fbpx

Comme nous quelqu’un en a marre des gentils blancs (enfin!)

On apprend dans le nouvel obs qu’une jeune afrodescendante du nom de Brit Bennet alors étudiante dans le Michigan, a rédigé un texte afin d’exprimer sa colère légitime après l’effroyable assassinat de Michael Brown, 18 ans au moment des faits, par le policier Darren Wilson. Ce fût un évenement déclencheur pour elle. Dans ce texte elle tire à boulets rouge sur les « gentils blancs » (l’équivalent aujourd’hui de feu le parti socialiste en France) qui se seraient détachés de leurs amis racistes afin de se désolidariser : « Quel privilège que d’essayer de paraître bon, alors que nous autres, nous voulons paraître dignes de vivre. » On aurait pas mieux dit. Elle les attaquent sur leur manque de radicalité quant au massacre de masse que perpetue le système Américain vis-à-vis des Africains Américains. «Vos bonnes intentions sont-elles bonnes si elles nous tuent?» 

 
C’est une très bonne question et en France on est encore à mille lieux de se la poser clairement. Déjà parce qu’il y a pas autant d’incarcération de masse et de meurtres perpetrés par la Police, mais aussi parce que historiquement nous avons étés amadoués dans la plus pure tradition Française de l’assimilation. Pour une bonne partie des Noirs de ce pays, bien paraître aux yeux des blancs est une nécessité quasi vitale. Quoi qu’il en soit la frangine a sorti un roman nommé « Le coeur battant de nos mères », elle compte sortir un recueil bientôt traduit en Français qu’il sera urgent de lire. Probalement dans la trempe de Ta-Nahisi Coates qui a récemment été traduit également. La blanchité qui
Brit Bennett
L’article se termine comme suit:

« Imprégnée de Toni Morrison, de James Baldwin, ou de nouvelles voix comme Colson Whitehead et Ta-Nehisi Coates, Brit Bennett a la finesse de replacer le racisme ordinaire dans la continuité de l’histoire du pays, allant des piscines longtemps interdites aux Noirs («Dans l’imagination d’un suprémaciste blanc, se mélanger, c’est être infecté») aux poupées noires, fabriquées en série depuis la fin des années 1960 seulement.

Une manière implacable de remettre en question les idées de Donald Trump, dont le slogan de campagne «Make America great again» sonne comme une promesse de retour au passé. Or, l’Amérique d’avant, c’est celle où les Noirs avaient moins de droits. Brit Bennett cite sa propre mère, qui devait déterminer sa pointure avec une ficelle, n’ayant pas le droit d’essayer des chaussures dans les magasins: «Le bon vieux temps? Le bon vieux temps pour qui?»

Encore une fois la question est légitime. Et si c’est le bon temps des yankees alors les Noirs ont encore besoin d’autodetermination, toujours plus de solidarité, de coopération économique, le tout dans l’unité la plus compacte car le combat est encore loin d’être gagné. Il est dit dans cet article que les américains sont devenus plus sournois concernant leur propre racisme mais ce que nous voyons c’est que des milices du KKK se reforment, que la police a autant de meurtre à son actif depuis des années  et surtout qu’aucun mouvement réellement émancipateur (et pas seulement dire que La Vie des Noirs Comptent) émergent et proposent quelque chose de nouveau dans ce monde de suprématie blanche en convultion.
Relevez-vous et arrêtez de tolérer la condescendance blanche paternaliste qui n’a pour seul but que de se désolidariser des horreurs du passé mais qui lorsqu’on est attaqués de front (Affaires Adama, affaire Théo par exemple) fait le dos rond et à autre chose à faire que de se mobiliser avec nous. Ils ont des privilèges à conserver, c’est bien gentil d’avoir des amis noirs mais il y a un prix au-dessus duquel ils ne peuvent s’investir. Le cas de françois Ruffin avec l’affaire Théo est criant et devrait vous ouvrir les yeux si ce n’est déjà fait. Qu’est-ce qu’on va faire d’eux? Rien. Occupons nous de nous-mêmes. François Xavier Verschave (créateur de Survie et Lyonnais) est l’antithèse de ceux dont on parle. Mais il y en a un par siècle donc n’attendez rien, organisez-vous. S’il fallait encore vous convaincre, lisez Britt Benett…ou attendez un autre meurtre pour vous réveiller vous aussi.
Team OJAL


Je ne sais pas quoi faire des gentils Blancs,
par Brit Bennett,
Editions Autrement, 120 p., 12 euros.

Laisser un commentaire