Imhotep


En Egypte ancienne (ou Kmt), Hippocrate (460 -370 av JC), le médecin grec que l’occident considère comme le «père de la médecine », tire sa connaissance des maladies d’Imothep  ( 2650 -2600 av JC ), le savant égyptien qui établit la médecine diagnostique environ 2.500 ans plus tôt. Cet homme à la fois prêtre, astronome et médecin fut décrit comme «la première figure de médecine se démarquant clairement dans les brumes de l’antiquité» par le pionnier médical britannique William Osler.

Publius Terentius Afer


Publius Terentius Afer (190-158 av JC) ou Terence est né à Carthage, mais fut envoyé à Rome comme esclave. Il fut affranchi grâce à ses talents d’écriture extraordinaires. Il écrivit six pièces qui, selon l’historien de renom Runoko Rashidi, furent lu avec beaucoup d’intérêt par d’autres grands écrivains tels que Miguel de Cervantes, William Shakespeare, Molière, Jules César, Marcus Tullius Cicéron et Horace.

Il est hautement considéré par certains comme l’un des plus grands humanistes de tous les temps et est célèbre pour avoir écrit ces lignes: «Je suis un homme, et je pense que rien d’humain ne m’est étranger» et «Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir».



Marcus Cornelius Fronto


Marcus Fronto (95 – 160 ap JC) était un autre écrivain africain exceptionnel qui contribua à l’avancement de la civilisation gréco-romaine. Fronto est né citoyen romain dans la capitale numide Cirta, mais il se décrit comme «un libyen des Nomades libyens ». Ses talents d’orateur et de rhéteur furent grandement admirés par ses contemporains.

Formé à Rome, il fut rapidement reconnu comme un avocat et orateur que seul Cicéron dépassait. Il amassa une grande fortune, érigea des bâtiments magnifiques et acheta les célèbres jardins de Mécène. L’Empereur romain Antonin le Pieux, ayant eu vent de sa gloire, le nomma tuteur à ses fils adoptifs Marc Aurèle et Lucius Verus.



Lucius Apuleius

Lucius Apulée (124-180 ap. JC), dont le travail le plus célèbre est son roman L’Âne d’or, ou Métamorphoses, est encore un autre écrivain africain qui laissa une empreinte importante dans la culture gréco-romaine. 

Apulée est né à Madaurus, en Numidie (Algérie actuelle), sur la côte nord-africaine. Le Dieu de Socrate est une autre de ses œuvres. L’âne d’or est le seul roman latin qui a survécu dans son intégralité et se termine avec le héros, également nommé Lucius, secouru par la déesse africaine Isis.


Lusius Quietus


Lusius Quietus (98-117 ap JC) est connu comme l’un des plus grands généraux de Rome et il fut nommé par l’empereur romain Trajan comme son successeur. Selon Rashidi, il était d’origine purement  africaine, décrit comme un «homme de race maure et considéré comme le plus habile soldat de l’armée romaine ».

Quietus et d’autres soldats africains défendirent les Daciens. De plus, lorsque les Juifs se révoltèrent, Trajan envoya Quietus pour réprimer la révolte, ce qu’il fit avec une extrême sévérité. Les Juifs appelèrent la rébellion « La guerre de Quietus. »


Quintus Tertullianus

Quintus Septimius Florens Tertullianus ou Tertullien (160 – 225 ap. JC) était un auteur africain, chrétien, prolifique né à Carthage. Il écrivait le grec et le latin couramment. Il est le premier auteur de l’église à faire du latin la langue du christianisme.

Tertullien fut également l’un des premiers et des plus notables apologistes chrétiens de son temps et il est considéré par certains comme «le père du christianisme latin» et «le fondateur de la théologie occidentale».

Severus Septimius

Septime Sévère (11 Avril 145 – 4 février 211), également connu sous le nom de Severus, a pris le pouvoir après la mort de l’empereur Pertinax en 193 au cours de l’année des Cinq Empereurs. Severus est né à Leptis Magna dans la province romaine d’Afrique.
En 203 après Jésus-Christ, Severus avait une arche massive construite dans le forum impérial. Selon Rashidi, ce monument est considéré comme l’une des plus importantes arches de triomphe d’Italie. «on dit même que Septime a construit un tombeau de marbre pour Hannibal Barca ( la nemesis africaine de la Rome antique). En effet, en vertu de ses propres origines africaines, Severus fut dénommé « la vengeance d’Hannibal »», a ajouté Rashidi.
Après avoir régné pendant plus de 17 ans, Severus décéda au cours d’une campagne militaire à York dans le nord de la Grande-Bretagne, le 4 février, 211. Il fut le dernier empereur romain à mourir de causes naturelles depuis presque 100 ans.

Source : http://atlantablackstar.com

Traduction #TeamOjal

Un commentaire pour “7 Noirs qui eurent un immense impact sur la civilisation et la culture gréco-romaine”

  1. Quest ce que vous etes drole et debiles Ces Nord-Africains etaient des Amazigh, ou communement appelés (berberes) ils etaient africains bronzès, teint olive typés mediteraniens comme les Nord-Africains d’aujourdhui, et surement plus proches qu’un italien, espagnols ou potugais, qu’un senegalais ou malien etc..Arretez de trafiquez l’histoire car elle est deja gravée, et vs etes ridicule avec votre negrocentrisme absurde a vouloir vous appropriez l’histoire des autres, pck vs avez été autre fois esclaves..l’esclavage est celui de la pensée g envie de dire, on l’a tous été autrefois quece soit nous les Amazigh, les juifs, les europeens etc c’est pas pour autant qu’on s’invente une vie..et arretez de pleurnicher kan on vs apelle les noir pck en mm temps vs n’etes pas orange, et plus racistes que les noirs tu meurs. ⴰⵣⴰⵍ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *