Des trésors éthiopiens pillés au Royaume-Uni pourraient être restitués en prêt - Elimu

Des trésors éthiopiens pillés au Royaume-Uni pourraient être restitués en prêt

Des trésors comprenant une couronne d’or et une robe de mariée royale, qui ont été emportés  d’Ethiopie par les Britanniques il y a 150 ans, pourraient être restitués en Afrique par le Victoria and Albert Musuem en prêt à long terme.

A crown from the Maqdala exhibition at the V&A in south-west London. 

Une couronne de l’exposition Maqdala au V & A dans le sud-ouest de Londres. Photographie: Musée V & A

L’Éthiopie a déposé une demande officielle de restitution en 2007 pour des centaines de manuscrits importants et beaux détenus par diverses institutions britanniques, tous pillés après la prise de Maqdala en 1868, capitale de la montagne de l’empereur Tewodros II dans ce qui était alors l’Abyssinie.

Cette demande a été refusée. Mais à l’approche de l’ouverture de Maqdala cette semaine au V & A, un compromis a été proposé par le directeur du musée, Tristram Hunt, qui a déclaré: « Le moyen le plus rapide, si l’Éthiopie voulait que ces objets soient exposés, est un prêt à long terme … ce serait le moyen le plus simple de le gérer.  »

L’offre est significative compte tenu de l’engagement pris par le président français, Emmanuel Macron, selon lequel le retour des objets d’art africains serait une «priorité absolue» pour son administration.

Woman’s dress from the 1860s.

Robe de femme des années 1860 Photographie: Victoria and Albert Museum, Londres


La proposition de prêt a été bien accueillie par l’Etat et les militants éthiopiens, mais M. Hunt a déclaré que c’était un débat complexe et qu’il était important de ne pas extrapoler une « politique générale ».

Il a dit au Guardian: « Vous devez le prendre article par article et vous devez prendre l’histoire par l’histoire. Une fois que vous avez décoché l’historique des collections, cela devient beaucoup plus compliqué et stimulant.  »

 L’exposition de Maqdala, qui s’ouvre jeudi, montrera 20 articles pris après une expédition militaire pour assurer la libération des otages britanniques pris par Tewodros. La victoire britannique a abouti au suicide de l’empereur et à la destruction de sa forteresse.

Des centaines d’artefacts ont été pillés à Maqdala et le trésor de l’empereur a été nettoyé avec 15 éléphants et 200 mules nécessaires pour les transporter. Les militants ont identifié une dizaine d’institutions britanniques qui en sont propriétaires, du V & A à Londres à la bibliothèque royale du château de Windsor en passant par un musée régimentaire à Halifax.

Hunt a dit qu’il y avait un certain nombre de raisons pour lesquelles un simple retour n’était pas possible, y compris les difficultés juridiques entourant la désacression et le « cas philosophique du cosmopolitisme dans les collections des musées ».

L’offre d’un prêt à long terme a été accueillie par le professeur Andreas Eshete, un ancien président de l’Université d’Addis-Abeba qui a co-fondé Afromet, un groupe de campagne pour le retour des trésors de Maqdala.

« Cela ne peut qu’être une grande amélioration par rapport à ce qui s’est passé auparavant », a-t-il déclaré. «Il y a certaines choses qui sont importantes pour l’Éthiopie et qui ne sont jamais exposées au Royaume-Uni, alors je pense qu’un prêt à long terme serait un grand cadeau pour le pays.

Eshete espérait qu’en faisant ce premier pas, elle pourrait aussi éduquer le public britannique sur le mérite du retour des objets: « Une fois qu’ils voient, ils sont utilisés de manière appropriée et d’une manière qui est accessible non seulement au public éthiopien mais au public international … les gens peuvent bien changer d’avis sur la valeur de leur attachement pour toujours. « 

Le musée a travaillé en étroite collaboration avec l’ambassade éthiopienne avant l’exposition d’anniversaire. L’ambassadeur, Hailemichael Aberra Afework, a déclaré: « Nous sommes ravis du nouveau partenariat entre l’Ethiopie et le V & A et nous sommes impatients de travailler ensemble à l’avenir pour notre bénéfice mutuel.

« La coopération future sera particulièrement bénéfique en termes de renforcement des capacités et de transfert de compétences dans le soin et la maintenance du patrimoine culturel, dans lequel le V & A possède une vaste expérience. »

Le prêt peut faire pression sur d’autres institutions pour qu’elles suivent le même chemin. Le British Museum a environ 80 objets de Maqdala, y compris un certain nombre de tabots – crus par les chrétiens éthiopiens pour être la demeure de Dieu sur la terre, un symbole de l’Arche de l’Alliance.

Ils n’ont jamais été exposés au public en raison de leur importance religieuse et ne peuvent être vus, même par un conservateur, qu’avec l’accord de l’église orthodoxe éthiopienne.

D’autres objets sont exposés, mais le British Museum soutient que leur perception par le public est dans un contexte mondial. Une porte-parole a déclaré que le musée examinerait toute demande de prêt de l’Ethiopie.

Les musées ont des prêts internationaux à long terme, mais beaucoup pensent qu’ils devraient aller plus loin, le débat étant donné en novembre quand Macron a déclaré dans un discours: «Le patrimoine africain ne peut pas être seulement dans les collections privées européennes et les musées.

M. Hunt a déclaré que les politiciens avaient souvent à l’esprit des « accords géopolitiques, sinon de commerce et de défense » lorsqu’ils faisaient de telles déclarations. « Vous devez l’approcher d’une manière douce: article par article.

« Je pense que ce n’est pas une mauvaise idée de penser à comment utiliser l’argent de l’aide au développement pour des partenariats plus importants pour la conservation, la gestion du patrimoine et le soutien aux artefacts dans des pays comme l’Éthiopie. Dans un contexte d’expansion du marché des visiteurs. « 

Camp at Zoola, Abyssinia expedition 1868-9

 Camp à Zoola, expédition en Abyssinie 1868-9 Photographie: Victoria and Albert Museum, Londres

 

Traduit par la team OJAL

source: the guardian 

 

    

Laisser un commentaire