fbpx

Egountchi gate: retours sur la controverse de la fin de cette année

Gucci de la LDNA (re)devenu Egountchi (il a changé son pseudonyme lors de la polémique Gucci) a eu des démêlés judiciaires avec un certain Patrick Balkany. Lorsqu’on remonte cette affaire on tombe sur un mouvement de soutien, qui a été massif disons-le, auprès d’une dame Afrodescendante (madame Pauline de son prénom) qui se disait victime de racisme et d’intimidations à Levallois-Perrêt, ville dont le sulfureux Balkany est maire.

Les militants de la LDNA se rendent sur les lieux et interpellent de vive-voix le maire de Levallois-Perret. S’en suit une plainte dudit maire contre le groupe. Elle se solde par des condamnations pour « acte d’intimidation » et 6 mois de prison ferme et des amendes de 1000€ par tête contre deux militants dont Egouncthi. Un recours est annoncé dans la foulée.

La polémique enfle par la suite lorsque des informations sur le passé du leader de la LDNA, dont des condamnations pour « viol sur personne vulnérable ». Il y aurait plusieurs victimes. Le site du figaro, puis les sites Nofi et Negronews viennent informer de cette condamnation de Sylvain Afoua, de son vrai nom, leader de la LDNA qui aura été condamné également pour avoir donné une identité fictive: Egountchi. Voici les « preuves » apportées par ces médias.

Pour l’heure nous entendons dans une vidéo relayé sur sa page que l’intéressé nie les faits. Il ajoute que ce sont  « des tentatives de déstabilisation de la fashosphère et de quelques n*gres alliés de l’intérieur » ajoutant qu’il rédigera un manuscrit pour faire entendre sa cause. Est-ce un coup marketing que le militant veut faire? Par ailleurs on apprend aussi sur sa page personnelle sur le réseau Facebook qu’il envisage de créer un concept de LDNA Store. On peut légitimement se demander s’il n’y a pas des rivalités et autres règlements de compte lorsqu’on sait que le leader de la LDNA est en froid avec l’équipe de Kemi Seba, l’activiste étant édité chez NOFI Groupe. Guerre commerciale?

Pourquoi une condamnation en 2014 à 7 ans n’a-t-elle pas été poursuivie d’effet et donc d’incarcération? Cela fait déjà plusieurs années que le mouvement existe en France. Autant de questions restées pour l’instant sans réponse. Quoi qu’il en soit, si les faits sont avérés, la cause est plus importante que l’individu et il sera de son devoirs de se retirer de la vie publique pour laisser son mouvement prospérer et continuer son oeuvre sociale et militante.

Nous n’avons que les pensées les plus dures pour celles et ceux qui, au contact d’un individu qu’ils sacralisent peut-être, peuvent en arriver à le considérer comme les plus grands leaders Noirs qu’ont été Malcolm X ou Luther King dans l’optique de « le blanchir » et passer l’éponge. Sachons raison garder. 

Des plaintes ont été déposées par la LDNA visiblement contre les médias qui ont parlé de cette affaire. C’est d’une grande tristesse que de constater que des tensions internes à une cause plus grande que ces deux structures ne puissent être résolus. Si ce n’est en interne, au moins par une médiation intelligente: il y a des sages dans ce pays tout de même!

Si on résume bien: une action que tout le monde a salué, de solidarité envers une femme victime de racisme se retourne contre ses auteurs et mène actuellement à une « guerre médiatique fraticide » entre son mouvement et des médias Afro. Ce spectacle ne fait que commencer et nous le déplorons au plus haut point.

Equipe Elimu

Laisser un commentaire