fbpx

Diddy: les Grammy’s n’ont jamais respecté la Black Music

Diddy est remonté ces dernières années contre les institutions de la musique, que ce soit les médias ou le fait que les artistes Afrodescendants du Hip-Hop ne détiennent pas leur industrie.

Voir Aussi: développez vos connaissances en histoire de l’Art Africain avec Elimu

Il est revenu à la charge lors d’une soirée de gala pre-grammys où il a été récompensé. Profitant de cette tribune, le propriétaire de Bad Boys entertainement a mis les pieds dans le plat en déclarant que les Grammy’s et spécifiquement la Recording Academy de n’avoir jamais respecté la musique Afro. Il a développé un long discours de 40mn dans lequel il a commencé à s’exprimer sur la question:

« Nous avons besoin que les artistes reprennent le contrôle, nous avons besoin de transparence, nous avons besoin de diversité. C’est la salle qui a le pouvoir de forcer le changement qui doit être fait. Ils doivent faire les changements pour nous : c’est une organisation à but non-lucratif qui est censée protéger le bien-être de la communauté musicale. » a-t-il déclaré. On ne saurait être plus clair.

Il a également dédié son prix aux classiques du rap américains qui n’ont jamais obtenu ce qu’ils méritaient celon lui dont Illmatic de Nas, Doggystyle de Snooop Dogg, Lemonade de Beyonce…Le public, dont des personalité du milieu comme Jay-Z ont démontré beaucoup d’enthousiasme. Reste à savoir s’il mettra la main à la poche pour monter cette organisation et ce qu’elle fera pour la Musique Noire, espérons également qu’il ne s’agit pas seulement de musique Américaine…wait and see!

Elimu

Cette corruption Française que l’on minimise toujours

Pour les européens et les occidentaux en général, la corruption est une maladie endémique des pays du sud, une spécificité des pauvres en somme. Ils en parlent avec cette tête désolée et un paternalisme assumé en nous tapant sur l’épaule genre « je compatis mais vous avez vraiment l’air comme ça quoi ». C’est vrai que l’on a des champions chez nous dans tous les cercles du pouvoir pour détourner des sommes astronomiques d’argent public, d’argent des ONG, de dons divers et variés, si ce ne se sont pas les ressources minières ou le pétrole directement.

Nous l’admettons volontier, le nier serait vain et stupide. Le problème, c’est lorsque nous voulons mettre en perspective les mécanismes (pour qu’il y ait un corrompu il faut un corrupteur) internationaux de corruption. Cela s’aggrave lorsqu’on parle de corruption interne au pays. C’est comme le racisme, ça existe mais c’est vraiment, vraiment minoritaire selon eux. Récemment quelqu’un de courageux, un avocat de renommée et un fin connaisseur des milieux aisés de la capitale, Juan Branco a épinglé l’un des plus gros systèmes de corruption franco-française. Voyez seulement:

Le courrier ci-dessus a été publié sur le compte twitter de Juan Branco suite à une tentative de l’entreprise de le faire radier du barreau de Paris. Par chance (ou probité) ils ne se sont pas laissé corrompre et ont communiqué à l’avocat cette lamentable manoeuvre. C’est dire qu’il parle avec de solides arguments, étant lui-même un spécialiste du droit.

Tenez-vous bien: les travaux sont de l’ordre de 495 millions, l’entreprise Bouyghes fait une facture d’1,35 milliards et ils rajoutent 945 millions d’entretiens du bâtiment du P.A.L.A.I.S DE J.U.S.T.I.C.E!!

C’est la Casa de Papel leur boite. Sauf que le président est leur bon copain et que tout est légal. Dans son livre « Crépuscule » trouvable gratuitement en PDF, Juan Branco démontre avec brio tous ces réseaux qui ne sont pas seulement corrompus, ILS SONT LA CORRUPTION comme il l’écrit. Si ces gens sont prêts à faire payer de si lourds tributs à leur concitoyens, quels scrupules peuvent-ils avoir en dehors de leurs frontières? Ne pensez pas que ce n’est qu’un cas isolé, c’est un système qui profite tantôt à l’un tantôt à l’autre entre les milliardaires de ce pays. Le livre le démontre à souhait et dans une période très récente, alors que ce phénomène est très bien ancré dans ce pays. D’où la reproduction quasi infinie des élites aux plus hautes fonctions.

source: usembassy

 

L’exclusion de ces cercles de nos élites venus des anciennes ou actuelles colonies ou avec des noms à consonance Africaine n’est en définitive que secondaire. Ils doivent déjà déterminer entre eux qui arrivera au sommet à chaque élection, chaque gros contrat international, chaque nouveau marché. Vous ne verrez jamais un Afrodescendant même né en France obtenir une licence d’exploitation des télécoms ou la direction d’une banque centrale. Le sport et la chanson seulement. Même si vous vous appelez Tidjane Thiam il faut aller chercher ailleurs un travail à la hauteur de vos compétences. Si vous vous appelez Macron, avec beaucoup moins de talent et d’expérience, la présidence vous est acquise. Il faut que cela soit clair pour tout le monde parmi nous.

 

Cessons de nous morfondre en pensant que nos dirigeants sont de la pire des espèces, ils sont venus apprendre chez leur corrupteur comment danser cette musique à ce niveau. Nous savons bien que la corruption est globale et date de périodes immémorables. Faisons en sorte qu’ils n’aient d’autres choix que de nous inclure dans la mise sur orbite de nos sociétés respectives. La société civile doit montrer la voie de la probité, de l’engagement désintéressé, de l’excellence, de l’amour de la patrie. Participons à créer des institutions qu’ils ne pourront mettre à genous. Mettons nos compétences au service de nos territoires, la rançon est bien plus grande, l’honneur incommensurable. Sinon vous pouvez toujours rester sur leur territoire payer les dettes qu’ils ont fabriqué de toutes pièce pour vous.

 

 

De l’afrocapitalisme au mondes de demain

L’impasse de l’AfroCapitalisme

Chère soeur, cher frère, c’est la désolation qui nous amène. La vérité est que nous sommes à bout de souffle. Comme cette foutue économie. Eux, les afro capitalistes que l’on voit tête baissée, concentrés sur les indicateurs de leur petit monde, de leurs parts de marché. Ils sont nécessairement monétaires, financiers, chiffrés et tangibles. En tout cas ils ne croient qu’en ces choses-là. L’avenir c’est eux qui le construit entend-on dans les médias, surtout les plus mainstream. Leur objectif? Coffrer un max et « être libre » de faire ce que tu veux. La liberté est chaque jour un peu plus acquise, chaque jour cette quête de liberté les éloigne du quotidien routinier, elle les éloigne aussi du monde réel. Libres, mais trop occupé à le devenir encore plus n’est-ce pas? Le temps étant de l’argent, ils l’utilisent pour leur business quasi exclusivement. Le reste, l’afrocapitalisme l’appelle sacrifices: famille, amis, culture, loisirs…la prime est à l’endurance, la compétition est féroce. Est-ce un modèle de société? Ce modèle est-il réplicable à une grande partie de la société? La réponse est dans la question. L’entrepreneuriat est un moyen de désengorger les classes de chômeurs, ce n’est pas une fin en soi.

Ils font du moyen (argent) une fin en soi, ce qui mène au non sens. On pourrait nous rétorquer que les entrepreneurs les plus innovants ne le font pas pour l’argent. C’est vrai. C’est aussi minoritaire, comme toute innovation. Cela étant dit en résolvant parfois de petits soucis locaux sur le continent (accès à l’energie par exemple ou agriculture) on peut rapidement gagner de l’argent. C’est beaucoup moins vrai en occident d’où nous vous écrivons. Leur logiciel est trop souvent périmé, basé sur des succestory des années 80 ou pire encore sur les vendeurs de rêve de Youtube. Pourquoi? Parce que les méthodes et les mentalités qui ont amené les capitalistes d’hier à être les champions de leur domaine sont désormais caduques pour la plupart. En contexte d’urgence climatique cela questionne d’autant plus. Mais rassurons les, le non sens frappe à notre porte aussi malheureusement.

L’impasse d’une candide conscientisation

Black Power
Credit image: Ace Spencer

Le militantisme façon papa c’est terminé. La révolution n’aura pas non plus lieu sur wordpress, nous le savons. Nous avons besoin de réinventer une manière de résister à la dictature néolibérale du marché. Consommer moins inutilement, consommer mieux, consommer local et communautaire  autant que faire se peut est notre crédo. Ce n’est pas une mode, ce sont les conditions de la préservation de notre espèce. La survie de l’Humanité étant en question, beaucoup d’entre nous font une dissociation cognitive lorsqu’on leur évoque cet ultimatum. Nous ne saurions leur ressembler, notre mission est également écologique. Pourtant nous ne faisons que rarement le lien entre nos causes communautaire et cette urgence écologique. Pourtant notre mode de vie est traditionnellement respectueux de la nature. Là où nous devrions être les fers de lance d’une approche qui ressemble à ce que nos ancêtres pratiquaient, pour le bien commun de tous, là où nous devrions être les éducateurs du monde, nous regardons ailleurs et ne prenons pas part au débat. Il faut dire, aussi, qu’on en est exclu la plupart du temps, car nos oppresseurs sont les mêmes qui mettent la planète à feu et à sang. Pourquoi voudraient-ils subitement nous entendre? Afrocapitaliste, pourquoi t’allier à eux?

Vers l’économie de demain

Notre approche « humaniste » du monde est ancrée dans le terme intraduisible d’Ubuntu. Nous n’existons que parce que l’autre existe. Nous sommes les instigateurs de l’économie circulaire, des tontines, des levées de fond communautaires, des sociétés familiales et solidaires. Les stratégies développées par exemple par un Julius Nyerere vont dans le sens d’une économie dite socialiste, qui prend en compte les spécificité de la société Africaine (structure familliales, politiques sociales, création de bassins d’emplois spécialisés etc.) au lieu de parler de non-économie ou bien d’économie informelle.


L’entrepreneuriat est un terme Français, mais l’origine de la pratique se situe là où les premiers humains ont développé le commerce, c’est-à-dire en Afrique. Ce qu’on appelle low tech, phytothérapie, musicotherapie, équithérapie etc. Ces concepts sont des appellations Françaises pour nos savoirs-faire multiséculaires. Reprenons pied, débarassons-nous de nos complexes et libérons la créativité qui fera décoller nos société et nos économies, ensembles, pas l’une contre l’autre comme le propose encore aujourd’hui le néolibéralisme. Cela signifie qu’il faut décoloniser notre imaginaire, également lorsqu’on parle d’économie; que l’on pense malheureusement comme étant une invention et une spécialité des autres. Comment décoloniser l’imaginaire si nos Afrocapitalistes ne misent que très peu sur l’innovation?

Imaginer l’école de demain

 

Le siècle en cours sera celui des emplois courts et diversifiés, de la formation tout au long de la vie, des changements de trajectoires, des adaptations multiples. La résiliance Africaine est notre plus bel atout envers l’ensemble des enjeux qui sont déjà les nôtres. Combien de nos parents ont eu des formations initiales totalement différentes de ce qu’ils ont exercé en occident? Combien ont dû apprendre sur le tas des choses parfois diamétralement opposées à leur formation de base? Combien d’entre nos freres et soeurs sur la terre mère on de multiples métiers: quelques fois ils sont à la fois peintre et mécanicien! Là où nous voyons actuellement un défaut de formation, voyons désormais une adaptabilité extraordinaire, une résilience incroyable. Chérissons nos qualités, allons sereinement vers ce futur si incertain, car si le chaos est trop souvent notre quotidien, nous sommes les plus à mêmes de tenir la route dans ces conditions, profitons-en.

Credit: Terricks Noah

Faisons de l’école Africaine de demain un lieu d’excellence, mais pas seulement, également un lieu d’inclusion où chacun sera pris en compte, chaque qualité valorisée, chaque compétence utile au plus grand nombre. Un endroit où nos enfants seront toujours plus autonomes (là encore l’autonomie des enfants Africains est un exploit sous-estimé), avec des savoirs qui sont proches d’eux, des professeurs qui sont proches d’eux, des programmes adaptés à leur réalité.

C’est un long combat, et Elimu est une initiative qui va vers la distribution massive d’armes de survie.

Ubuntu! On est ensemble!

NIKE RETIRE UNE BASKET RAPPELLANT L’ESCLAVAGE

Les baskets avec le drapeau BestyRoss

L’équipementier Nike, qui a pris position récemment pour Colin Kaepernick et sa cause, s’est vu notifier par ce dernier un droit de regard sur sa dernière basket. En effet, Nike a sorti pour célébrer la fête de l’indépendance une basket comportant un dessin du drapeau américain de l’époque de la Révolution. Ce drapeau, connu sous le nom de «Betsy Ross».

 

Les baskets avec le drapeau BestyRoss

 

Pour Kaepernick, le dessin du drapeau avec un cercle de treize 13 étoiles blanches évoque l’époque de l’esclavage, toujours légal aux États-Unis après l’indépendance. Des groupes suprémacistes blancs hostiles à la diversité se sont récemment approprié cet emblème, explique le Wall Street Journal.

On se rappel que Donald Trump avait en 2017 protesté contre la figure de Kaepernick et son geste « anti patriotique » du genous à terre pendant l’hymne national. Nike avait alors pris parti pour le joueur, une première dans l’histoire des équipementiers de sport.

Kaepernick
Le joueur de football américain Colin Kaepernick lors d’un match à Santa Clara en Californie, le 23 octobre 2016GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / EZRA SHAW

Nike ne veut pas se fâcher avec ses sportifs

 

« Nike a pris la décision de ne pas mettre en vente l’Air Max 1 Quick Strike Fourth of July à cause d’inquiétudes selon lesquelles cela pourrait involontairement offenser et détourner l’attention » a communiqué la marque. Rapidement la firme a fait retirer ces chaussures…faisant grimper les prix dans les magasins qui l’avaient déjà mis en rayon. La modifque somme de 200$ devra être acquitée par le suprématiste qui la demande.

Est-ce qu’il n’y a aucun Afrodescendant conscient chez Nike? Se sont-ils autocensuré? Difficille de comprendre que l’on design une chaussure qui rappelle l’Histoire sans chercher à se documenter sur les conditions de vie de cette époque…à moins qu’ils n’aient vu que le côté blanc de l’histoire. Sacré privilège blanc!

source: AFP

Will Smith et Nas lancent une appli de gestion de finances

Nas et Will smith investissent dans une appli de gestion de finances

Nas et Will Smith ont investi dans une nouvelle application bancaire pour les adolescents, qui les aidera à acquérir des connaissances financières. La start-up à l’origine de l’application s’appelle Step, et les deux célébrités ont participé à une levée de fonds de 22,5 millions de dollars, selon TechCrunch.

L’application sera attachée à une carte MasterCard et les parents pourront voir les transactions de leurs enfants, ajouter de l’argent et imposer des restrictions à leur compte.

L’éducation financière étant l’une des bases d’une communauté saine, il en va de notre salut commun de savoir gérer nos finances. Ces deux hommes d’affaires avisés le savent, voilà pourquoi ils y mettent de l’energie. Transmettre cette éducation est vital pour les prochaines generations, surtout lorsqu’on connaît l’enorme part de jeunes que comptent les populations Afrodescendantes dans le monde.

Les services changeront également à mesure que les adolescents grandissent. Par exemple, il va prêter de l’argent pour des ordinateurs et des livres lorsqu’ils entrent au collège.

CJ MacDonald, homme d’affaires avisé et PDG et fondateur de Step, a déclaré qu’il était logique d’enseigner la gestion de l’argent aux jeunes via une application, car la plupart d’entre eux effectuent des achats avec leur smartphone.

« Les écoles n’enseignent pas d’argent aux enfants », a-t-il déclaré. «Nous voulons être leur premier compte bancaire avec des cartes de crédit, mais nous voulons aussi enseigner la littératie financière et la responsabilité. Les banques ne s’adaptent pas à cela, et nous voulons être une solution pour apprendre à la prochaine génération d’adultes à être plus responsables avec de l’argent à l’ère des fonds sans numéraire. Il était facile avec de l’argent d’aller au centre commercial, mais maintenant tout le monde utilise son téléphone pour Uber et plus encore. « 

Alors oui l’application n’est pas communautaire puisque CJ MacDonald n’est pas un membre de la communauté Afrodescendante. Cela va tout de même dans le bon sens dans la mesure où ces rappeurs ont une influence sur des publics Afrodescendants. Il en a été de même avec le jeune rappeur 21 savage qui a pris sa part de responsabilité en promouvant ce type d’activité et en invitant les jeunes à moins de bling bling et plus de sens des affaires, dont l’épargne est un très bon levier.

Esperons que cette nouvelle ira dans les bonnes oreilles de nos « influenceurs » et autres « mentors » ou « stars » de l’écosystème francophone.

Team Elimu

Le Ghana produit plus de femmes entrepreneures que n’importe quel autre pays!



Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’augmentation du nombre de femmes entrepreneures n’est pas nécessairement liée au rythme de la richesse et du développement économique de leur pays, comme le montre ce dernier Index sur l’entreprenariat féminin. La deuxième édition du Mastercard Index of Women’s Entrepreneurship (MIWE) a révélé que certaines des économies les moins riches et développées affichaient des taux de participation des entreprises plus élevés que ceux de leurs pairs développés plus riches.



Le Ghana est arrivé en tête avec 46,4% des entreprises du pays appartenant à des femmes. L’Ouganda arrive en troisième position, avec 33,8% des entreprises appartenant à des femmes, selon l’indice publié ce mois-ci.

Le MIWE est un indice pondéré qui aide à mieux comprendre et identifier les facteurs et les conditions les plus propices à la réduction de l’écart entre les hommes et les femmes parmi les propriétaires d’entreprise dans une économie donnée. Les facteurs comprennent les résultats de la promotion de la femme, l’accès au savoir et aux services financiers, ainsi que les facteurs favorables à l’entreprenariat.


L’indice a examiné 57 économies différentes dans le monde, y compris le Botswana, l’Éthiopie, l’Afrique du Sud et l’Ouganda. Le Ghana, le Nigeria et le Malawi ont été les nouveaux ajouts.

Le Ghana a obtenu de bons résultats en termes d’avancement, de même que le Nigéria. Les scores globaux étaient de 62,4% (Nigéria) et 59,1% (Ghana). Selon l’indice, les pays africains ont également obtenu de bons résultats en matière de participation des femmes au marché du travail, avec 100% de Malawi, 96,1% pour le Ghana et 86,6% pour l’Éthiopie.

L’Afrique du Sud a trèst bien réussi à partager les actifs de connaissances avec les femmes et à fournir un accès financier, avec un score de 84,3%, se classant 6ème sur 57 pays. Le Botswana a suivi de près avec un score de 73%.

En effet, le continent affichait un score élevé en termes d’inclusion financière des femmes avec l’Afrique du Sud, avec 98,7%, le Ghana avec 84,6% et 77,1% en Éthiopie.



Les résultats de l’indice montrent essentiellement que les femmes entrepreneurs sont le pilier de la croissance économique et les instruments de développement et d’inclusion financière en Afrique.

«Le Botswana, le Ghana et l’Ouganda brillent comme des exemples de la détermination des femmes à subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. L’Afrique excelle à créer des femmes chefs d’entreprise fortes, déterminées à réussir malgré les contraintes financières, réglementaires ou techniques», Beatrice Cornacchia, directrice de Marketing et communications, Moyen-Orient et Afrique, Mastercard a été cité par mastercard.com.



L’Indice a également révélé que les perceptions culturelles des femmes chefs d’entreprise en Afrique étaient principalement positives: 69,1% en Ouganda et 67,2% au Nigéria, par rapport à leurs collègues du Moyen-Orient. Ainsi, il existe des incohérences dans la propriété des entreprises appartenant à des femmes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA).

Selon l’indice, bien que le Ghana et l’Ouganda aient une forte proportion de femmes chefs d’entreprise, l’inverse est observé chez leurs pairs régionaux tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte, l’Iran, l’Algérie, l’Éthiopie, le Malawi et la Tunisie (moins de 10% des femmes entrepreneurs). l’Arabie saoudite (1,4%).

L’Indice a en outre indiqué que l’inclination limitée de certaines femmes à la propriété d’entreprises pouvait être sapée par un accès limité à l’éducation et au financement, ainsi que par des perspectives d’entreprise. L’Index a souligné que ces défis ne concernaient pas uniquement les Africains, mais que les femmes entrepreneures des pays développés étaient également victimes de préjugés culturels et sexistes qui les empêchaient d’ouvrir ou de développer leurs propres entreprises.



Source : Face2faceafrica.com
Traduit par la Team OJAL


Une polémique surprise pour Kinder qui vire à la victimisation

Il y a des polémiques qu’on ne voit pas venir. La dernière en date est celle de l’affaire Kinder. L’histoire est simple: la maison Kinder voulait célébrer le cinquantenaire de la marque. Ils ont donc crée un produit spécial pour l’occasion: un kinder suprise avec trois ballons sur chacun desquels  il est inscrit un « K ». Ce qui donne un triple K qui est associé aux Etats-Unis au funeste Ku Klux Klan. Un comble pour un chocolat bi-colore! Une mère de famille se serait indigné auprès de la marque, qui a fait un rétropédalage et sorti du marché le jouet de la discorde.

Mais c’est sans compter la force des internets qui se sont rués sur la question et continuent d’alimenter cette polémique. Une nouvelle polémique donc, intenté par des personnes de bonne foi sûrement, mais qui peut avoir des repercussions néfastes. Car là où le bas blesse, c’est que beaucoup de commentateurs ont dénoncé la victimisation des Afrodescendants et des associations anti-raciste sur cette question. Pêle-même voilà quelques reactions acides sur la question:
« Faire du chocolat noir c’est être raciste car ils se mordent les doigts ! »

« comme d’hab avec les social justice wariors, le vrai problème est qu’ils voient le monde à travers le prisme de leur traumatisme social. Il est évident que les « K » sur les ballons se réfèrent à « Kinder », sauf pour un agitateur « antiraciste » qui parle de racisme et de KKK du soir au matin. »

« Omg…. Ras le bol de ces assos…. On tombe dans le délire pathétique »

La surréaction des uns, le ras le bol des autres, la polémique journalistique à saupoudrer sur tout ça et c’est un sujet explosif. De notre point de vue Kinder étant une marque allemande, il semblerait que ce soit un mauvais coup de marketing plutôt qu’une intention manifeste de dégrader les Afrodescendants et en particulier les américains; qui eux, font face au vrai KKK. Cela serait même plus proche des valeurs nazi avec le triple: Kinder, Küche, Kirche soit le slogan Enfant, Cuisine, Eglise qui était le rôle que souhaitait donner aux femmes l’Allemagne nazi. Donc un problème strictement Allemand.

Quand cela réveille les afficionados d’extrême-droite-anti-repentance qui crient à la victimisation des Noirs la prise de position est difficile:

  1. Soit vous soutenez ceux qui se plaignent et vous arrivez au niveau zero de la contestation politique avec des sloggans du genre « du chocolat blackfriendly pour nos enfants »
  2. Soit vous décidez que cela n’a pas d’interêt au risque que certains militants vous rétorquent que vous ne comprenez rien au marketing subliminal et à la white supremacy

La vérité c’est qu’a trop vouloir être sur le dos des marques occidentales au lieu de se préoccuper de développer les notres nous leur faisons trop de publicité. Le black bashing est une stratégie marketing qui a le vent en poupe depuis Guerlain, H&M, Dove etc. Nous sommes déjà vu comme des groupes sans pouvoir d’achat, si l’on rajoute à cela ce genre de polémique cela ferait de nous des sous-consommateurs hystériques?! Nous avons autre chose à offrir. Notamment le business Afro. Par la solidarité et la coopération économique nous pouvons édifier une communauté forte qui n’aura pas besoin de quémander respect et considération. Cela viendra de soi. Les larmoiements perpetuels sur tel ou tel manque de tact envers nous par des marques qui n’ont jamais réellement pris la peine de penser à nous ca devient ridicule et dessert la Cause plus qu’autre chose. Organisons-nous entre Afrodescendants pour nous-mêmes et faisons leur payer a prix coûtant ce putain de cacao!

Nous restons fidèle a nos principes fondateurs que sont: Unite, Autodetermination, Solidarite et Responsabilité Communautaire, Cooperation economique et Rapatriement. Ojalez-vous!

Jemeker Thompson, la baronne de la drogue au parcours étonnant

Si vous n’êtes pas un narcotraficant notoire et que vous n’avez jamais été à Los Angeles dans les années 80 il se peut que vous ne connaissiez pas son nom: Jemeker Thompson. Surnommée la « Queen Pin », jeu de mot qui déroge au traditionnel « King Pin », qui veut dire baron de la drogue. Cette baronne a fait des millions de dollars dans le business de la drogue. La cocaïne d’abord, puis le crack lorsqu’il est apparu. Avec une facilité déconcertante cette jeune femme a réussi à se hisser au plus haut niveau du game de la drogue aux USA avec son copain de l’époque et père de son fils. Une ambition dévorante l’a fait passer de la beuh à la cocaïne, puis de la cette dernière au crack. Le crack est un dérivé de la cocaïne beaucoup plus addictif, mais aussi beaucoup moins chère à produire. Donc madame a trouvé corde à son arc. Elle en a vendu des tonnes!

 

Les crackheads sont abandonnés de leur famille à leur folie et leur addictions

Jemeker Thompson: le commerce illicite comme mode de vie

Imaginez les répercussions sur la communauté aux alentours. Vous avez forcément vu un jour une vidéo de crackhead sur un site comme world star hip-hop complètement défonsé(e) et qui faisait forcément n’importe quoi. Si vous avez déjà rencontré un « crackhead » comme il en existe encore beaucoup, et de plus en plus en France d’ailleurs, vous savez que c’est une drogue qui peut mener à absolument tout pour voir sa dose. La dépendance est telle que n’importe qui peut accepter n’importe quoi pour pouvoir se défoncer en paix. Vraiment n’importe quoi. A ce propos nous vous conseillons la formidable série podcast d’arte sur le sujet intitulée « Crackopolis ». Vous aurez un autre regard lorsque vous écouterez vos rappeurs préférés chanter le drug game…

Revenons-en a  cette sulfureuse Jemeker. A combien de personnes, afrodescendantes pour l’écrasante majorité, en-t-elle vendu? L’atout du crack c’est qu’on peut le vendre à son voisinage, surtout s’il est pauvre et en manque d’évasion comme beaucoup de gens à L.A dans son quartier. Contrairement à la cocaïne qui est une drogue chère et par conséquent pour les classes les plus aisées. Elle implique plus de déplacements pour satisfaire cette clientèle. Donc plus de risques. Des centaines voire des milliers de personnes, et autant de drames familiaux et de talents gâchés, le tout dans son propre quartier. Cette histoire est commune à tous les grands dealers, nous ne sommes pas là pour refaire l’histoire de la drogue aujourd’hui.

 

Jemeker Thompson

Une couverture astucieuse

Vous ne devinerez jamais le métier que notre légendaire dealeuse a choisi comme vitrine officielle. C’est surprenant mais pas bête du tout. Elle s’est mise a vendre…des mèches de cheveux pour afrodescendants!! Rien que ça. Elle profite du fait d’avoir une activité d’import-export, d’avoir un solide réseau pour côtoyer de grands noms…à qui Jemeker Thompson vend les fameuses mèches et perruques à prix d’or!! L’activité est très lucrative, comme vous le savez les femmes Afrodescendantes sont des plus coquettes et mettent le budget pour ce genre de choses. Mais pas que les femmes, nous sommes dans les années 80 et beaucoup d’homme aiment également mettre des perruques et autres faux cheveux gominés pour le style. Jemeker Thompson en vend a des célébrités de premier plan. Créant par-là l’engouement dans la société: ce sont les influenceurs de l’époque. L’industrie, alors embryonnaire, s’étend aux proportions que vous connaissez maintenant. L’impact est certes incomparable à la vente de stupefiants car c’est une activité légale, et elle crée des emplois pérennes. Mais l’autre aspect c’est la normalisation de ces faux cheveux et leur impact sur l’estime de soi des afrodescendants. Ce n’est pas quantifiable, mais c’est une catastrophe dont nous ne sommes toujours pas sortis.

Une reconversion inatendue

Vous devinez encore moins l’activité que notre chète Jemeker Thompson fait de nos jours après treize années de prison…..vraiment vous ne pouvez pas imaginer. Figurez-vous qu’elle n’est rien d’autre que…Pasteur!! Vous avez bien lu, Jemeker Thompson est pasteur évangélique aux Etats-Unis. Rangée, elle chante la parole de Dieu. Que l’on soit croyant ou non, chrétien ou non, on ne peut pas minimiser l’impact de cette église dans le monde des afrodescendants. Ces églises sont celles qui ont fait élire Bolsonaro par exemple au Bresil, mais aussi Trump; ce sont elles qui rançonnent nos familles au pays; qui sont sommés de leur donner une part de leur salaire. Comme si le pasteur était leur agent pour atteindre le paradis. Cela n’a rien à avoir avec la spiritualité c’est un business très très lucratif.

Voyez que même les chinois ouvrent des églises maintenant en Afrique!! Ce n’est pas anodin. Combien de pasteurs millionnaires chez les pasteurs évangéliques? Ils vendent un autre type de drogue basé sur la foi et leur interpretation d’un livre dont il s’accommodent à dire qu’il est Divin. C’est beaucoup plus pernicieux. La majorité des gens restent dans la religion de leur parents. Soit de la naisance à la mort, contrairement à la drogue. Des générations entières sont en train d’être préparés à vivre cette vie. L’impérialisme spirituel est un poison dont nous mesurons mal les dégâts car ils ne se comptent pas en taux de chomage ou en incarcérations. Pourtant c’est nous qu’ils emprisonnent dans cette idéologie, tout en nous rançonant à vie!

Le mode de vie des pasteurs évangélique est du même standart que les dealers

Des conséquences désastreuses pour une seule personne

 

Vous avez là un parcour des plus criminogènes pour les Afrodescendants. Un black-on-black-crime de haute volée. Qui n’aura coûté que 13 ans a cette personne alors qu’elle a sûrement indirectement tué des milliers de gens. Nous considérons ce genre de profil comme ceux d’un Joseph Kony en Uganda qui emploi des enfants soldats et enrôle dans sa secte des centaines de gens. Jemeker Thompson en a vendu dans les années 80, leurs éffets sont toujours perceptibles aujourd’hui. En terme d’incarcérations, en terme d’overdoses, en terme d’aliénations spirituels et esthétiques. Pas de doute le démon de l’aliénation globale a un nom: Jemeker Thompson.

Éthiopie, Érythrée et Somalie: bientôt une intégration régionale de la Corne de l’Afrique?

le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, le président érythréen, Isaias Afwerki, et le président somalien, Mohamed Abdullahi Mohamed


Les dirigeants de la Corne de l’Afrique se sont engagés à travailler ensemble pour mener à bien l’intégration entre leurs pays.


Les dirigeants éthiopiens, somaliens et érythréens ont tenu une réunion de deux jours à Bahir Dar, dans le nord de l’Éthiopie, afin de renforcer leurs relations.Dans un communiqué de presse, le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, le président érythréen, Isaias Afwerki, et le président somalien, Mohamed Abdullahi Mohamed, ont déclaré qu’ils œuvreraient en faveur d’une transformation historique de la Corne de l’Afrique pour la paix et l’intégration régionale.



« Les trois dirigeants ont examiné l’évolution et les réalisations depuis la signature de la déclaration commune d’Asmara sur l’amitié et la coopération globale en septembre et ont noté avec satisfaction les résultats tangibles et positifs déjà enregistrés et ont convenu de consolider leur solidarité mutuelle et leur soutien pour faire face aux défis auxquels ils se confrontent collectivement « , on-t-il communément déclaré.

L’Érythrée est sous le coup d’un embargo sur les armes imposé par l’ONU depuis 2009, des experts de l’ONU l’ayant accusée de fournir un soutien politique, financier et logistique aux groupes armés qui s’opposent au gouvernement central somalien. L’Érythrée a nié les accusations.



La réunion des trois dirigeants se tient dans un climat d’optimisme généralisé dans la Corne de l’Afrique quant au fait qu’elle passerait d’une région chroniquement instable à une région de coopération politique et d’intégration économique.



« Les trois dirigeants ont également salué la levée imminente de toutes les sanctions contre l’Érythrée et ont souligné leur conviction que la levée des sanctions réaffirmerait leur engagement en faveur d’une paix et d’une coopération régionales inclusives », indique une partie de la déclaration.


Source : africa.cgtn.com
Traduit par la Team OJAL

 

Jay-Z et Diddy créent une application pour localiser les entreprises tenues par des Afrodescendants!

Au cours des dernières années, Diddy et Jay-Z se sont régulièrement retrouvés au sommet du top des artistes les plus riches du monde du hip-hop selon le magazine Forbes. Maintenant, il semblerait que les deux associent leur immense richesse pour aider les Noirs à travers les États-Unis.

Dans un article de couverture de GQ, Diddy révèle que Hov (le surnom de Jay-Z) et lui se sont associés pour créer une nouvelle application conçue pour aider les gens à localiser les entreprises appartenant à des Noirs. L’idée, qui découle d’une vieille idéologie selon laquelle les Noirs peuvent devenir indépendants en construisant une richesse collective (Coopération Economique), est que leur application facilitera en fin de compte les Noirs à s’aider eux-mêmes.
Diddy tient à préciser que cela n’empêchera pas les Noirs de faire des emplettes ailleurs, mais aidera plutôt les entreprises noires à se développer.


«Il ne s’agit pas de rompre avec quelconque autre communauté», a déclaré Diddy  «Nous irons quand même à Chinatown. Nous achèterons toujours Gucci! », continua-t-il avant de rire. «Mais l’application nous permettra d’avoir une communauté économique. Il s’agit de gagner le pouvoir économique des Noirs. « 

On ne sait pas exactement quand, exactement, l’application de Hov et Diddy atteindra nos iPhone et Androïd, mais il semble bien que Diddy et Hov travaillent d’arrache-pied. Espérons que nous aurons plus de détails très bientôt…

Source : XXLMag.com
Traduit par la Team OJAL