22 navires en une seule prise) en seulement deux ans. Le prénom qu’il a choisi pourrait être un hommage au pirate Bartholomew Sharp.
Portrait de Bartholomew Roberts

 

La piraterie est une illustration, encore une, des alternatives que nos Ancêtres ont trouvés pour fuir et résister au système coloniale et esclavagiste des Européens. Certains peuvent les voir comme des opportunistes, ivrognes et intéressés mais pour d’autres ils sont des héros, des grandes figures d’une histoire de la résistance que nous ne connaissons pas assez.

Source :

Bastions pirates, une histoire libertaire de la piraterie, traduit de l’anglais par le collectif FTP, Do or Die

– Robert C.Richie, Captain Kidd and the War against the Pirates (Cambridge, Massachusetts and London, Harvard University Press, 1986). 

– Peter Lamborn Wilson, Utopies Pirates : Corsaires Maures et Renegados (Paris, Dagorno, 1998).

www.une-autre-histoire.org

~ #Team Elimu

 

5 Traits de caractère de grands leaders noirs que vous devriez imiter

1° La détermination et l’engagement de Nelson Mandela:


Changer le monde n’est évidemment pas une chose facile à faire. Sur le chemin, il y aura des revers et des oppositions à tous vos projets, quel que soit l’objectif. C’est pourquoi la détermination est un trait essentiel. La capacité de s’en tenir à un plan, et de persévérer malgré l’opposition est un trait nécessaire que tous les grands leaders partagent.
L’ancien président sud-africain Nelson Mandela, qui a passé 28 ans en prison pour ses protestations contre l’apartheid dans son pays natal, a démontré que les transformations étonnantes qui peuvent être accomplies en se tenant debout pour nos convictions et en étant prêt à travailler dur pour cela.



2° Le leadership visionnaire de Marcus Garvey:


La capacité à concevoir la réalité d’une manière nouvelle est une autre caractéristique d’un grand leader. Il doit être prêt à se démarquer de la foule, et même à être ridiculisés pour ses nouvelles idées et pensées afin de faire changer les choses. De nombreux penseurs révolutionnaires, furent souvent considérés comme étranges ou même fous, mais ils n’ont jamais laissé la désapprobation de la foule les empêcher d’agir de manière révolutionnaire.
Marcus Garvey, est souvent appelé le père des mouvements nationalistes noirs en Afrique et dans les Amériques. Il fut perçu par certains dirigeants noirs comme un personnage controversé. Cependant, sa vision d’un monde nouveau dans lequel les Noirs seraient maîtres de leur propre destin a servi de source d’inspiration à la création de plus de 30 pays sur le continent africain et de plusieurs des principales organisations noires aux États-Unis et dans les Caraïbes.



3° L’assise spirituelle de Malcolm X:


Un nombre surprenant de grands dirigeants de la planète eurent une solide expérience religieuse ou spirituelle. En effet, beaucoup d’entre eux sont devenus des leaders après une conversion ou une révélation religieuse. La conversation de Malcolm X, militant des droits de l’homme et penseur révolutionnaire et son dévouement à l’islam est l’un des meilleurs exemples. Ce fut son dévouement à la tradition spirituelle qui le transforma de petit cambrioleur, arrêté en 1945, en un grand leader.
Alors que la dévotion à une religion spécifique pourrait ne pas être une exigence pour tous les acteurs de changement, il est impossible d’écarter l’effet positif que l’adhésion à une tradition spirituelle semble avoir eu sur les dirigeants du passé. Peut-être même que les non-religieux pourraient bénéficier des bienfaits d’une pratique quotidienne, en particulier d’une pratique communautaire, pour aider à garder leur assise et être inspiré par quelque chose de plus grand qu’eux.



4° L’inspiration de Martin Luther King Jr:


La capacité à inspirer les autres à l’action est essentielle pour la diffusion d’idées positives. Tout au long de l’histoire, les grands leaders furent félicités pour leur capacité à inspirer et à motiver les autres. Rien de grand ne se fait seul, et tout le monde a besoin d’une communauté derrière lui pour faire bouger les choses. Pour rassembler cette communauté, vous devez être en mesure d’articuler vos objectifs et d’expliquer aux autres pourquoi ils devraient réaliser leurs rêves par eux-mêmes.

Martin Luther King Jr. est peut-être le meilleur exemple d’une telle source d’inspiration. Connu pour sa capacité à rendre motivantes et à responsabilisantes ses paroles, le message MLK pour la liberté et l’égalité à inspiré toute une nation.



5° La confiance en soi de Sojourner Truth:


On prétend souvent que les expériences diverses des personnes de couleur sont sans importance ou non valide. Les autres races et groupes expriment souvent leur surprise lorsque nous parlons haut et fort. C’est dans ces moments en particulier qu’il est important de se tourner vers ceux qui sont venus avant nous pour nous léguer la confiance dont nous avons besoin, comme Sojourner Truth, mieux connu pour son discours « Ain’t I A Woman ».
Ce que beaucoup de gens ne savent pas, c’est que ce fameux discours fut prononcé spontanément, devant un large public de personnes participant à la Convention des Droits des Femmes 1851 à Akron, Ohio.
Ancienne esclave Sojourner Truth était très consciente de la probabilité que son discours ne serait pas bien reçue. Pourtant, elle avait assez confiance pour se lever et dire sa vérité quoi qu’il arrive.



source : http://atlantablackstar.com/

Traduction #TeamOjal

L’actrice Issa Rae récolte 325 000 $ en moins de 24 heures pour envoyer les enfants de Alton Sterling au collège



L’actrice et écrivain Issa Rae a été profondément touché par l’assassinat d’Alton Sterling par la police le 5 Juillet. Cela l’a amenée à mettre en place une campagne pour lever des fonds pour financer le collège pour les cinq enfants à Baton Rouge (Louisiane) maintenant orphelins. Le fond pour la bourse #AltonSterlingFamily a été créé mercredi, et 325,000 $ a été amassé en seulement 21 heures.

Rae n’a pas de relation formelle avec la famille, écrit sur la page de la campagne GoFundMe elle est «juste touchée et empathique» à la situation. rapporte le Huffington Post, initialement  elle s’était fixé de soulever 40 000 $ pour les enfants Sterling. Elle a révélé des plans pour la bourse mercredi après-midi, en partageant le lien quelques minutes plus tard.


@IssaRae Here it is: Donate to the #AltonSterling Family Scholarship Fund. *ALL* proceeds will go to his fam: https://t.co/DiMEF3YfFQ
— Issa Rae (@IssaRae) July 6, 2016

« Merci de nous aider à dépasser le but! » Elle a écrit mercredi soir. « Je viens d’avoir au téléphone l’avocat de la famille Sterling qui est au courant de l’GoFundMe et m’a demandé de rappeler demain, que la famille est (naturellement) submergé à ce moment. Nous vous mettrons tout en ligne. En attendant, propagez la parole! « 

Plus tard, elle a partagé une mise à jour sur l’augmentation de l’objectif de 200 000 $.

« Sensationnel! 100 000 $ en 6 heures. Ceci est si puissant « , écrit-elle.  » Peut-on arriver à 200 000 $? Je double mon engagement. Ce serait 40 000 $ pour chacun de ses 5 enfants pour aller à l’université. Merci à vous tous de vous unir à travers la douleur « .

La campagne a depuis dépassé son objectif de 200 000 $ par plus de 125 000 $ en moins de 24 heures à partir de 11 000 donateurs. Il a été partagée 31 000 fois sur Facebook et Twitter.
Beaucoup ont exprimé leur soutien à la collecte de fonds.

« Zut. Merci beaucoup, Issa pour utiliser votre plate-forme et faire ça « , a écrit Hope Freeman sur la page GoFundMe. « Que Dieu vous bénisse, sis‘.« 


Mais il a également rencontré un certain scepticisme. Plusieurs intervenants ont mis en doute la validité de la campagne. Ils se demandaient si tous les fonds recueillis iraient vers l’enseignement supérieur des enfants et si les montants restants seraient versés pour les frais funéraires.


« J’aime voir comment la communauté travaille ensemble pour aider la famille Sterling », écrit Nesta Howell. « Je me demandais seulement si depuis que les dons ont dépassé le montant visé à la base, le reste ira pour les frais funéraires ou tout cela va aller vers le fonds de collège pour les enfants? »« Je me demandais la même chose, » a répondu Fiona Davis. « Et je l’espère, elle est libre d’utiliser cet argent comme elle en a besoin. Je cherchais un moyen de faire un don qui va à elle directement afin qu’elle puisse se concentrer sur prendre soin de sa famille « .Un conseiller financier du Texas a encouragé Rae à mettre en place un plan d’épargne avec avantages fiscaux pour aider la famille de conserver autant de fonds que possible.« Je suis sûr que vous avez envisagé un certain nombre d’options pour les fonds que vous soulevez et, je ne sais pas quels sont vos plans pour les fonds une fois que vous avez atteint votre objectif, » a écrit Fred Reynolds. « Cependant, je vous encourage à regarder dans l’ouverture d’un plan d’épargne. J’espère que cet argent aide vraiment cette famille « .


Source : AtlantaBlackStar.com Traduit par la Team OJAL


 

7 Arts martiaux Africains méconnus

  De nombreux arts martiaux existent sur le continent ou dans la diaspora noir comme en Haiti avec le Tiré Machèt.

Voici ceux que nous voulons vous proposer dans cet article:

Dambe


Selon Slate, « le Dambe a été historiquement pratiquée par la corporation des bouchers haoussa autour de la saison des récoltes ou le temps du festival et a été considéré comme un test de bravoure, un rite de passage pour le mariage, ou de la préparation à la guerre. »  Ce style de boxe d’Afrique de l’Ouest est extrêmement populaire au Nigeria, au sud du Niger et du Tchad, où les boxeurs se battent avec une seule main. Dans cet art martial, la main forte du boxeur est recouvert d’une pellicule et a appelé la lance. L’autre main est libre et est appellée  bouclier. Boxer se pratique ainsi. Chaque match a trois tours et les boxeurs doivent frapper leur adversaire dans ce laps de temps.


 La Lutte Traditionnelle



La lutte traditionnelle est un type ouest-africain de combats qui est couramment pratiqué au Nigeria, au Sénégal, au Niger, au Burkina Faso, le Togo et la Gambie. Le but de cette forme de lutte est de sortir votre adversaire à l’extérieur d’un anneau. Ils peuvent également être renversés. Le sport a des variations qui incluent le poinçonnage dans certains pays. Comme l’art martial a évolué, il y a maintenant des compétitions internationales.



Engolo ou Ngolo


Engolo est pratiquée autour de la zone de la rivière Cunene en Angola du Sud. Certains historiens ont dit que ce style de combat fait partie d’un rite de passage pour les jeunes des tribus situées dans la région. Ce style d’art martial repose sur le mouvement des jambes. Boxer et le balayage de jambe sont une partie essentielle pour mettre à terre votre adversaire. On croit que ce style a été transporté à travers la diaspora africaine sous la forme d’arts martiaux brésiliens et notamment la capoeira.


Istunka


Il y a un festival à Afgooye, en Somalie pour la nouvelle année somalienne où ces simulations de combats ont lieu. Dans les années passées, les hommes utilisaient des armes réelles et mettaient des armures pour combattre, cependant, maintenant des bâtons sont utilisés. Le style de combat actuel a été créé depuis le 17ème siècle à l’époque du Sultanat de Geledi en Somalie. 


Musangwe


Le Musangwe est une forme sud-africaine de combats de poing et de boxe à mains nues. Le peuple Venda, qui comprend divers groupes culturels, ont pratiqué cet art martial depuis des siècles. Les combats ont eu lieu dans la vallée de Chifude depuis sa création.

La Lutte Nuba


Ce style populaire de la lutte vient du sud du Soudan. Les Nuba ont été aux prises depuis des siècles et comme d’autres formes de lutte, l’objectif est de mettre votre adversaire sur le dos. Historiquement, les lutteurs se battaient nus, mais maintenant il est plus fréquent de se battre en short et t-shirts. Les lutteurs les plus jeunes sont formés par d’anciens champions, par la création d’un système de communauté et de partage des talents. La plupart des tournois ont lieu lors de la plantation et de récolte des festivals.

Tahtib



Cet art martial de lutte à bâton originaire d’Afrique du Nord et remonte à l’Ancien Empire de l’Égypte ancienne ou Kemet. Les reliefs du site archéologique d’Abousir montre la danse du bâton en détail. Les combattants ont utilisé un bâton de quatre pieds appelé Asa, Asaya, Assaya ou Nabboot pendant que l’on jouait de la musique. Ce style de combat a joué un rôle dans la formation des soldats égyptiens, avec tir à l’arc et de la lutte. « Loin au sud du Nil est l’Ethiopie, qui abrite le bâton agressif art de combat du peuple Suri« , rapporte Vice. Ce style d’art martial peut être vu dans différentes zones géographiques. 


Source : AtlantaBlackStar.com

Traduit par la Team OJAL 


 
 

Souvenons-nous de Muhammad Ali : 10 de ses citations les plus insolentes contre la racisme systémique

Ali au sujet de la suprématie blanche

 
 
« Comment peuvent-ils dire que ma religion, l’islam est une religion « de la haine raciale » après tout le pillage, l’asservissement et la domination de mon peuple par les chrétiens blancs au nom de la suprématie blanche ? « 
 
 

Ali au sujet du fait de ne Jamais transcender sa race

 
 
« Je suis revenu à Louisville après les Jeux Olympiques avec ma médaille d’or brillante. Nous sommes allés dans un petit restaurant où les noirs ne pouvaient pas manger. Je pensais que je les avais mis à l’honneur. Je me suis assis et j’ai demandé un repas. Le champion olympique portant sa médaille d’or. Ils ont dit, «Nous ne servons pas de nègres ici.» J’ai répondu : «Ça va, je ne les mange pas», mais ils m’ont mis à la porte. Je suis donc allé à la rivière, la rivière Ohio, et j’y ai jeté ma médaille d’or. »

Sur La guerre du Vietnam

 
« Pourquoi devraient-ils me demander de mettre un uniforme et d’aller à dix mille miles de chez moi et balancer des bombes et des balles sur les personnes basanées au Vietnam tandis que les prétendu nègres à Louisville sont traités comme des chiens et privés de leurs droits humains élémentaire ? »

Ali au sujet du projet de la guerre du Vietnam

 
« C’est le jour où de tels maux doivent prendre fin. On m’a averti que prendre une telle position me coûterait des millions de dollars. Mais je l’ai dit une fois et je le redirais à nouveau. Le véritable ennemi de mon peuple est ici. Je ne vais pas déshonorer ma religion, mon peuple ou moi-même en devenant un outil pour asservir ceux qui se battent pour leur propre justice, leur liberté et leur égalité. Si je pensais que la guerre pouvait apporter la liberté et l’égalité à 22 millions des miens, ils n’auraient pas à me préparer, je m’enrôlerais demain. Je n’ai rien à perdre en défendant mes convictions. Alors je vais aller en prison, alors quoi? Nous avons été en prison pendant 400 ans ». 

Au sujet de son changement de nom

 
« Cassius Clay est un nom que les Blancs ont donné à mon ancêtre esclave. Maintenant que je suis libre, que je n’appartiens plus à personne, que je ne suis plus un esclave, je leur ai rendu leur nom de blanc, et j’en ai choisi un beau nom africain. » 

Ali se réclamant de l’Afrique

 
« Hier soir, j’ai fait un rêve. Quand je suis arrivé en Afrique, Il y eut un enfer d’un grondement. J’ai du d’abord botter le derrière de Tarzan, pour prétendre être roi de la jungle « . 

Sur le fait d’être noir et fier

 
« Je suis l’Amérique. Je suis la partie que vous ne reconnaissez pas. Mais vous vous êtes habitués à moi. Noir, confiant, arrogant; mon nom, pas le vôtre; ma religion, pas la vôtre; mes objectifs, les miens; habituez vous à moi. »

Au sujet du salut du peuple Noir

 
« La lutte pour elle-même ne me intéresse plus. Je veux aider les gens, les Noirs et j’ai besoin de tout types de médias pour diffuser ma pensée: Dieu, la charité, la paix ». 

Ali au sujet de son héritage

 
« Je vais vous dire comment je voudrais qu’on se souvienne de moi: Comme un homme noir qui a remporté le titre des poids lourds, qui avait de l’humour et qui n’a jamais baissé les yeux devant ceux qui le regardaient de haut. Un homme qui s’est levé pour la liberté, la justice et l’égalité. Et ça ne me dérangerait pas si les gens oublient à quel point j’étais beau ».


Au sujet de la fin de la négrophobie

 
 
« Personne n’a à me dire que c’est une affaire sérieuse. Je ne me bats pas contre un seul homme. Je me bats contre de nombreux hommes, en montrant à beaucoup d’entre eux, qu’il y a un homme qu’ils ne pouvaient pas vaincre, ne pouvait pas conquérir. Ma mission est d’apporter la liberté à 30 millions de Noirs« . 

 

Source : http://atlantablackstar.com/

Traduction : #TeamOjal

Serena Williams construit des écoles en Ouganda, au Zimbabwe, au Kenya et en Jamaïque


Serena a récemment construit une nouvelle école en Jamaïque! Alors que certaines célébrités se contentent simplement d’écrire un chèque pour une bonne cause, la reine Serena ne résigne pas à travailler dur! Elle a publié des photos et la vidéo d’inauguration de l’école en Jamaïque où elle est en train de faire la peinture de l’école et de se salir les mains tout en faisant la construction.

Serena Williams construit une école

Une responsabilité communautaire assumée

Son association non-lucratif, le Serena Williams Fund en partenariat avec Helping Hands Jamaica se sont associés pour construire l’école primaire de Salt Marsh. La mission de son organisme de bienfaisance est d’aider « les individus ou les communautés touchéess par la violence, et [d’assurer] l’égalité d’accès à l’éducation. » En effet on connaît son amour pour l’Afrique et la transmission de l’éducation à ses enfants.

Serena Williams s’implique elle-même dans la transmission

Ceci est la troisième école Serena a construit. Des écoles secondaires précédents ont été créés en partenariat avec Build Africa School en Ouganda, au Kenya et au Zimbabwe. 


Source : HowAfrica.com 

Traduit par la Team OJAL 




Africains en Asie durant l’âge de l’esclavage: révoltes et résistances

Une chose que nous n’avons pas fait et que nous ne ferons pas, c’est de faire commencer notre enquête sur la présence millénaire des africains en Asie liée à l’esclavage. En effet, nous pensons que le plus grand crime que nous pouvons commettre, c’est d’enseigner à nos enfants que leur histoire commence avec l’invasion, l’esclavage et la colonisation. Notre travail ici se distingue donc des travaux d’autres chercheurs de la diaspora. De nombreux chercheurs insistent sur l’examen de la diaspora africaine seulement du point de vue de l’esclavage, et utilisent cette fondation comme base pour toutes choses.
L’histoire de la présence africaine dans l’antiquité asiatique serait incomplète sans un exposé sur le rôle des africains en tant que serviteur et esclave. Le sujet de l’esclavage africain où que ce soit est clairement la plus sensible et délicate des questions historiques, et trop souvent d’aucuns affirment que les grands migrations internationales africaines ne produisirent que sous le couvert de l’esclavage.
De toute évidence, comme nous l’avons déjà vu, cela ne fut pas le cas. Afin de développer une compréhension globale de l’histoire millénaire des africains en Asie, l’aspect de la servitude doit être objectivement examiné, mais cela peut être pénible. Ce qu’il est important de souligner dans ce contexte, c’est que la période de l’esclavage africain dans les pays d’Asie ne représente qu’une partie d’une histoire beaucoup plus large.
La période de servitude est, en fait, éclipsée par les siècles de gloire noire et la splendeur dans le passé de l’Asie, et que, même des esclaves et des affranchis du peuple noir en Asie se sont distingués à maintes reprises dans une variété de rôles et d’apparences et formes.

La question de la servitude africaine en Asie est intimement liée à la rapide propagation de l’Islam dans les régions ouest et sud du continent où, avec le succès des conquêtes arabes, un grand nombre des «mécréants» vaincus de toutes races sont tombées aux mains des musulmans et furent dispersés à travers les terres qu’ils dominaient. Bien que l’esclavage ne fût pas exclusivement limité aux Noirs, le nombre croissant d’esclaves africains dans les pays musulmans devint si disproportionnée que dans le temps le mot arabe « abd », ce qui signifie esclave, est devenu applicable aux seuls Noirs. Et les communautés de descendants de ces esclaves sont dispersées dans toute l’Asie du Sud. 
On estime que jusqu’à 11 millions d’Africains furent emmenés d’Afrique et déportés vers la Turquie, la Syrie, la Jordanie, la péninsule arabique, le golfe Persique, l’Irak, l’Iran, le Pakistan et l’Inde. De tous les territoires d’Asie occidentale, ce fut sans doute en Mésopotamie, ou en Irak, que la présence africaine se manifestait le plus.
Il convient également de souligner que les esclaves noirs d’Asie ne sont pas tous originaire d’Afrique. Au cours des 14ème et 15ème siècles, par exemple, le sultanat musulman indonésien de Tidore faisait de nombreux raids pour se fournir en esclaves, le long des côtes de la Nouvelle-Guinée, le transport de leurs captifs noirs aux marchés d’esclaves de Chine, de Turquie et d’Irak. Ce fut apparemment au cours de cette période que le terme Papou « Malay » (littéralement « crépus cheveux ») est devenu synonyme d’esclave.


LA RÉVOLTE DES NOIRS


La période de servitude africaine est éclipsée par les magnifiques civilisations africaines pluriséculaires, la gloire et la splendeur, pas uniquement en Afrique même, mais dans l’ensemble de la communauté africaine mondiale, y compris en Irak antique.
Ce fut en Irak où les plus grandes révoltes d’esclaves africains se produisirent. Là-bas, il y a plus d’un millénaire, furent rassemblés des dizaines de milliers de travailleurs captifs venus d’Afrique orientale appelés Zanj. Ces Africains, du Kenya, de Tanzanie, d’Ethiopie, du Malawi et de Zanzibar (une île au large des côtes tanzanienne qui contient la racine Zanj dans son nom) et d’autres parties d’Afrique de l’Est, travaillaient dans les marais salants humides du sud de l’Irak dans des conditions d’extrême misère. Mal nourris avec de petites rations de farine, de semoule et de dates, ils étaient régulièrement en conflit avec le système esclavagiste irakien.
Conscients de leur grand nombre et des conditions de travail oppressives, les Zanj se rebellèrent à au moins trois occasions entre les VII° et IX° siècles. La plus grande de ces rébellions dura quinze ans, entre 868 à 883, durant celle-ci les Africains infligèrent défaites après défaites aux armées arabes envoyées pour réprimer leur révolte. Cette rébellion est connue historiquement dans l’histoire arabe et persane comme la Révolte des Zanj (ou la révolte des Noirs). En l’an 871, les Zanj pillèrent Bassorah, en Irak.
Il est important de souligner que les forces Zanj furent rapidement rejointes par des défections à grande échelle de soldats noirs au service du Califat Abbasside à Bagdad. Les rebelles eux-mêmes, endurcis par de nombreuses années de traitement brutal, rendirent à leurs anciens maîtres la monnaie de leur pièce en nature, et on les dit responsables de grands massacres dans les territoires sous leur domination.
A son apogée, la révolte Zanj se répandit jusqu’en Iran et avança à soixante-dix miles de Bagdad elle-même. Les Zanj construisirent même leur propre capital, appelée Moktara (la Ville élue), qui couvrait une grande surface et a prospéra pendant plusieurs années. Ils frappaient leur propre monnaie et dominaient de manière effective l’Irak du Sud. La rébellion des Zanj fut finalement réprimée uniquement grâce à l’intervention de grandes armées arabes et l’offre lucrative d’amnistie et de récompenses à tous les rebelles qui choisiraient de se rendre.
Les peuples africains ont toujours défié l’oppression, et la « Révolte des Noirs » est une page glorieuse de l’histoire africaine et des mouvements de résistance noirs. Grâce à cette révolte, un épisode relativement peu connu dans une partie du monde que certains d’entre nous, jusqu’à très récemment considéraient comme étrangère et étrange, nous voyons des africains agissant comme ils l’ont toujours fait, c’est-à-dire affirmer leur dignité fondamentale et essentielle et se lever pour revendiquer leurs droits humains inaliénables.

~ Runoko Rashidi

Traduction #TeamOjal

Le discours de l’Empereur Jean Jacques Dessalines

Le Général en chef au Peuple d’Haïti
Citoyens, Ce n’est pas assez d’avoir expulsé de votre pays les barbares qui l’ont ensanglanté depuis deux siècles ;

ce n’est pas assez d’avoir mis un frein aux factions toujours renaissantes qui se jouaient tour à tour du fantôme de liberté que la France exposait à vos yeux : il faut, par un dernier acte d’autorité nationale, assurer à jamais l’empire de la liberté dans le pays qui nous a vu naître ; il faut ravir au gouvernement inhumain qui tient depuis longtemps nos esprits dans la torpeur la plus humiliante, tout espoir de nous réasservir, il faut enfin vivre indépendants ou mourir.

Indépendance ou la mort … que ces mots sacrés nous rallient, et qu’ils soient le signal des combats et de notre réunion. Citoyens, mes compatriotes, j’ai rassemblé dans ce jour solennel ces militaires courageux qui, à la veille de recueillir les derniers soupirs de la liberté, ont prodigué leur sang pour la sauver ; ces généraux qui ont guidé vos efforts contre la tyrannie n’ont point encore assez fait pour votre bonheur … le nom français lugubre encore nos contrées.

Tout y retrace le souvenir des cruautés de ce peuple barbare : nos lois, nos mœurs, nos villes, tout encore porte l’empreinte française ; que dis-je ? il existe des Français dans notre île, et vous vous croyez libres et indépendants de cette République qui a combattu toutes les nations, il est vrai, mais qui n’a jamais vaincu celles qui ont voulu être libres.

Eh quoi ! victimes pendant quatorze ans de notre crédulité et de notre indulgence, vaincus non par des armées françaises, mais par la piteuse éloquence des proclamations de leurs agents : quand nous lasserons-nous de respirer le même air qu’eux ? Qu’avons-nous de commun avec ce peuple bourreau ? Sa cruauté comparée à notre patiente modération, sa couleur à la nôtre, l’étendue des mers qui nous séparent, notre climat vengeur, nous disent assez qu’ils ne sont pas nos frères, qu’ils ne le deviendront jamais, et que s’ils trouvent un asile parmi nous, ils seront encore les machinateurs de nos troubles et de nos divisions.
Citoyens indigènes, hommes, femmes, filles et enfants, portez vos regards sur toutes les parties de cette île : cherchez-y, vous, vos épouses ; vous, vos maris ; vous, vos frères ; vous, vos sœurs, que dis-je ? Cherchez-y vos enfants, vos enfants à la mamelle ; que sont-ils devenus ? … je frémis de le dire … la proie de ces vautours.
Au lieu de ces victimes intéressantes, votre œil consterné n’aperçoit que leurs assassins ; que les tigres dégouttant encore de leur sang, et dont l’affreuse présence vous reproche votre insensibilité et votre coupable lenteur à les venger.
Qu’attendez-vous pour apaiser leurs mânes ? Songez que vous avez voulu que vos restes reposassent auprès de ceux de vos pères, quand vous avez chassé la tyrannie ; descendrez-vous dans leurs tombes sans les avoir vengés ? Non ! leurs ossements repousseraient les vôtres.

Et vous, hommes précieux, généraux intrépides, qui, insensibles à vos propres malheurs, avez ressuscité la liberté, en lui prodiguant tout votre sang, sachez que vous n’avez rien fait, si vous ne donnez aux nations un exemple terrible, mais juste, de la vengeance que doit exercer un peuple fier d’avoir recouvré sa liberté et jaloux de la maintenir ; effrayons tous ceux qui oseraient tenter de nous la ravir encore ; commençons par les Français … Qu’ils frémissent en abordant nos côtes, sinon par le souvenir des cruautés qu’ils y ont exercées, au moins par la résolution terrible que nous allons prendre de dévouer à la mort quiconque né français souillerait de son pied sacrilège le territoire de la liberté.

Nous avons osé être libres, osons l’être par nous-mêmes et pour nous-mêmes. Imitons l’enfant qui grandit : son propre poids brise la lisière qui lui devient inutile et l’entrave dans sa marche.

Quel peuple a combattu pour nous ? quel peuple voudrait recueillir les fruits de nos travaux ? Et quelle déshonorante absurdité que de vaincre pour être esclaves.

Esclaves ! … laissons aux Français cette épithète qualificative : ils ont vaincu pour cesser d’être libres.

Marchons sur d’autres traces ; imitons ces peuples qui, portant leurs sollicitudes jusques sur l’avenir, et appréhendant de laisser à la postérité l’exemple de la lâcheté, ont préféré être exterminés que rayés du nombre des peuples libres.
Gardons-nous, cependant, que l’esprit de prosélytisme ne détruise notre ouvrage ; laissons en paix respirer nos voisins ; qu’ils vivent paisiblement sous l’égide des lois qu’ils se sont faites, et n’allons pas, boutefeux révolutionnaires, nous érigeant en législateurs des Antilles, faire consister notre gloire à troubler le repos des îles qui nous avoisinent ; elles n’ont point, comme celle que nous habitons, été arrosées du sang innocent de leurs habitants ; elles n’ont point de vengeance à exercer contre l’autorité qui les protège.
Heureuses de n’avoir jamais connu les idéaux qui nous ont détruits, elles ne peuvent que faire des vœux pour notre prospérité. Paix à nos voisins ; mais anathème au nom français, haine éternelle à la France : voilà notre cri.

Indigènes d’Haïti ! mon heureuse destinée me réservait à être un jour la sentinelle qui dût veiller à la garde de l’idole à laquelle vous sacrifiez ; j’ai veillé, combattu quelquefois seul, et si j’ai été assez heureux pour remettre en vos mains le dépôt sacré que vous m’avez confié, songez que c’est à vous maintenant à le conserver.

En combattant pour votre liberté, j’ai travaillé à mon propre bonheur. Avant de la consolider par des lois qui assurent votre libre individualité, vos chefs, que j’assemble ici, et moi-même, nous vous devons la dernière preuve de notre dévouement.

Généraux, et vous chefs, réunis ici près de moi pour le bonheur de notre pays, le jour est arrivé, ce jour qui doit éterniser notre gloire, notre indépendance. S’il pouvait exister parmi nous un cœur tiède, qu’il s’éloigne et tremble de prononcer le serment qui doit nous unir.
Jurons à l’univers entier, à la postérité, à nous-mêmes, de renoncer à jamais à la France et de mourir plutôt que de vivre sous sa domination ; de combattre jusqu’au dernier soupir pour l’Indépendance de notre pays. Et toi, peuple trop longtemps infortuné, témoin du serment que nous prononçons, souviens-toi que c’est sur ta constance et ton courage que j’ai compté quand je me suis lancé dans la carrière de la liberté pour y combattre le despotisme et la tyrannie contre lesquels tu luttais depuis 14 ans.
Rappelle-toi que j’ai tout sacrifié pour voler à ta défense : parents, enfants, fortune, et que maintenant je ne suis riche que de ta liberté ; que mon nom est devenu en horreur à tous les peuples qui veulent l’esclavage, et que les despotes et les tyrans ne le prononcent qu’en maudissant le jour qui m’a vu naître ; et si jamais tu refusais ou recevais en murmurant les lois que le génie qui veille à tes destins me dictera pour ton bonheur, tu mériterais le sort des peuples ingrats.
Mais loin de moi cette affreuse idée ; tu seras le soutien de la liberté que tu chéris et l’appui du chef qui te commande.
Prête donc entre mes mains le serment de vivre libre et indépendant, et de préférer la mort à tout ce qui tendrait à te remettre sous le joug.

Jure enfin de poursuivre à jamais les traîtres et les ennemis de ton indépendance.
Fait au quartier général des Gonaïves, le premier janvier mille-huit cent-quatre, l’an ler de l’Indépendance.

Signé : JEAN JACQUES DESSALINES

PREMIER ROI ET EMPEREUR D’HAÏTI 

PÈRE MÈRE DE TOUS LES HAÏTIENS ET HAÏTIENNES QUI SE RESPECTENT ET S’HONNORENT 

VIE FORCE SANTÉ A L’OSIRIS JEAN JACQUES DESSALINES PROTECTEUR DE LA NATION HAITIENNE POUR L’ETERNITÉ 

VIE FORCE SANTÉ A TOUS LES ANCÊTRES TOUS LES GUIDES QUI L’ONT PRÉCÉDÉ ET CEUX QUI SUIVENT SA VOIE

Quand les noirs dominaient le monde: 5 Royaumes et villes arabes dominées par les Africains avant l’avènement de l’Islam

1° L’Empire Aksoumite:


Axumite Empire

Axoum ou Aksoum fut une puissance militaire majeure et nation commerçante située dans l’actuelle région de l’Érythrée et du nord de l’Ethiopie. Axoum s’étala d’environ 100 à 940 après JC son apogée et fut l’une des quatre grandes superpuissances internationales de son époque à l’instar de la Perse, Rome et de la Chine. Axoum contrôlait le nord de l’Ethiopie, l’Erythrée, le nord du Soudan, le sud de l’Egypte, Djibouti, l’Ouest du Yémen, et le sud de l’Arabie Saoudite, pour un total de 1,25 million de kilomètres carrés. C’est presque la moitié de la taille de l’Inde. Axoum négociait et projetait son influence aussi loin que la Chine et l’Inde, où des pièces  de monnaie frappées à Axoum furent découvertes en 1990.

axum_gold_coin


Auparavant certains pensaient qu’Axoum fut fondé par des Sabéens de langue sémitique qui traversèrent la mer Rouge depuis l’Arabie du Sud (Yémen moderne) sur la base des théories de Conti Rossini, mais la plupart des spécialistes s’accordent aujourd’hui que dès sa création, Axoum était un développement indigène africain.

Axum


Selon les historiens, « GDRT » fut probablement le premier roi d’Axoum à être impliqué dans les affaires du sud de la péninsule arabiques, ainsi que le premier roi connu à être mentionné dans les inscriptions du sud de la péninsule arabiques. Son règne entraîna le contrôle d’une grande partie de l’ouest du Yémen, comme la TihamaNajr?Ma `afirZafar (jusqu’à environ. 230 ap JC), et des parties de territoires Hached autour d’Hamir dans les hautes terres du nord. Son implication marquera le début de siècles d’engagement d’Axoum en Arabie du Sud, culminant avec l’invasion à grande échelle du Yémen par le roi Kaleb en 520 (ou 525). Cela aboutit à la création d’une province d’Axoum couvrant l’ensemble du sud de l’Arabie.



2° Le Royaume de Saba:

himyar and Marib - Axum Colonies


L’ancien royaume de Saba a établi puissance au début du premier millénaire avant J.-C. Saba fut conquis au la premier siècle avant JC par les Himyarites. Après la désintégration du premier royaume Himyarite des rois de Saba ‘et de Dh? RAYDAN, le royaume sabéen réapparu au début du deuxième siècle. Le royaume de Saba fut finalement conquis par les Himyarites à la fin du troisième siècle. A cette époque, la capitale était Marib. Saba était une partie de la province yéménite dominée par Axoum.



3° Himyar et Hadramaout, les royaumes d’Arabie du Sud :


Himyar


Dès le premier quart du troisième siècle, l’Empire Axoumite envahi et captura la capitale du royaume arabe de Himyarite. Le roi GDRT d’Axoum envoya des troupes sous le commandement de son fils BYGT, à partir de la côte ouest pour occuper Thifar, la capitale Himyarite, ainsi que de la côte sud contre Hadramaout. L’invasion de l’Hadramaout a été fait en collaboration avec le alors roi de Saba.

4° La domination sur les villes arabes de la mer Rouge :


Axum trade

Au début du quatrième siècle de notre ère, le roi Ezana (qui régna de -325 à 60) contrôlait un domaine s’étendant du sud-ouest de l’Arabie, de l’autre côté de la mer Rouge, à l’ouest de Méroé et au sud de Sawakin à la côte sud du golfe d’Aden. Comme une indication du type de contrôle politique qu’il exerçait, Ezana, comme d’autres dirigeants axoumites, portait le titre de Negus Nagast, roi des rois, symbolique de son règne sur de nombreuses principautés à la fois sur le continent africain et en Arabie. Ezana domina les Etats de la péninsule arabique et leur faisait payer un tribut régulier à Axoum.

5° L’invasion du Yemen et La Campagne contre la Mecque en 570 après J.-C :

Yemen Kingdoms

Autour de 517 après JC, le roi Kaleb de l’Empire d’Axoum envoya son armée à travers la mer Rouge pour envahir et annexer ce qu’on appelle aujourd’hui le Yémen, car le roi juif Yûsuf Asar Yathar persécutait les chrétiens et les Axoumites. Abraha, un général de l’armée d’Axoum, déclara avoir conduit avec succès une armée de 100 000 hommes avec des centaines d’éléphants pour écraser toute résistance de l’armée yéménite. Yûsuf Asar Yathar fut tué dans la bataille et le roi Kaleb nomma un vice-roi pour régner à sa place. Le royaume Yéménite fut ensuite contraint de rendre hommage à l’empire d’Axoum. Selon des sources islamiques, Abraha, général Axoumite et dirigeant du Yémen, envahit la Mecque en 570, la même année que la naissance de Muhammad, le prophète de l’Islam. Cette attaque prit la forme d’une sorte de croisade religieuse dans laquelle les éthiopiens orthodoxes Axumites avaient prévu de détruire le centre de la religion arabe « païenne ». Certains chercheurs estiment que cette campagne eue lieu  que dix ans plus tôt que la date donnée par les sources islamiques.

Source Makandal Speaks

5 façons dont l’Europe sous-développa l’Afrique

1° La démographie basse de l’Afrique:


Selon la Banque mondiale, l’Afrique subsaharienne compte actuellement environ 910 millions de personnes. Ce nombre serait beaucoup plus élevé sans les Européens et la traite négrière transatlantique.
Pendant l’esclavage, le continent africain eut une stagnation démographique anormale par rapport au reste du monde et il n’y a pas de facteur causal autre que le fait que des millions de personnes qui étaient en âge de porter des enfants furent expédiés vers les Amériques.
Un chercheur européen donna les estimations suivantes de la population mondiale (en millions) selon les continents:


La population d’Afrique n’a pas bougé du tout pendant l’esclavage. Dans d’autres parties du monde, comme au Japon et dans certaines parties d’Europe la croissance de la population a permis une grand développement socio-économique alors que l’absence de croissance a fait stagner l’Afrique.

2° La traite négrière européenne a eu des effets majeurs sur la population active africaine:

Selon certaines estimations, entre 1445 et 1870 pas moins de 100 millions esclaves africains hommes, femmes et enfants quittèrent l’Afrique durant la traite négrière transatlantique. Cette perte de travailleurs créa une brèche majeure dans la main-d’œuvre africaine.
Selon Walter Rodney, auteur de « How Europe Underdeveloped Africa » l’énorme succès de la main-d’œuvre africaine fut plus critique, car elle était composé de jeunes hommes et de jeunes femmes valides. Les acheteurs d’esclaves préféraient que leurs victimes soient âgées de 15 à 35 ans, et de préférence dans la vingtaine; le rapport entre les sexes étant d’environ deux hommes pour une femme. Les européens acceptèrent souvent des enfants africains, mais rarement des personnes âgées.
Durant quatre siècles, le manque de travailleurs ralentit encore le développement du continent africain.

3° La distorsion de l’économie des tissus africains et autres industries:

Selon W.Rodney, l’Europe du 15ème n’était pas supérieure technologiquement parlant aux autres parties du monde. Certaines caractéristiques spécifiques furent très avantageuses pour l’Europe, tels que le transport maritime et (dans une moindre mesure) les armes à feu. Les européens commerçant en Afrique durent faire usage de biens de consommation provenant d’Asie et d’Afrique, montrant que leur système de production n’était absolument pas supérieure.
Également selon W.Rodney, lorsque que l’Afrique entra dans l’ère coloniale, elle se concentra presque exclusivement sur l’exportation de coton brut et l’importation de tissu de coton. Ce renversement remarquable est liée aux progrès technologiques en Europe et à la stagnation de la technologie en Afrique en raison des nombreux échanges avec l’Europe.
À la fin des années 1800, après avoir accumulé une énorme quantité de richesse de la traite négrière, les Européens firent des progrès technologiques et des découvertes essentielles pour produire des vêtements plus rapidement et moins chers. Grâce à cette initiative, les pays européens réussirent à mettre les industries africaines de fabrication de tissu en faillite.

4° Les conséquences sociale, politique et économique du colonialisme:

Le colonialisme est la politique ou la pratique de la prise de contrôle politique totale ou partielle d’un autre pays, son occupation par des colons, et son exploitation économique.
La colonisation de l’Afrique dura un peu plus de 70 ans dans la plupart des régions du continent. Les conséquences négatives du colonialisme en Afrique surgirent principalement du fait que l’Afrique perdit son pouvoir social, politique et économique.
La perte de pouvoir de l’Afrique permit l’appropriation directe par les européens des institutions sociales en Afrique. Les africains cessèrent de fixer des objectifs et des normes culturelles autochtones, et perdirent la pleine maîtrise de la formation des jeunes membres de la société. Ainsi, les européens réussirent à mettre en place des institutions dans l’ensemble des pays africains pour leur propres intérêts.
Toujours selon W.Rodney, l’impact négatif du colonialisme en termes politiques fut tout à fait dramatique. Du jour au lendemain, les États africains perdirent leur pouvoir, leur indépendance et leurs moyens (indépendamment du fait qu’ils étaient de grands empires ou de petites entités politiques). Le pouvoir politique passa entre les mains de seigneurs étrangers.
Avec le nouveau pouvoir politique et social, les Européens réussirent à extraire les ressources du continent pour leur propre bénéfice et aucun état africain ne put s’épanouir sous le colonialisme.

5° Le sous-développement éducatif de l’Afrique:

L’éducation en Afrique pré-coloniale était adaptée aux réalités de la société africaine pré-coloniale et produisait des personnalités adaptée à la société. Des fonctions spécialisées telles que la chasse, l’organisation religieuse rituelle, et la pratique de la médecine impliquées certainement une éducation formelle au sein de la famille ou du clan. Ces pratiques éducatives datées toutes de l’époque communales, mais elles persistèrent dans les sociétés pré-féodales et féodales d’Afrique plus développées, à la veille du colonialisme.
Selon Rodney, alors que le mode de production se déplaça, en Afrique, vers la féodalité, de nouvelles caractéristiques émergèrent également dans le modèle éducatif. Il y avait, par exemple, une plus grande spécialisation, parce que la proportion d’éducation formelle devenue informelle augmenta avec les progrès technologiques. En dehors de la chasse et de la religion, la division du travail, la rendit nécessaire afin de créer des guildes pour transmettre les techniques de travail du fer, de fabrication du cuir, de fabrication de tissu, du moulage de la poterie , du négoce professionnel, et ainsi de suite.
Lorsque les colons européens vinrent en Afrique, ils introduisirent un nouvel ensemble d’institutions d’éducation formelle complétant partiellement et remplaçant ce qui était là avant. Le but principal de l’école coloniale était de former les Africains pour aider l’administration locale et pour pourvoir les entreprises capitalistes privées appartenant à des Européens. En réalité, cela signifiait que la sélection d’un peu d’Africains de participer à la domination et à l’exploitation du continent dans son ensemble. Ce n’était pas un système éducatif né de l’environnement africain ou conçu pour promouvoir l’utilisation plus rationnelle des ressources matérielles et sociales. Ce n’était pas un système éducatif conçu pour donner aux jeunes la confiance et la fierté en tant que membres de sociétés africaines, mais une éducation qui cherchait à instiller un sentiment de déférence envers tout ce qui était européen et capitaliste.

Sources :

Walter Rodney’s “How Europe Underdeveloped Africa

http://www.blackherbals.com


Traduction #TeamOjal