Archives des #Appropriation culturelle - Elimu

[Polemique Fortnite] L’appropriation culturelle des danses afrodescendantes par l’industrie du divertissement

Comme vous le savez sans doute, de nombreux cas d’appropriation culturelle ont lieu depuis une dizaine d’année. Dans la mode particulièrement: que ce soit des coiffures par exemple de la part de Kim Kardashian (on pourrait même dire dans son cas tellement rare que son corps entier est une appropriation culturelle!) ou les tissus pour des marques comme Zara et bien d’autres exemples.

Rappellons que l’appropriation culturelle se définit par l’appropriation par des individus d’une culture dominante d’attributs d’une culture dominée sans pour autant demander une quelconque autorisation aux populations concernées. On ne se déguise pas en Zulu pour amuser la galerie. On ne porte pas de plumes dans la tête pour signifier une identité Amérindienne sans donner du respect à ces peuples auparavant et s’assurer qu’ils ne prennent pas cela pour un manque de respect.

Ce qui nous intéressse ici c’est un sujet qui traite à la fois du marketing, de la hype, mais aussi de gros sous. Récemment le jeu phénomène Fortnite a été accusé par un nombre de personnes dont des rappeurs et des comédiens d’appropriation culturelle car ils ont mimé leur danses et les ont incorporées dans le jeu. Cela pour des revenus pharaoniques. Voici les exemples dans la vidéo ci-dessous.

Donald Faison par exemple n’est pas un rappeur, pourtant il avait une chorégraphie dans sa série Scrubs. Elle a été copiée, mais avec l’aval du producteur. Imaginez la danse de Carlton dans le Fresh Prince of Bel Air recopiée dans un film ou un jeu sans son consentement…cela nous aurait quelque peu agacés car c’est quelque chose qui appartient à la culture populaire, mais surtout à un imaginaire qui a été crée dans la série. C’est une danse qui a beaucoup de signification dans l’oeuvre. Mais pour autant, peut-elle être protégée? La réponse est non.

Aux Etats-Unis, pays du branding par excellence, on ne peut pas protéger une danse. Pas de copyright pour les chorégraphes. La question est: est-ce bien légitime? Ceux qui se font léser en l’occurence pour ces créations sont des Afrodescendants. Quelques noms dans l’affaire qui nous intéresse aujourd’hui: Le rappeur BlocBoy JB, créateur de la « Shoot Dance », Le rappeur 2 Milly pour la « Milly Rock« , Snoop Dogg, Chance tha rapper etc. Tous Afrodescendants.

Fortnite should put the actual rap songs behind the dances that make so much money as Emotes. Black creatives created and popularized these dances but never monetized them. Imagine the money people are spending on these Emotes being shared with the artists that made them

— Chance The Rapper (@chancetherapper)

Il s’agit de monétiser une danse hype hip-hop dans un jeu, car les utilisateurs paient pour utiliser ces danses avec les personnages. Ils monétisent la danse qui ne leur appartient pas, mais plus grave encore ils n’utilisent pas la chanson sur laquelle cette danse a été crée. Pénalisant au passage les ayants droit de l’oeuvre. Cela aurait peut-être été plus fair-play de jouer la musique de ces artistes. Si vous prenez le jus, respectez le fruit. C’est comme si le voisin se faisait des centaines de milliers d’euros avec la recette de rhum arrangé de votre tante après quelques bonnes soirées à la maison. Cela vous énerverait un tantinet non?

Et si demain on copyrightait on mouvement de Kizomba?

Qu’en pensez-vous? Devrions nous trouver un moyen de protéger nos danses? Aujourd’hui c’est fortnite mais demain on ne sait pas quel autre industrie va s’approprier une danse. Rappellez-vous de la polémique sur le Harlemshake en 2013. Ce n’est pas une première. Gageons qu’il y en aura d’autres du même acabit. Les afrodescendants devraient pouvoir protéger leur inventions, fussent-elles des danses. Quid de l’approriation culturelle en cuisine? Vous avez vu les tuto catastrophiques sur le mafé ou le yassa sur des médias mainstream? Ce n’est qu’un début.

Mais dans ce cas à qui donner la maternité du twerk? La belly dance? Le boogie? La salsa? Le Zouk? Et nos plats? S’il est regrettable de tout rendre mercantile, nous autres Afrodescendants savons aussi que nous avons historiquement été spoliées par notre manque de volonté de protéger juridiquement nos terres, nos oeuvres architecturales, nos tissus coiffures, et maintenant nos danses. Le débat est ouvert!

Responsabilite Communautaire: Diddy appelle les Noirs à s’approprier la culture hip-hop

Sean « Diddy » « Brother Love » Combs repond présent pour les questions entourant la capacité des Noirs à s’approprier leur culture. Le rappeur / mogul l’a dit clairement lorsqu’il a répondu à un article du Billboard qui se demandait pourquoi le hip hop n’avait pas produit plus de cadres noirs de haut rang.




« CONNAIS TA VALEUR!!! SI CHACUN D’ENTRE VOUS, ROIS ET REINE VOULEZ VOUS REUNIR ET AGIR laissez-moi savoir !!! « Diddy a posté le lundi 16 avril. » SI NOUS NE POSSEDONS  PAS NOTRE CULTURE ALORS NOUS N’AVONS RIEN !!! Vous pensez que nous n’avons rien maintenant. Nous devons posséder notre culture! Ce n’est pas négociable !!! LA CULTURE QUE NOUS AVONS CRÉÉE SERA NOTRE PREMIÈRE OCCASION RÉELLE DE GAGNER DE LA RICHESSE ÉCONOMIQUE COMME UN PEUPLE. NOUS DEVONS TRAVAILLER ENSEMBLE PARCE QUE NOUS TOUS NOUS L’AVONS OBTENU !! #BlackExcellence. « 

Le fondateur de Bad Boy Records veut essentiellement que les Noirs prennent le contrôle de leur culture en étant en charge de la musique hip-hop et R & B – musique noire – qui se trouve actuellement au sommet du classement Billboard Hot 100.

« Il y a certainement un défi dans l’industrie de la musique en ce qui concerne le pipeline pour les cadres noirs, ce qui est intéressant quand on pense à l’impact de la musique qui est vendue, parce qu’il s’agit beaucoup de la musique urbaine et la culture noire  » a déclaré l’avocat Julian Petty  à la publication au sujet de l’écart entre les artistes noirs dominant les ondes par rapport au manque de cadres noirs en charge de leurs étiquettes. « Vous ne pouvez pas avoir quelques personnes là-bas. Nous devons comprendre cela. « 

L’article soulignait que des progrès récents avaient été faits pour pousser les gestionnaires noirs vers le sommet, y compris Tunji Balogun étant promu de vice-président senior à VP exécutif A & R chez RCA Records. Il a également un label de joint-venture appelé Keep Cool. L’avocate en musique Nicole Wyskoarko a été nommée vice-présidente des opérations urbaines chez Interscope Geffen A & M, au sein d’un groupe d’autres promotions de cadres noirs réalisées par des grands labels comme Warner Bros. et Columbia Records.

Nicole Wyskoarko


Une responsabilité Communautaire

Et alors que le début des années 2000 a vu le démantèlement des départements de musique noire chez les grands labels – BMG laissant tomber tout son secteur urbain en 2001 et Motown fusionnant avec Universal Music Group en 2005 – les entrepreneurs noirs ont eux aussi tracé leur voie.

Roc Nation de Jay-Z, Kendrick Lamar avec Top Dawg Entertainment, Cash Money de Birdman et son frère Ronald « Slim » Williams tous les labels de hip-hop mettant en vedette des cadres noirs au sommet.

Il semble que Diddy veut en voir plus de la part des Noirs. Et si ses commentaires sont une indication, beaucoup de gens l’ont soutenu à ce sujet.

« Je suis d’accord, nous devons posséder ce que nous sommes responsables de cultiver », a remarqué quelqu’un.

« BIG FACTS! » Un autre a commenté.

« Merci de garder cet élan », commenta quelqu’un. « Cela signifie beaucoup de choses venant de vous @Diddy nous devons garder le message de #blackexcellence toute la journée tous les jours. »

Un effort de responsabilité communautaire, comme de leadership et de clairvoyance économique que nous saluons. Même si d’aucuns diront qu’il a attisé les haines dans le hip-hop auparavant, cela est une autre histoire, il y a prescription. Concentrons-nous sur le positif: il est milliardaire et il veut partager le gateau, que demande le peuple? 

Une traduction OJAL
   

Des trésors éthiopiens pillés au Royaume-Uni pourraient être restitués en prêt

Des trésors comprenant une couronne d’or et une robe de mariée royale, qui ont été emportés  d’Ethiopie par les Britanniques il y a 150 ans, pourraient être restitués en Afrique par le Victoria and Albert Musuem en prêt à long terme.

A crown from the Maqdala exhibition at the V&A in south-west London. 

Une couronne de l’exposition Maqdala au V & A dans le sud-ouest de Londres. Photographie: Musée V & A

L’Éthiopie a déposé une demande officielle de restitution en 2007 pour des centaines de manuscrits importants et beaux détenus par diverses institutions britanniques, tous pillés après la prise de Maqdala en 1868, capitale de la montagne de l’empereur Tewodros II dans ce qui était alors l’Abyssinie.

Cette demande a été refusée. Mais à l’approche de l’ouverture de Maqdala cette semaine au V & A, un compromis a été proposé par le directeur du musée, Tristram Hunt, qui a déclaré: « Le moyen le plus rapide, si l’Éthiopie voulait que ces objets soient exposés, est un prêt à long terme … ce serait le moyen le plus simple de le gérer.  »

L’offre est significative compte tenu de l’engagement pris par le président français, Emmanuel Macron, selon lequel le retour des objets d’art africains serait une «priorité absolue» pour son administration.

Woman’s dress from the 1860s.

Robe de femme des années 1860 Photographie: Victoria and Albert Museum, Londres


La proposition de prêt a été bien accueillie par l’Etat et les militants éthiopiens, mais M. Hunt a déclaré que c’était un débat complexe et qu’il était important de ne pas extrapoler une « politique générale ».

Il a dit au Guardian: « Vous devez le prendre article par article et vous devez prendre l’histoire par l’histoire. Une fois que vous avez décoché l’historique des collections, cela devient beaucoup plus compliqué et stimulant.  »

 L’exposition de Maqdala, qui s’ouvre jeudi, montrera 20 articles pris après une expédition militaire pour assurer la libération des otages britanniques pris par Tewodros. La victoire britannique a abouti au suicide de l’empereur et à la destruction de sa forteresse.

Des centaines d’artefacts ont été pillés à Maqdala et le trésor de l’empereur a été nettoyé avec 15 éléphants et 200 mules nécessaires pour les transporter. Les militants ont identifié une dizaine d’institutions britanniques qui en sont propriétaires, du V & A à Londres à la bibliothèque royale du château de Windsor en passant par un musée régimentaire à Halifax.

Hunt a dit qu’il y avait un certain nombre de raisons pour lesquelles un simple retour n’était pas possible, y compris les difficultés juridiques entourant la désacression et le « cas philosophique du cosmopolitisme dans les collections des musées ».

L’offre d’un prêt à long terme a été accueillie par le professeur Andreas Eshete, un ancien président de l’Université d’Addis-Abeba qui a co-fondé Afromet, un groupe de campagne pour le retour des trésors de Maqdala.

« Cela ne peut qu’être une grande amélioration par rapport à ce qui s’est passé auparavant », a-t-il déclaré. «Il y a certaines choses qui sont importantes pour l’Éthiopie et qui ne sont jamais exposées au Royaume-Uni, alors je pense qu’un prêt à long terme serait un grand cadeau pour le pays.

Eshete espérait qu’en faisant ce premier pas, elle pourrait aussi éduquer le public britannique sur le mérite du retour des objets: « Une fois qu’ils voient, ils sont utilisés de manière appropriée et d’une manière qui est accessible non seulement au public éthiopien mais au public international … les gens peuvent bien changer d’avis sur la valeur de leur attachement pour toujours. « 

Le musée a travaillé en étroite collaboration avec l’ambassade éthiopienne avant l’exposition d’anniversaire. L’ambassadeur, Hailemichael Aberra Afework, a déclaré: « Nous sommes ravis du nouveau partenariat entre l’Ethiopie et le V & A et nous sommes impatients de travailler ensemble à l’avenir pour notre bénéfice mutuel.

« La coopération future sera particulièrement bénéfique en termes de renforcement des capacités et de transfert de compétences dans le soin et la maintenance du patrimoine culturel, dans lequel le V & A possède une vaste expérience. »

Le prêt peut faire pression sur d’autres institutions pour qu’elles suivent le même chemin. Le British Museum a environ 80 objets de Maqdala, y compris un certain nombre de tabots – crus par les chrétiens éthiopiens pour être la demeure de Dieu sur la terre, un symbole de l’Arche de l’Alliance.

Ils n’ont jamais été exposés au public en raison de leur importance religieuse et ne peuvent être vus, même par un conservateur, qu’avec l’accord de l’église orthodoxe éthiopienne.

D’autres objets sont exposés, mais le British Museum soutient que leur perception par le public est dans un contexte mondial. Une porte-parole a déclaré que le musée examinerait toute demande de prêt de l’Ethiopie.

Les musées ont des prêts internationaux à long terme, mais beaucoup pensent qu’ils devraient aller plus loin, le débat étant donné en novembre quand Macron a déclaré dans un discours: «Le patrimoine africain ne peut pas être seulement dans les collections privées européennes et les musées.

M. Hunt a déclaré que les politiciens avaient souvent à l’esprit des « accords géopolitiques, sinon de commerce et de défense » lorsqu’ils faisaient de telles déclarations. « Vous devez l’approcher d’une manière douce: article par article.

« Je pense que ce n’est pas une mauvaise idée de penser à comment utiliser l’argent de l’aide au développement pour des partenariats plus importants pour la conservation, la gestion du patrimoine et le soutien aux artefacts dans des pays comme l’Éthiopie. Dans un contexte d’expansion du marché des visiteurs. « 

Camp at Zoola, Abyssinia expedition 1868-9

 Camp à Zoola, expédition en Abyssinie 1868-9 Photographie: Victoria and Albert Museum, Londres

 

Traduit par la team OJAL

source: the guardian 

 

    

6 personnages réels Afrodescendants que Hollywood projeta en tant que personnes blanches

Angelina Jolie joue Mariane Pearl dans A Mighty Heart
angelina jolie playing mariane pearl 2

L’épouse du journaliste du journal de Wall Street, Daniel Pearl, est d’ascendance afro-chinoise-cubaine. Un regard sur Mariane Pearl et il devient clair qu’elle n’est pas blanche. Donc, il n’est pas difficile d’imaginer comment les fans étaient indignés quand l’actrice Angelina Jolie a été choisie comme Mariane dans le biopic 2007 A Mighty Heart.

Jennifer Lawrence est Katniss Everdeen dans The Hunger Games
hunger-games_2167652b

Rappelez-vous la réaction raciste sur le casting d’une jeune actrice Afrodescendante comme Rue dans le blockbuster 2012 The Hunger Games? L’indignation était pregnante, même si Rue est décrite comme ayant « la peau brun foncé et les yeux » dans le livre sur lequel le film était basé.

Il est intéressant de noter qu’il n’y avait pas d’indignation lorsque le personnage Katniss Everdeen, largement considérée comme une afrodescendante par de nombreux lecteurs du livre, a été joué par Jennifer Lawrence. Cheveux bleus et les yeux bleus.Une honte.

L’Auteure Suzanne Collins décrit Everdeen dans le livre comme ayant les cheveux noirs droits, la peau d’olive et les yeux gris.

Anthony Hopkins dans The Human Stain
Anthony-Hopkins-plays-Black-manThe-Human-Stain

Dans le film de 2003, The Human Stain, Anthony Hopkins joue, Coleman Silk, un professeur de collège juif qui, malgré son apparence, se révèle être un Noir.

Pour des raisons évidentes, les cinéastes décidaient de ne pas magouiller de blackface, (…)
La décision de casting dans The Human Stain était déconcertante car il ya un certain nombre de bons acteurs à Hollywood qui ont déjà la capacité de passer comme blanc, mais à qui on n’a pas donné de rôle.

Mena Suvari  en tant que femme Noire dans Stuck 
Mena Suvari plays Chante Mallard

Stuck est un thriller de 2007, basé sur l’histoire vraie d’une femme noire, Chante Mallard, qui a exécuté irresponsablement un sans-abri avec sa voiture et l’a laissé mourir sur son pare-brise.

Le personnage de Mallard est appelé « Brandi Boski » dans le film.

L’actrice blanche à jouer Brandi a été la star de Beauté américaine, Mena Suvari. Pour ajouter l’insulte à la blessure, les cinéastes ont pensé qu’il était approprié que Suvari porte des tresses plaquées dans le film, comme pour indiquer la véritable ethnicité du caractère. L’ une des très trèeeees rares exceptions où on a vu une Blanche porter des cheveux d’une Noire.

Kevin Spacey dans Pay it Forward
Kevin Spacy as eugene simonet or Reuben St.Clair
Kevin Spacey a joué dans le film 2000 Pay it Forward dans le rôle d’Eugene Simonet, un professeur qui inspire le personnage principal Trevor McKinney pour changer le monde.

Les cinéastes peuvent avoir poussé la licence créative à la limite parce que dans le livre sur lequel le film est basé, Simonet s’appelle Reuben St.Clair, et il est Noir.

Le rôle a été apparemment offert à l’acteur Denzel Washington, mais parce que d’autres acteurs mâles noirs sont apparemment difficiles à trouver à Hollywood, les directeurs pensaient que Spacey pourrait le faire…


Lawrence Olivier en Blackface pour Othello

Laurence Olivier Othello

La tendance d’Hollywood à contourner les acteurs noirs pour les rôles noirs est enracinée dans l’utilisation historique de l’industrie des acteurs blancs en noir pour représenter les Noirs dans le film.

Un exemple est le film de 1965, Othello, basé sur la pièce shakespearienne du même nom. Lawrence Olivier a utilisé un blackface bien avant Gucci. Cela ne l’a pas empêché d’être nommé pour un Academy Award pour avoir joué le personnage de Shakespeare, décrit comme un «Moor» dans la pièce.

**** L’article ne mentionne pas explicitement que Katniss Everdeen, Coleman Silk, Eugène Simonet / Reuben St.Clair, et Eugene Simonet sont en fait des personnages fictifs. Bien qu’il soit implicite dans la copie de chacun de ces éléments, nous avons jugé important de souligner l’écart avec le titre.

source: Atlantablackstar.com
Traduit par la Team OJAL