fbpx

Comment comprendre le non lieu des militaires de l’opération Sangaris?

Le début de l’année commence très mal pour les militants et tous les gens qui sont épris de justice. Il s’agit d’un (énième) cas d’agresssions sexuelles sur mineurs qui a secoué la Centrafrique, l’Afrique toute entière et les militants de part le monde. Le non-lieu ordonné pour les militaires Français de l’opération Sangaris est trop gros, trop douloureux, révoltant.

 

 

Rappel des faits selon un article du Parisien le 15 janvier dernier:

« En 2015, de graves accusations avaient terni la réputation de l’armée. Des soldats français avaient été accusés de viols par des enfants en Centrafrique. En mars 2017, le parquet de Paris avait requis l’abandon des charges.

 

Les juges d’instruction ont ordonné, ce lundi, un non-lieu pour les militaires de l’opération Sangaris, faute d’avoir pu établir leur implication.

 

L’affaire avait été révélée en avril 2015 quand le quotidien britannique The Guardian avait fait état d’une note interne de l’ONU relatant les auditions de six enfants de 9 à 13 ans.

 

Ils dénonçaient des abus sexuels commis par des militaires dans le camp de déplacés de l’aéroport M’Poko de Bangui en échange de rations de nourritures, entre décembre 2013 et juin 2014.

Saisi par le ministère de la Défense, le parquet de Paris avait ouvert dès juillet 2014 une enquête préliminaire, mais son existence était restée secrète et les autorités françaises ainsi que l’ONU avaient été accusées d’avoir voulu étouffer l’affaire.

 

Dans leurs témoignages, les enfants avaient donné des détails comme des surnoms ou des caractéristiques physiques des militaires, permettant de compter 14 possibles agresseurs. Les juges et les gendarmes enquêteurs s’étaient rendus à Bangui en 2015 et 2016 pour entendre de nouveau les enfants mais certains témoignages étaient alors apparus comme confus. »

Il ne s’agit plus de « ternir la réputation de l’armée ». Sa réputation, ainsi que celle des casques bleus de l’ONU, est faite. Ces gens sont des criminels avec un mandat international. Nos populations, surtout les femmes et enfants, sont les proies de ces vautours en uniformes. Imaginez seulement des soldats du mozambique qui seraient accusés d’agression sexuelle sur des jeunes mineurs Français. Ce ne serait déjà plus la même couverture médiatique et encore moins la même sanction. Les juges auraient fait un cas d’école de ces militaires. Le problème c’est que biens que les actes aient été mis en accusaiton en Centrafrique, impossible pour l’executif de demander l’incarcération préventive sur leur territoire. Ils ont courbé l’échine et ont humilié ces familles qui attendaient d’eux des actes forts, laissant ces militaires être jugés en France.

Ces séries d’humiliations tantôt collectives, tantôt individuelles, ternissent bien sûr les accusés, mais également les responsables politiques, autant le pays en question que l’Union Africaine. Elles nous mettent notre impuissance sous les yeux, nous obligeant à les baisser en attendant la prochaine humiliation, le prochain scandale. Le manque de réactions de part et d’autre est un silence assourdissant. Cela peut avoir des conséquences très néfastes pour l’occident.

Rappelons quand même qu’il y a de nombreux ressortissants de ces pays en France. Malheureusement il y a de nombreux ressortissants de ces pays au sein même de l’armée Française!! Nous passerons sur leur cas…vous imaginez bien que cela doit être déjà trop dur à vivre. Mais la France peut-elle parier sur le pacifisme des Africains subsaharien indéfiniment? Les nombreuses attaques de militaires sur le territoire Français ne sont-ils que des cas isolés de déséquilibrés? Un jour risquent-ils de voir des groupes s’unir contre les symbole de leur Republique mis à mal par tous ces cas de violation du Droit International? Les damnés de la terre feront-ils profil bas indéfiniment? Si les gouvernements de pays africains font les autruches, que les occidentaux mettent sous le tapis tous ces actes, l’importante jeunesse Africaine risque d’être bien plus virulente que ses aînés. L’injustice est une bombe à retardement qu’ils faignent d’ignorer…

 

Laisser un commentaire