fbpx

Focus sur l’artiste Caroline Guèye: sur les pas de son grand père Paul Ahyi?

Lorsque la passion, le courage, la détermination et l’abnégation se rallient, on ne peut que s’attendre à cette brillante aventure. Caroline Guèye, héritière de la culture de son grand-père Paul Ahyi, concepteur de beaucoup d’œuvres dont le drapeau togolais, est une femme au talent éblouissant.

Petite fille de l’artiste plasticien togolais, Paul Ahyi, Caroline Guèye est connue pour son talent, démontré sur beaucoup de projets à travers le monde. Après un BAC scientifique qu’elle a obtenu à Dakar, la capitale sénégalaise, la jeune métisse consacre son temps pour les arts, alors qu’elle est ingénieur en physique atmosphérique option radioprotection et sûreté nucléaire. Mais vue l’amour qu’elle développe pour l’art, elle l’a finalement embrassé. De succès en succès, elle expose sa passion pour la seconde fois à Nouakchott, à la galerie Sinaa.

 


Le pinceau s’hériterait ? Cette question a visiblement une réponse affirmative lorsqu’on voit  la carrière de Caroline et celle de son grand-père. Elle a entièrement hérité du talent et marche sur les traces de son grand-père. Cette passion se concrétise à travers des expositions. En mars de l’année dernière devant un public curieux et passionné, Caroline a exposé ses œuvres lors d’une exposition dénommée « Musicalité spatiale ». Il s’agit de vingt-cinq œuvres, dont la majorité est réalisée au pastel et quelques-unes à l’encre, et une grande tapisserie produite par les liciers de la manufacture de Thiès.


Découvrir: Introduction à l’histoire et au mysticisme dans les Arts Africains


A la manière de Paul Ahyi, les tableaux sont inspirés du parcours d’un artiste rempli de talents.L’utilisation soignée de compositions, d’un langage de couleurs caractéristique de son travail, produisent des œuvres faisant écho aux ondes de l’espace. Il s’agit des résonances acoustiques des étoiles. Chaque étoile offre une signature sonore propre, transposée à des fréquences perceptibles par l’oreille humaine, donnant ainsi la musique de ces sphères gazeuses.

Ayant l’actualité comme inspiration, Caroline ne manque pas d’enrichir ses œuvres de l’expression physique. Dans ses œuvres, elle dénonce par ailleurs le kidnapping des jeunes filles par Boko Haram, Fukushima, la succession de Mandela avec Zumandela…Elle s’en est prise aussi, lors son exposition de février dernier à Dakar, au pillage des côtes africaines avec Sos Podpa. Ce qui confirme son panafricanisme.

Amoureuse du voyage, Caroline Guèye a résidé et exposé en Chine, près de Pékin, ce qui contribua à élargir son horizon d’art, dont les œuvres ont servi à orner l’aéroport international de Dakar, la BCEAO, à l’Apix, et chez de nombreux collectionneurs d’art.

En tenant compte des œuvres de l’héritière Caroline, on comprend bien les bienfaits de la génétique dans certaines familles. Elle suit véritablement les marches de son ‘vieux’, Paul Ahyi.

Elimu

Laisser un commentaire