fbpx

Les studios de divertissement de Byron Allen achètent 11 stations de télévision pour 305 millions de dollars

Byron Allen, fondateur et PDG de Entertainment Studios Networks (société mère de theGrio d’où vient cet article), inconnu dans le monde francophone mais extrêmement puissant aux USA a acquis 11 stations de télévision de diffusion auprès de USA Television Holdings LLC et USA Television MidAmerica Holdings LLC (collectivement, USA TV) pour la modique somme de 305 millions de dollars. Allen Media Broadcasting, une division de Entertainment Studios, a conclu l’accord. Cette décision signifie un engagement de la part d’Allen à étendre le portefeuille de diffusion de son entreprise, a rapporté Deadline.

Byron Allen a une ambition stratosphérique

« Au cours des six derniers mois, nous avons investi près de 500 millions de dollars pour acquérir les meilleurs affiliés de réseaux de diffusion de leur catégorie », a déclaré Allen.

«Nous prévoyons d’investir environ 10 milliards de dollars pour acquérir des stations de télévision ABC, CBS, NBC et Fox au cours des trois prochaines années dans le but d’être l’un des plus grands groupes de télévision en Amérique.»

Cette décision devrait renforcer la couverture locale et améliorer l’empreinte numérique de ces stations locales. « Ces stations sont dédiées à leurs communautés locales et cette transaction leur permettra de devenir encore plus fortes sur leurs plateformes de diffusion et numériques », a déclaré le PDG de USA Television, Robert Prather, Jr.

Une plainte en discrimination

En 2015, Allen a poursuivi Comcast pour discrimination, affirmant que la plus grande entreprise de câblodistribution du pays avait refusé de capter les chaînes de Entertainment Studios en raison de sa race. Comcast répliqua essentiellement qu’Allen devait démontrer que la race était la seule raison derrière leur décision. Il a poursuivi en vertu de l’article 1981 du Civil Rights Act de 1866, une loi postérieure à la guerre civile qui permettait à «toutes les personnes relevant de la juridiction des États-Unis» d’avoir le même droit de respecter les contrats «que celui dont jouissent les citoyens blancs».

La famille Allen

La 9e Circuit Court of Appeals des États-Unis à San Francisco a jugé que les allégations d’Allen étaient plausibles. En avril dernier, Comcast a déposé une requête auprès de la Cour suprême des États-Unis à la suite du jugement. Au cours de l’été, le Trump DOJ a déposé un mémoire d’amicus curae auprès du tribunal à l’appui de Comcast. L’affaire de discrimination raciale a été entendue par la Cour suprême en novembre 2019 et, selon Reuters, une décision devrait être rendue d’ici la fin juin 2020.

On lui souhaite le meilleur, en espérant qu’il réinvestira dans la communauté le fruit de cet extraordinaire succès.

Traduction Elimu

source

Il achete un distributeur de friandises a sa fille pour lui apprendre à gérer l’argent

Cette histoire est devenue virale aux Etats-Unis. Un jeune homme de 28ans a décidé d’investir dans l’éducation financière de son enfant par un moyen très futé: il lui a donné en guise de cadeau non pas une paire de chaussure, pas même une voiture ou un spectable mais bel et bien une machine à cash: le distributeur de friandises que nous connaissons tous.

«J’ai regardé autour de ma communauté et j’ai vu où nous en sommes en tant que Noirs en ce qui concerne la richesse. Je l’ai vu et j’essayais de trouver un moyen de toucher personnellement ma communauté. J’ai donc décidé d’enseigner la littérature financière aux enfants, et je viens d’étudier des idées sur la façon de créer de la richesse. »

L’éducation financière dès le plus jeune âge. Sa fille n’a que 10ans, mais ce jeune père nommé Oxendine veut absolument qu’elle « devienne patronne » selon ses termes.

«Lorsque nous vendions des bonbons dans les salons et les salons de coiffure locaux, j’ai établi un climat de confiance avec les gens qui y travaillaient», a-t-il dit. « Donc, quand est venu le moment de les vendre sur notre distributeur automatique, la conversation a été facile. »

Ils ont donc acheté un distributeur, qui peut se trouver entre 1500 et 3000$ aux US. Fort de cet investissement ils ont commencé à exploiter cette machine, ce qui permet d’apprendre à gérer l’argent. Oxendine ne veut pas en rester là et compte proposer à d’autres enfants des cours d’éducation financière. Comme nous le savons tous, ces informations ne se trouvent à l’école que si vous faites des études supérieures orientées business et finance. Si vous avez dix ans, vous devez faire avec le père riche ou bien le père pauvre. En plus d’élargir l’offre à d’autres enfants de la communauté, Oxendine veut également multiplier les Distributeurs dans sa ville et apprendre à sa fille à gérer une croissance.

 

Avant d’avoir les distributeurs ils faisaient de la vente en direct aux commerçants et citoyens de la ville

«Je veux qu’elle comprenne la valeur d’être propriétaire d’une entreprise à un jeune âge. Donc, quand il s’agit de grandir… et qu’elle doit prendre des décisions sur la façon dont elle peut gagner de l’argent, elle sait qu’un emploi n’est pas le seul moyen. »

Combler les lacunes du système scolaire est impératif, c’est ce que nous essayons de faire à travers ce blog en particulier. Voir des personnes de notre génération avoir ce genre d’inspiration ne peut que nous motiver à aller plus loin dans notre offre de formation où vous pourrez bientôt vous former à l’éducation financière, vous…ou bien vos enfants. Cette jeune fille est très bien partie dans la vie grâce, en partie, à son père…on espère que la maman est dentiste!

Elimu

Source

Diddy: les Grammy’s n’ont jamais respecté la Black Music

Diddy est remonté ces dernières années contre les institutions de la musique, que ce soit les médias ou le fait que les artistes Afrodescendants du Hip-Hop ne détiennent pas leur industrie.

Voir Aussi: développez vos connaissances en histoire de l’Art Africain avec Elimu

Il est revenu à la charge lors d’une soirée de gala pre-grammys où il a été récompensé. Profitant de cette tribune, le propriétaire de Bad Boys entertainement a mis les pieds dans le plat en déclarant que les Grammy’s et spécifiquement la Recording Academy de n’avoir jamais respecté la musique Afro. Il a développé un long discours de 40mn dans lequel il a commencé à s’exprimer sur la question:

« Nous avons besoin que les artistes reprennent le contrôle, nous avons besoin de transparence, nous avons besoin de diversité. C’est la salle qui a le pouvoir de forcer le changement qui doit être fait. Ils doivent faire les changements pour nous : c’est une organisation à but non-lucratif qui est censée protéger le bien-être de la communauté musicale. » a-t-il déclaré. On ne saurait être plus clair.

Il a également dédié son prix aux classiques du rap américains qui n’ont jamais obtenu ce qu’ils méritaient celon lui dont Illmatic de Nas, Doggystyle de Snooop Dogg, Lemonade de Beyonce…Le public, dont des personalité du milieu comme Jay-Z ont démontré beaucoup d’enthousiasme. Reste à savoir s’il mettra la main à la poche pour monter cette organisation et ce qu’elle fera pour la Musique Noire, espérons également qu’il ne s’agit pas seulement de musique Américaine…wait and see!

Elimu

Teddy Riner lance deux écoles dans les métiers du sport

A l’instar d’autres grands champions comme Lebron James et son école I Promise, Teddy Riner s’est lancé dans l’éducation. Après avoir ouvert une première école Paris School Sport, crée après l’obtention des JO 2024 à la ville de Paris, il récidive avec non pas une mais deux écoles sur les même thèmes: marketing du sport, communication, évènementiel, management. Elles seront situées à Rennes et Toulouse.

« Le marché du sport a un besoin urgent de compétences dans ces métiers-là. Pour 2024, les entreprises et les collectivités locales et territoriales vont devoir recruter des profils de qualité. Nous allons multiplier les partenariats et les collaborations avec les sponsors et les partenaires des Jeux Olympiques de 2024 et des grandes compétitions sportives françaises et internationales, pour leur proposer de faire de cette école un vivier de recrutement. »  A-t-il déclaré.

Un tel champion avec une si belle vision c’est très rare. Saluons sa détermination à faire grandir autrui pendant qu’il s’évertue à toujours plus dominer son sport, faisant de Teddy Riner l’un des plus grands sportifs de l’Histoire de la France.

Source

Qui est Kofo Akinkugbe, la Nigériane qui produit des SIM ?

 

Le talent, l’innovation et la détermination résument le parcours de cette jeune dame nigériane qui s’est imposée dans un domaine d’avenir. Il s’agit de Kofo Akinkugbe l’un des leaders d’opinion africains en matière d’entrepreneuriat et d’innovation dans le secteur de la technologie. Aujourd’hui, elle a une compétence inédite lui permettant d’être propriétaire de la première entreprise de fabrication de carte SIM et de carte à puce en Afrique de l’Ouest.

Fondatrice et PDG de SecureID Nigeria Ltd, leader du marché de la technologie des cartes SIM et de la sécurité numérique, Kofo Akinkugbe est reconnue partout dans le monde entier pour sa réussite entrepreneuriale et ses solides compétences en commerce, le second aspect qui la rend performante. Il n’était pas évident de se lancer, et encore moins d’obtenir la souscription du plus grand nombre lorsqu’on est une jeune femme d’Afrique qui souhaite se lancer dans un domaine comme la technologie de pointe. Kofo brise les clichés et redonne l’espoir à la jeunesse africaine, notamment aux femmes entrepreneures.

[tp_direct_flights_shortcodes origin=PAR title= » » limit=10 paginate=true subid= » » currency= »RUB »]

Pilotée par Kofo, l’entreprise numérique nigériane, SecureID est une firme à standard mondial. Elle est spécialisée dans la production des cartes à puce en Afrique de l’Ouest et l’une des six du continent. L’entreprise exporte dans 21 pays africains. Par sa qualité de production, elle est complètement certifiée par VISA, Verve et MasterCard. Son travail de qualité a été salué en 2012: elle a remporté le prix Africa Awards for Entrepreneurship Mature Business Award.

Kofo Akinkugbe vient de loin

Diplômée en mathématiques de l’Université de Lagos, celle qui rêvait de révolutionner le monde numérique a débuté sa carrière dans le secteur bancaire. Avec 12 années d’expérience en commençant par International Merchant Bank (filiale locale de la First National Bank de Chicago) avant de rejoindre l’équipe de la banque en tant que membre du personnel pionnier.

Très ambitieuse, elle a créé Interface Technologies, une entreprise de gestion de la sécurité et de technologies biométriques. Titulaire d’un Master de l’Université de Strathclyde, elle a eu le privilège de diriger avec succès Interface Technologies Ltd. (ITL) durant neuf ans, avant de créer SecureID Nigeria Ltd, la première usine certifiée VISA en Afrique subsaharienne, qui fait aujourd’hui la fierté de l’Afrique en générale et la sous-région ouest africaine en particulier.

Elimu

Idris Elba investit dans son pays d’origine sur l’île nommée Sherbro Island

On apprend grâce à nos confrères d’African Shapers que « Idris Elba a rencontré il y a peu le président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio à Londres où ils ont discuté de la possibilité d’établir un partenariat de développement public-privé qui pourrait mobiliser les capitaux d’investissement massifs nécessaires pour transformer Sherbro Island (situé dans le district de Bonthe) en une puissance économique. Ainsi, l’acteur britannique a signé, le 30 septembre 2019 à New-York, un protocole d’accord avec le gouvernement de la Sierra Leone pour faire de Sherbro Island une attraction touristique et commerciale majeure pour le pays. »

 

La Sierra Leone est le pays d’origine du père d’Idris Elba, qui est originaire du district de Bonthe (Sud). Sa mère, quant à elle, est d’origine ghanéenne. Ses parents se sont mariés en Sierra Leona, avant de s’installer à Londres, où est né Idris Elba..

Sherbro Island est située sur la côte sud de la Sierra Leone dans l’océan Atlantique et possède un énorme potentiel touristique et de pêche.

L’acteur britannique cherche à investir dans Sherbro par le biais de la société Sherbro Alliance Partners dont il est copropriétaire, avec l’entrepreneur sierra léonais Siaka Stevens. Selon le gouvernement de la Sierra Leone, Sherbro Island City sera un moteur de croissance économique pour la Sierra Leone et la région de l’Afrique de l’Ouest environnante. Une bien bonne nouvelle pour les habitants de cette petite île de 30 000 habitants. Mais aussi pour ceux des communes aux alentours qui profitterons de la manne générée par l’acteur et ses associés.

Idris Elba, avec le président de la Sierra Leone, à sa droite

 L’idée est d’attirer les investisseurs étrangers et de faire de ce petit bout de terre un endroit où il est intéressant d’entreprendre, mais aussi de vivre.

« Mon attachement à Sherbro Island City découle du désir de faire la différence, mais de le faire d’une manière qui produit des atouts concrets pour les Africains de l’Ouest pouvant être perpétués dans le long terme »»

 

 

Voilà qui est bien dit. On félicite l’artiste pour son engagement et le fait qu’il n’oublie pas d’où il vient. Est-ce que cette nouvelle inspirera d’autres personnalité? Espérons-le. Parlons de cela plus que du fait qu’il joue ou non le rôle de James Bond!!

 

 

10% de réduction dès 10€ d’achat sur les puzzles photo
PUZPHOTO10
10% de réduction dès 10€ d’achat sur les puzzles photo
Validité : jusqu’au 30.01.20

PUZPHOTO10

source

Courtney Adeleye, magnat de la beauté, investit 30 millions de dollars dans un fonds destiné aux femmes entrepreneurs Afrodescendantes

«J’ai toujours été passionnée par la recherche d’opportunités de donner en retour et de répondre aux besoins de ma communauté», a déclaré Courtney Adeleye, fondatrice et directrice générale de The Mane Choice.

La capitaine d’indistrie dans la  beauté Courtney Adeleye a connu beaucoup de succès dans le domaine de l’entreprenariat en investissant dans l’avenir des femmes cheffes d’entreprises noires. Selon Black Enterprise, la fondatrice et PDG de The Mane Choice s’est associée à la société MAV Beauty Brands pour la création d’un fonds conçu pour les femmes de couleur à la manière d’une serenea williams.

Le Fonds, surnommé The Generational Advantage Fund, a été créé pour responsabiliser les femmes entrepreneures noires et les aider à jeter les bases de la constitution d’un patrimoine générationnel. L’initiative offrira des programmes et des ressources sur l’obtention d’un financement pour les entreprises commerciales, la littérature financière, le logement et d’autres domaines. Adeleye a contribué à hauteur de 30 millions de dollars au fonds.

«J’ai toujours été passionné par la recherche d’opportunités pour donner en retour et répondre aux besoins de ma communauté. Mes sœurs et moi avons été élevées par une mère célibataire à Detroit, dans le Michigan. Je souhaitais donc avant tout aider les femmes d’une manière qui aurait un impact non seulement aujourd’hui, mais pour les générations à venir. Et même après d’innombrables cadeaux, je savais qu’il restait encore beaucoup à faire », a-t-elle écrit dans un post sur Instagram.

«Je cherchais des moyens d’élargir ma portée pour atteindre encore plus de vies, et c’était très important pour moi de trouver le partenaire idéal pour continuer et élargir le travail que j’avais déjà commencé dans la communauté.

Le Fonds Avantage Générationnel est conçu pour combler le fossé de la richesse des femmes vis-à-vis des hommes, aujourd’hui et pour les générations à venir, non seulement en atténuant un besoin immédiat, mais en fournissant des ressources pour créer un patrimoine générationnel. « 

La nouvelle de ce fonds intervient peu de temps après que Lily Adeleye, sa fille de 5 ans, soit devenue la plus jeune PDG à avoir vendu les produits de sa société chez Target. La marque de jeunesse Lily Frilly, conçue pour inspirer les jeunes filles, vend une variété de produits, notamment des sacs à dos, des robes, des boîtes à lunch et des nœuds papillon.

source

Cette corruption Française que l’on minimise toujours

Pour les européens et les occidentaux en général, la corruption est une maladie endémique des pays du sud, une spécificité des pauvres en somme. Ils en parlent avec cette tête désolée et un paternalisme assumé en nous tapant sur l’épaule genre « je compatis mais vous avez vraiment l’air comme ça quoi ». C’est vrai que l’on a des champions chez nous dans tous les cercles du pouvoir pour détourner des sommes astronomiques d’argent public, d’argent des ONG, de dons divers et variés, si ce ne se sont pas les ressources minières ou le pétrole directement.

Nous l’admettons volontier, le nier serait vain et stupide. Le problème, c’est lorsque nous voulons mettre en perspective les mécanismes (pour qu’il y ait un corrompu il faut un corrupteur) internationaux de corruption. Cela s’aggrave lorsqu’on parle de corruption interne au pays. C’est comme le racisme, ça existe mais c’est vraiment, vraiment minoritaire selon eux. Récemment quelqu’un de courageux, un avocat de renommée et un fin connaisseur des milieux aisés de la capitale, Juan Branco a épinglé l’un des plus gros systèmes de corruption franco-française. Voyez seulement:

Le courrier ci-dessus a été publié sur le compte twitter de Juan Branco suite à une tentative de l’entreprise de le faire radier du barreau de Paris. Par chance (ou probité) ils ne se sont pas laissé corrompre et ont communiqué à l’avocat cette lamentable manoeuvre. C’est dire qu’il parle avec de solides arguments, étant lui-même un spécialiste du droit.

Tenez-vous bien: les travaux sont de l’ordre de 495 millions, l’entreprise Bouyghes fait une facture d’1,35 milliards et ils rajoutent 945 millions d’entretiens du bâtiment du P.A.L.A.I.S DE J.U.S.T.I.C.E!!

C’est la Casa de Papel leur boite. Sauf que le président est leur bon copain et que tout est légal. Dans son livre « Crépuscule » trouvable gratuitement en PDF, Juan Branco démontre avec brio tous ces réseaux qui ne sont pas seulement corrompus, ILS SONT LA CORRUPTION comme il l’écrit. Si ces gens sont prêts à faire payer de si lourds tributs à leur concitoyens, quels scrupules peuvent-ils avoir en dehors de leurs frontières? Ne pensez pas que ce n’est qu’un cas isolé, c’est un système qui profite tantôt à l’un tantôt à l’autre entre les milliardaires de ce pays. Le livre le démontre à souhait et dans une période très récente, alors que ce phénomène est très bien ancré dans ce pays. D’où la reproduction quasi infinie des élites aux plus hautes fonctions.

source: usembassy

 

L’exclusion de ces cercles de nos élites venus des anciennes ou actuelles colonies ou avec des noms à consonance Africaine n’est en définitive que secondaire. Ils doivent déjà déterminer entre eux qui arrivera au sommet à chaque élection, chaque gros contrat international, chaque nouveau marché. Vous ne verrez jamais un Afrodescendant même né en France obtenir une licence d’exploitation des télécoms ou la direction d’une banque centrale. Le sport et la chanson seulement. Même si vous vous appelez Tidjane Thiam il faut aller chercher ailleurs un travail à la hauteur de vos compétences. Si vous vous appelez Macron, avec beaucoup moins de talent et d’expérience, la présidence vous est acquise. Il faut que cela soit clair pour tout le monde parmi nous.

 

Cessons de nous morfondre en pensant que nos dirigeants sont de la pire des espèces, ils sont venus apprendre chez leur corrupteur comment danser cette musique à ce niveau. Nous savons bien que la corruption est globale et date de périodes immémorables. Faisons en sorte qu’ils n’aient d’autres choix que de nous inclure dans la mise sur orbite de nos sociétés respectives. La société civile doit montrer la voie de la probité, de l’engagement désintéressé, de l’excellence, de l’amour de la patrie. Participons à créer des institutions qu’ils ne pourront mettre à genous. Mettons nos compétences au service de nos territoires, la rançon est bien plus grande, l’honneur incommensurable. Sinon vous pouvez toujours rester sur leur territoire payer les dettes qu’ils ont fabriqué de toutes pièce pour vous.

 

 

De l’afrocapitalisme au mondes de demain

L’impasse de l’AfroCapitalisme

Chère soeur, cher frère, c’est la désolation qui nous amène. La vérité est que nous sommes à bout de souffle. Comme cette foutue économie. Eux, les afro capitalistes que l’on voit tête baissée, concentrés sur les indicateurs de leur petit monde, de leurs parts de marché. Ils sont nécessairement monétaires, financiers, chiffrés et tangibles. En tout cas ils ne croient qu’en ces choses-là. L’avenir c’est eux qui le construit entend-on dans les médias, surtout les plus mainstream. Leur objectif? Coffrer un max et « être libre » de faire ce que tu veux. La liberté est chaque jour un peu plus acquise, chaque jour cette quête de liberté les éloigne du quotidien routinier, elle les éloigne aussi du monde réel. Libres, mais trop occupé à le devenir encore plus n’est-ce pas? Le temps étant de l’argent, ils l’utilisent pour leur business quasi exclusivement. Le reste, l’afrocapitalisme l’appelle sacrifices: famille, amis, culture, loisirs…la prime est à l’endurance, la compétition est féroce. Est-ce un modèle de société? Ce modèle est-il réplicable à une grande partie de la société? La réponse est dans la question. L’entrepreneuriat est un moyen de désengorger les classes de chômeurs, ce n’est pas une fin en soi.

Ils font du moyen (argent) une fin en soi, ce qui mène au non sens. On pourrait nous rétorquer que les entrepreneurs les plus innovants ne le font pas pour l’argent. C’est vrai. C’est aussi minoritaire, comme toute innovation. Cela étant dit en résolvant parfois de petits soucis locaux sur le continent (accès à l’energie par exemple ou agriculture) on peut rapidement gagner de l’argent. C’est beaucoup moins vrai en occident d’où nous vous écrivons. Leur logiciel est trop souvent périmé, basé sur des succestory des années 80 ou pire encore sur les vendeurs de rêve de Youtube. Pourquoi? Parce que les méthodes et les mentalités qui ont amené les capitalistes d’hier à être les champions de leur domaine sont désormais caduques pour la plupart. En contexte d’urgence climatique cela questionne d’autant plus. Mais rassurons les, le non sens frappe à notre porte aussi malheureusement.

L’impasse d’une candide conscientisation

Black Power
Credit image: Ace Spencer

Le militantisme façon papa c’est terminé. La révolution n’aura pas non plus lieu sur wordpress, nous le savons. Nous avons besoin de réinventer une manière de résister à la dictature néolibérale du marché. Consommer moins inutilement, consommer mieux, consommer local et communautaire  autant que faire se peut est notre crédo. Ce n’est pas une mode, ce sont les conditions de la préservation de notre espèce. La survie de l’Humanité étant en question, beaucoup d’entre nous font une dissociation cognitive lorsqu’on leur évoque cet ultimatum. Nous ne saurions leur ressembler, notre mission est également écologique. Pourtant nous ne faisons que rarement le lien entre nos causes communautaire et cette urgence écologique. Pourtant notre mode de vie est traditionnellement respectueux de la nature. Là où nous devrions être les fers de lance d’une approche qui ressemble à ce que nos ancêtres pratiquaient, pour le bien commun de tous, là où nous devrions être les éducateurs du monde, nous regardons ailleurs et ne prenons pas part au débat. Il faut dire, aussi, qu’on en est exclu la plupart du temps, car nos oppresseurs sont les mêmes qui mettent la planète à feu et à sang. Pourquoi voudraient-ils subitement nous entendre? Afrocapitaliste, pourquoi t’allier à eux?

Vers l’économie de demain

Notre approche « humaniste » du monde est ancrée dans le terme intraduisible d’Ubuntu. Nous n’existons que parce que l’autre existe. Nous sommes les instigateurs de l’économie circulaire, des tontines, des levées de fond communautaires, des sociétés familiales et solidaires. Les stratégies développées par exemple par un Julius Nyerere vont dans le sens d’une économie dite socialiste, qui prend en compte les spécificité de la société Africaine (structure familliales, politiques sociales, création de bassins d’emplois spécialisés etc.) au lieu de parler de non-économie ou bien d’économie informelle.


L’entrepreneuriat est un terme Français, mais l’origine de la pratique se situe là où les premiers humains ont développé le commerce, c’est-à-dire en Afrique. Ce qu’on appelle low tech, phytothérapie, musicotherapie, équithérapie etc. Ces concepts sont des appellations Françaises pour nos savoirs-faire multiséculaires. Reprenons pied, débarassons-nous de nos complexes et libérons la créativité qui fera décoller nos société et nos économies, ensembles, pas l’une contre l’autre comme le propose encore aujourd’hui le néolibéralisme. Cela signifie qu’il faut décoloniser notre imaginaire, également lorsqu’on parle d’économie; que l’on pense malheureusement comme étant une invention et une spécialité des autres. Comment décoloniser l’imaginaire si nos Afrocapitalistes ne misent que très peu sur l’innovation?

Imaginer l’école de demain

 

Le siècle en cours sera celui des emplois courts et diversifiés, de la formation tout au long de la vie, des changements de trajectoires, des adaptations multiples. La résiliance Africaine est notre plus bel atout envers l’ensemble des enjeux qui sont déjà les nôtres. Combien de nos parents ont eu des formations initiales totalement différentes de ce qu’ils ont exercé en occident? Combien ont dû apprendre sur le tas des choses parfois diamétralement opposées à leur formation de base? Combien d’entre nos freres et soeurs sur la terre mère on de multiples métiers: quelques fois ils sont à la fois peintre et mécanicien! Là où nous voyons actuellement un défaut de formation, voyons désormais une adaptabilité extraordinaire, une résilience incroyable. Chérissons nos qualités, allons sereinement vers ce futur si incertain, car si le chaos est trop souvent notre quotidien, nous sommes les plus à mêmes de tenir la route dans ces conditions, profitons-en.

Credit: Terricks Noah

Faisons de l’école Africaine de demain un lieu d’excellence, mais pas seulement, également un lieu d’inclusion où chacun sera pris en compte, chaque qualité valorisée, chaque compétence utile au plus grand nombre. Un endroit où nos enfants seront toujours plus autonomes (là encore l’autonomie des enfants Africains est un exploit sous-estimé), avec des savoirs qui sont proches d’eux, des professeurs qui sont proches d’eux, des programmes adaptés à leur réalité.

C’est un long combat, et Elimu est une initiative qui va vers la distribution massive d’armes de survie.

Ubuntu! On est ensemble!

5 amis ont économisé 50 dollars par semaine pendant 2 ans et ont acheté le premier bien d’investissement

Les cinq heureux associés

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici nous faisons souvent la promotion de personens qui ont décidé de faire partie de la solution pour leur communauté. L’investissement le plus précieux et le temps que vous prenez à vous élever vous-même et les autres. Voici un exemple criant de simplicité, de solidarite, de loyauté. Pas besoin d’être Queen Latifah ou bien T.I pour investir dans l’immobilier de sa ville ! On peut commencer petit, voici comment.

Qu’est-ce qui vous a fait entrer dans l’immobilier?

«Nous avons perdu tellement d’amis et d’être aimés dans la violence, que nous savions que nous avions besoin d’un changement. Nous ne savions pas encore ce que c’était mais je savais que cela avait avoir avec la propriété, l’investisement. Je venais juste d’ouvrir mon école et je commençais donc à avoir l’esprit d’entreprise, même s’ils  n’ont pas pu le voir au début, ils ont quand même cru en moi. » A déclaré Najee Hannigan.

Tu es d’où et qui sont tes amis sur la photo?

Nous vivons à Philadelphie.
Alors les deux sont assis à côté de moi, nous sommes amis depuis plus de 10 ans. Les deux derrière moi sont mes deux plus jeunes cousins.

Viens Hannigan 26
Tyree Harvey 26
Darius Jacobs 26
Meqai Berger 23
Ahmid Hill 23

Dans quelle ville avez-vous acheté votre immeuble de placement et quels sont vos projets avec cet immeuble?

Nous avons donc démarré une société de gestion immobilière avec un plan de «réhabilitation» de cette propriété et de sa location. Nous prévoyons de posséder plus de 1000 unités.

Quels ont été les obstacles les plus difficiles de votre parcours immobilier?

La partie la plus difficile a été de faire comprendre à mon équipe que le temps passait de toute façon, nous pouvons effectuer un investissement en nous-mêmes ou continuer à le laisser passer.

Quel conseil donneriez-vous à des investisseurs immobiliers inspirants?

Trouvez des personnes de confiance et n’abandonnez jamais. Ne pas se disputer à propos de bêtises et penser toujours à la situation dans son ensemble. Abandonner quelque chose comme l’abonnement au câble ou des vêtements pendant un an ou deux peut vous mettre dans une position de vie prolongée.

source

Traduit par la Team Elimu