"Comme être en guerre": un ancien cadre Afrodescendant de General Motors raconte son calvaire - Elimu

« Comme être en guerre »: un ancien cadre Afrodescendant de General Motors raconte son calvaire

Les responsables de l’usine de groupes électrogènes de General Motors à Toledo n’ont pris que peu de mesures pour mettre un terme à «l’atmosphère sous-jacente de haine raciale violente et d’intimidation» à l’encontre des employés noirs, selon une nouvelle plainte choquante.

«Je devais prier. Marcus Boyd, un afrodescendant ancien superviseur de l’usine, a récemment déclaré à CNN: «Seigneur, protège-moi». « C’était comme être en guerre. »

GM Plant Racism
Lorsque des blancs ne supportent pas d’avoir un supérieur Noir cela produit ça

Dès le premier jour, Boyd a déclaré avoir été soumis à des insultes racistes, des affronts et même des menaces de collègues sur son lieu de travail en Ohio. Il a décrit l’environnement comme hostile, rappelant que les toilettes étaient censées être réservées aux «Blancs» et que les employés afrodescendants étaient appelés à plusieurs reprises «singes» ou devaient «rentrer en Afrique».

Ces allégations, ainsi que d’autres, ne font qu’effleurer la surface des incidents décrits dans une action en justice intentée contre GM par huit employés. Boyd, qui prétend que ses subordonnés ignoraient régulièrement ses instructions et l’appelait N-word, s’est vite rendu compte qu’il n’était pas le seul à être victime de harcèlement raciste sur le lieu de travail.

Son collègue superviseur afrodescendant comme lui, Derrick Brooks, s’est rappelé le jour où il avait trouvé un nœud coulant dans la région où il travaillait. En tant que seul employé afrodescendant dans son espace de travail, Brooks a déclaré qu’il savait que le nœud coulant était destiné à l’intimider.

«Étant dans l’armée, j’en sais beaucoup sur les nœuds», a-t-il déclaré. « Et je sais qu’il n’y a aucune raison de faire un noeud comme celui-là, si ce n’est de l’utiliser pour suspendre une personne. »

Il ne fallut pas longtemps avant que les deuxième, troisième, quatrième et cinquième nœuds coulants soient trouvés et tous signalés à GM. Pour beaucoup, c’était un point de rupture. Cependant, le traitement du prétendu harcèlement par GM ne ferait qu’empirer les choses.

Boyd a déclaré qu’il avait pris ses plaintes devant la haute direction après qu’un employé blanc sous sa supervision lui ait dit: «Dans la journée, vous auriez été enterré avec une pelle. » Selon CNN, le travailleur en question a été soumis à une audience disciplinaire avec un dirigeant syndical, où il a librement admis ce qu’il avait dit – et s’en est sorti impeccable. Boyd, cependant, fut poussé sur le côté et conseillé de laisser l’affaire s’il voulait s’entendre à l’usine.

Puis il y a eu le moment où Boyd a déclaré qu’un employé avait tenté de l’attaquer avec un embrayage en métal lourd après s’être fâché contre une demande de vacances. Sa punition? Perdre un jour de salaire.

Le superviseur frustré et plusieurs autres personnes, dont Brooks, ont continué à signaler les abus raciaux, mais on leur a dit de gérer eux-mêmes l’affaire. GM a nié cela, cependant, et insiste sur le fait qu’il a pris des mesures rapides après avoir appris le harcèlement.

«Tous les jours chez General Motors, on s’attend à ce que chacun respecte un ensemble de valeurs qui font partie intégrante de notre culture», a déclaré la société dans un communiqué. «La discrimination et le harcèlement ne sont pas acceptables et contrastent fortement avec la manière dont nous nous attendons à ce que les gens se présentent au travail.

«Nous traitons tous les incidents signalés avec tact et urgence et nous nous engageons à fournir un environnement sûr, ouvert et inclusif», a-t-il poursuivi. « General Motors prend cette affaire au sérieux et en parle par le biais du processus judiciaire approprié. »

Brooks a déclaré que la société avait remplacé toutes les cordes de l’usine par des chaînes jaunes dans le but de réprimer les incidents, mais les employés afrodescendants n’étaient pas impressionnés et ont déclaré cela ne suffisait pas. D’autres travailleurs ont déposé plainte auprès de la Commission des droits civils de l’Ohio, qui a ouvert une enquête de neuf mois l’année dernière et déterminé que GM avait effectivement créé un environnement de travail raciste et hostile.

« GM n’a pas nié que de telles choses se passaient », a déclaré Darlene Sweeney-Newbern, directrice des opérations régionales de la commission. « Ils ont simplement dit: » Hé, dès que nous avons entendu parler de ces choses, nous avons emménagé et nous avons agi. « Ce n’est pas ce que nous avons découvert lors de l’enquête. »

Boyd et Brooks ont depuis quitté leur emploi à l’usine mais ont déclaré avoir entendu parler du harcèlement racial, affirmation confirmée lorsque l’Associated Press a rapporté jeudi que Michelle Vocht, une autre avocate des plaignants dans le procès contre GM, a déclaré que cette semaine encore, un employé a trouvé un dessin raciste et une poupée de singe près de son poste de travail.

Jusqu’à présent, GM n’a pas identifié les personnes responsables de la pendaison et personne n’a été congédié en raison de ces incidents, a rapporté CNN. Cependant, un porte-parole de la société a déclaré que certaines personnes avaient été licenciées à Toledo, l’entreprise poursuivant ses efforts considérables en matière de lutte contre la discrimination et le harcèlement.

La société a également déclaré que la police était désormais impliquée dans l’enquête.

Traduit par la Team OJAL
Source: CNN

Laisser un commentaire