De nombreux arts martiaux existent sur le continent ou dans la diaspora noir comme en Haiti avec le Tiré Machèt.

Voici ceux que nous voulons vous proposer dans cet article:

Dambe


Selon Slate, « le Dambe a été historiquement pratiquée par la corporation des bouchers haoussa autour de la saison des récoltes ou le temps du festival et a été considéré comme un test de bravoure, un rite de passage pour le mariage, ou de la préparation à la guerre. »  Ce style de boxe d’Afrique de l’Ouest est extrêmement populaire au Nigeria, au sud du Niger et du Tchad, où les boxeurs se battent avec une seule main. Dans cet art martial, la main forte du boxeur est recouvert d’une pellicule et a appelé la lance. L’autre main est libre et est appellée  bouclier. Boxer se pratique ainsi. Chaque match a trois tours et les boxeurs doivent frapper leur adversaire dans ce laps de temps.


 La Lutte Traditionnelle



La lutte traditionnelle est un type ouest-africain de combats qui est couramment pratiqué au Nigeria, au Sénégal, au Niger, au Burkina Faso, le Togo et la Gambie. Le but de cette forme de lutte est de sortir votre adversaire à l’extérieur d’un anneau. Ils peuvent également être renversés. Le sport a des variations qui incluent le poinçonnage dans certains pays. Comme l’art martial a évolué, il y a maintenant des compétitions internationales.



Engolo ou Ngolo


Engolo est pratiquée autour de la zone de la rivière Cunene en Angola du Sud. Certains historiens ont dit que ce style de combat fait partie d’un rite de passage pour les jeunes des tribus situées dans la région. Ce style d’art martial repose sur le mouvement des jambes. Boxer et le balayage de jambe sont une partie essentielle pour mettre à terre votre adversaire. On croit que ce style a été transporté à travers la diaspora africaine sous la forme d’arts martiaux brésiliens et notamment la capoeira.


Istunka


Il y a un festival à Afgooye, en Somalie pour la nouvelle année somalienne où ces simulations de combats ont lieu. Dans les années passées, les hommes utilisaient des armes réelles et mettaient des armures pour combattre, cependant, maintenant des bâtons sont utilisés. Le style de combat actuel a été créé depuis le 17ème siècle à l’époque du Sultanat de Geledi en Somalie. 


Musangwe


Le Musangwe est une forme sud-africaine de combats de poing et de boxe à mains nues. Le peuple Venda, qui comprend divers groupes culturels, ont pratiqué cet art martial depuis des siècles. Les combats ont eu lieu dans la vallée de Chifude depuis sa création.

La Lutte Nuba


Ce style populaire de la lutte vient du sud du Soudan. Les Nuba ont été aux prises depuis des siècles et comme d’autres formes de lutte, l’objectif est de mettre votre adversaire sur le dos. Historiquement, les lutteurs se battaient nus, mais maintenant il est plus fréquent de se battre en short et t-shirts. Les lutteurs les plus jeunes sont formés par d’anciens champions, par la création d’un système de communauté et de partage des talents. La plupart des tournois ont lieu lors de la plantation et de récolte des festivals.

Tahtib



Cet art martial de lutte à bâton originaire d’Afrique du Nord et remonte à l’Ancien Empire de l’Égypte ancienne ou Kemet. Les reliefs du site archéologique d’Abousir montre la danse du bâton en détail. Les combattants ont utilisé un bâton de quatre pieds appelé Asa, Asaya, Assaya ou Nabboot pendant que l’on jouait de la musique. Ce style de combat a joué un rôle dans la formation des soldats égyptiens, avec tir à l’arc et de la lutte. « Loin au sud du Nil est l’Ethiopie, qui abrite le bâton agressif art de combat du peuple Suri« , rapporte Vice. Ce style d’art martial peut être vu dans différentes zones géographiques. 


Source : AtlantaBlackStar.com

Traduit par la Team OJAL 


 
 

Un commentaire pour “7 Arts martiaux Africains méconnus”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *