Après des générations d'assimilation en Turquie, les Afro-Turcs se battent pour reconquérir leur patrimoine et leur identité - Elimu

Après des générations d’assimilation en Turquie, les Afro-Turcs se battent pour reconquérir leur patrimoine et leur identité

Bien que cela soit inconnu pour beaucoup, il y a environ 100 000 personnes d’ascendance africaine en Turquie. Un héritage de l’Empire Ottoman et de la traite négrière orientale, les Afro-Turcs, comme on les appelle, ont perdu leur langue et ont un regain d’intérêt pour la redécouverte de qui ils sont et d’où ils viennent.

Mustapha Olpak, auteur et activiste afro-turc
Comme The Global Dispatches le déclaré en 2010, alors que l’esclavage existait dans l’Empire ottoman entre 14ème et le 19ème siècle, les esclaves venus des Balkans et du Caucase jusqu’à la fin des années 1800, avec l’abolition de l’esclavage des « blancs » dans ces régions après la pression des nations européennes.

Avant cette époque, le commerce de population noire avait été limitée, mais ensuite, le commerce des esclaves africains vers l’Empire ottoman augmenta, en particulier au Kenya et au Soudan. Entre 1860 et 1890, 10 000 environ esclaves africains furent déportés vers l’Empire Ottoman chaque année, pour un total d’environ 250 000 personnes, avec de nombreux affranchis à un moment donné. Beaucoup d’esclaves furent envoyés dans champs de coton près de Smyrne (désormais connu sous le nom d’Izmir) sur la côte de la mer Égée.

Mais il fallut attendre le début du 20e siècle pour que la fin de l’esclavage n’arrive et que les esclaves ne soient remplacés par des fonctionnaires payés. En 1924, le dirigeant turc Mustafa Kemal Atatürk établit des lois de citoyenneté égale dans la nouvelle constitution du pays. En outre, comme la BBC le note, les Afro-Turcs sont appelés «arabes», un terme désignant quelqu’un qui est assez sombre pour être arabe ou africain. Dans un pays où la négritude est souvent associée négativement à l’infériorité. Ces jours-ci, à la lumière de la crise des réfugiés, leur identité est apparu au grand jour dans les grandes villes, où les Afro-Turcs sont souvent confondus avec des réfugiés somaliens ou érythréens, bien que ces noirs ne vivent en Turquie depuis des générations.


Un afro-Turk nommé Orhan déclare à la BBC:

« Il est dommage que nous ayons perdu notre langue africaine, la langue que nos grands-parents parlaient. Chaque minorité en Turquie a sa langue (les Kurdes, les Zazas, même les Laz). Mais nous ne disposons que du turque, et nous ne savons rien au sujet de nos ancêtres (…) Après des années de souffrance, vous cachez ce qui vous rend différent (…) Voilà pourquoi nos parents et les parents de nos parents ne nous on pas enseigné leur langue. Ils ne voulaient pas nous rendre différents, ils voulaient que nous ne soyons turcs. « 


Pendant ce temps, en raison des années de mariages, il est probable que beaucoup de turcs qui descendent de noirs et ne s’en rendent pas compte, ainsi que Le National le déclare. La poussée nationale pour l’assimilation et une société homogène depuis la fondation de la république et la fin de l’Empire Ottoman découragea la promotion de l’identité noire. Cependant, les Noirs de Turquie commencent à se réapproprier leur patrimoine et leur passé africain. Par exemple, Mustafa Olpak, un petit-fils d’esclave Kenyans, publia Côte des Esclaves, un mémoire sorti en 2005, relatant la saga de sa famille de la Corne d’Afrique en passant par la Crète pour la Turquie.
En 2010, le photographe turco-hollandais Ahmet Polat publia un livre de photo intitulé « Afro-turk » 
« Les premières génération expérimente, la deuxième nie et la troisième recherches« . Ainsi commence le livre d’Olpak. « Nous avons vécu dans cette région depuis au moins 150 ans et n’avons pas d’autre patrie« , déclare Olpak, qui a également fondé une association Afro-Turque comme moyen de préserver leur patrimoine et d’accroître la conscience de leur condition. Les autorités turques avaient interdit la fête du veau (connu sous le nom de Dana Bayrami en turc), un jour férié célébré par les esclave à l’époque ottomane, et que les Afro-Turcs ont ressuscité seulement en 2007.

Comme ailleurs, les Noirs de Turquie font face à la discrimination. Par exemple, les joueurs de football africains ont fait face à des chants racistes de fans, certains furent appelés singes et d’autres reçurent des bananes au visage. En outre, la Turquie n’a pas été accueillante pour les migrants africains. Selon l’International Business Times, il y a au moins 50 000 migrants africains en Turquie, un tiers venant d’Afrique subsaharienne et étant chrétiens, et le reste de d’Afrique du Nord plutôt arabe. Les noirs sont confrontés au racisme, à l’exclusion sociale et à la violence policière.

En 2009, la visite du Président Obama en Turquie et des réunions ultérieures avec le président turc Tayyip Erdogan fournirent une occasion pour la communauté afro-Turc de récupérer leur récit et d’apporter leurs problème sur la table. Dans un pays qui commence à peine à reconnaître sa diversité et les contributions de ce qu’on appelle les communautés minoritaires comme les Afro-Turcs, les Noirs en Turquie connaissent un véritable réveil culturel.

Source : After Generations of Assimilation in Turkey, Afro-Turks are Fighting to Reclaim Their Heritage and Identity

Traduction : #TeamOjal



Laisser un commentaire