fbpx

5 exemples de nations noires que le gouvernement américain a tenté de déstabiliser

Ghana

 

Kwame Nkrumah a aidé le Ghana a obtenir son indépendance de ses colonisateurs britanniques en 1957. Nkrumah est devenu le premier Premier ministre du pays (1957) et le premier président (1960). En tant que panafricaniste, Nkrumah était désireux d’unir l’Afrique, et plus précisément, aider le Ghana devenir complètement indépendant du système de commerce colonial en réduisant sa dépendance à l’égard des capitaux étrangers, la technologie et les biens matériels.

 

En Février 1966 à peine cinq ans après sa présidence, Nkrumah a été renversé par un coup d’Etat dirigé par l’officier de l’armée dissidente Emmanuel Kwasi Kotoka et le Conseil national de libération. Nkrumah pensait que la CIA avait soutenu le coup d’Etat mais avait peu de preuves pour appuyer ses soupçons.

 

 
Selon seeingblack.com, les documents publiés en Novembre 1999, préparé par le Bureau du Département d’Etat de l’historien et écrit par un membre du personnel du Conseil de sécurité nationale et des officiers anonymes de la CIA ont révélé l’implication de la CIA lors de l’administration du président Lyndon B. Johnson.
 

 

Les documents ont mis en évidence que la CIA avait connaissance du complot au moins un an avant. Menant le coup d’Etat, William P. Mahoney, l’ambassadeur des Etats-Unis au Ghana qui a servi comme espion pour la CIA, a recommandé que certaines politiques soient mises en place pour affaiblir la confiance de Nkrumah au pouvoir du pays. En outre, la demande de Nkrumah d’aides a été refusée et ses craintes d’un assassinat imminent ont été encouragés par Mahoney.
Après le coup d’Etat, un ancien analyste de la CIA et assistant spécial pour les affaires de sécurité nationale, a écrit une lettre de félicitations au Président Johnson le 12 Mars, 1966:

 

« Le coup d’Etat au Ghana est un autre exemple d’une manne fortuite. Nkrumah faisait plus que de porter atteinte à nos intérêts que tout autre noir africain. En réaction à ses penchants fortement pro-communistes, le nouveau régime militaire est presque pathétiquement pro-occidental. « 

 

 

Moins de 20 ans plus tard, on a cru que la CIA a été impliqué dans un coup d’Etat manqué contre le gouvernement militaire du lieutenant Jerry Rawlings par le dissident Godfrey Osei.

 

 
 
 

Jamaïque

 

 

Dans le cadre des préparatifs pour les élections de 1980, la Jamaïque a été impliquée pendant quatre ans dans des effusions de sang. Le premier ministre en place Michael Manley a dirigé le People national party des «progressistes», (PNP), tandis que Edward Seaga a dirigé le «réactionnaire» Jamaican labour party (JLP). Manley avait ouvertement critiqué la politique étrangère américaine et a commencé à construire une relation avec l’ennemi des Américains, le dirigeant cubain Fidel Castro. Compte tenu de la guerre froide, les États-Unis contre l’URSS, la CIA ne voulait pas que la Jamaïque devienne alliée avec les communistes.
Selon le livre de Gary Webb, « The Dark Alliance », Norman Descoteaux, le chef de station de la CIA en Jamaïque a commencé un programme de déstabilisation du gouvernement Manley dans les fin des années 70. Une partie de ce plan comprenait des assassinats, de l’argent pour le Parti travailliste jamaïcain, troubles du travail, la corruption et l’expédition d’armes à des adversaires de Manley, comme Lester « Jim Brown » Coke. Coke était un mercenaire politique et garde du corps de Seaga.
Selon un article de 2010 sur newsone.com, l’ancien agent de la CIA, Philip Agee, a déclaré que la « CIA utilisait le JLP comme instrument dans la campagne contre le gouvernement Michael Manley. Je dirais que la plupart des violences ont été en provenance du JLP , et derrière eux c’était de la CIA avec qui ils obtenaient des armes et de l’argent. « 

 

Il y aurait aussi une tentative d’assassinat sur la vie du légendaire chanteur Bob Marley financé par la CIA. L’auteur Timothy White spécule, dans sa biographie de Marley, « Catch A Fire » que Jim Brown faisait partie d’une équipe d’hommes armés dirigés par le mercenaire du JLP Carl « Byah » Mitchell qui a tenté d’assassiner Marley. 

 

République Démocratique du Congo

 
 
En 1960, Patrice Lumumba a été élu le premier Premier ministre de la République démocratique du Congo nouvellement indépendant. Considéré comme le pays le plus riche en Afrique basée sur la masse des terres et des ressources naturelles, l’ancien colonisateur du Congo n’était pas prêt à abandonner totalement le contrôle de son territoire prisé.
La Belgique était désireuse de jeter son soutien derrière la province du Katanga dans le sud-est, qui a déclaré son indépendance en tant qu’Etat du Katanga sous la direction de Moïse Tshombe. La Belgique a fourni au parti CONAKAT menée par Tshombe plus de 6.000 troupes belges. Plusieurs conflits ethniques et les tensions politiques ont surgi. Lumumba, préoccupé par l’unification du Congo, appela l’Union soviétique pour un soutien militaire.
 
La décision de Lumumba à accepter l’aide soviétique a mis en colère l’administration du président américain Dwight Eisenhower, qui aurait ordonné son assassinat. Les politiques panafricanistes de Lumumba pour libérer complètement son pays des mains des pays étrangers lui fait devenir une menace non seulement pour les États-Unis, mais aux anciens colonisateurs Belgique et la Grande-Bretagne.
 
Selon wsws.org, le « Procès-verbal d’Août 1960 de la réunion du Conseil de sécurité nationale confirment que Eisenhower a demandé au chef de la CIA Allen Dulles d' »éliminer’ Lumumba. »
Un rapport de Wsws.org qu’une série documentaire de la BBC Storyville, « Mobutu « , a révélé nous montre comment les puissances occidentales mettent Joseph Mobutu Sese Seko au pouvoir après la mort de Lumumba, et l’ont maintenu là pendant 32 ans alors qu’il a systématiquement pillé le pays. Mobutu est devenu principal allié de l’Occident en Afrique en guerre froide et le Congo a formé le relais pour les opérations de la CIA contre les régimes africains que les Soviétique soutenenaient « .
 

Angola

 

 

L’Angola a obtenu son indépendance du Portugal en Novembre 1975, mais la lutte était loin d’être terminée. Après la guerre de l’indépendance angolaise (1961-1974) qui a précédé l’indépendance du pays, une guerre civile entre deux anciens partis de mouvement de libération a commencé.
L’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA), dirigée par Jonas Savimbi, et le Mouvement Populaire pour la Libération de l’Angola (MPLA), dirigé par Agostinho Neto, ont combattu pendant la guerre d’indépendance et ont poursuivi leur lutte pour le pouvoir.
À partir de 1975, la CIA aurait participé à la guerre civile angolaise par l’embauche et la formation américaine, britannique, français d’ entrepreneurs militaires privés portugais. Egalement la formation de l’armée de l’UNITA basée en Afrique du Sud, pour lutter contre le MPLA soutenu par les Cubains.

 

Un an plus tard, l’amendement Clark interdit l’assistance des Etats-Unis à l’UNITA, cependant, selon l’auteur Joel Bainerman dans“Inside the Covert Operations of the CIA & Israel’s Mossad”  le soutien continu de différentes manières.

« Sam Bameih, un homme d’affaires américain d’origine arabe, a déclaré à des commissions d’enquête du Congrès qu’il a été demandé par le gouvernement saoudien en 1983 pour aider à rassembler plus de 50 millions $ à l’UNITA dans le cadre de l’AWACS (Airborne Warning And Control System) traité. Il a affirmé que William Casey (directeur de la CIA) a personnellement sollicité l’aide. En mai 1986, African Report a noté que, depuis 1982, le gouvernement U.S avait fourni l’UNITA avec des armes par des intermédiaires « .

Savimbi a été publiquement loué par le président Ronald Reagan, qui l’a invité à la Maison Blanche. Après la réunion, Reagan a parlé de l’UNITA et a déclarer que ils venaient de gagner « une victoire qui électrise le monde. » Savimbi a également rencontré le successeur de Reagan, George H. W. Bush, qui lui a promis « toute l’assistance appropriée et efficace», selon un article du New York Times 1989.
La guerre civile a pris fin en 2002 après que Savimbi ait été tué. L’Angola reste profondément divisé politiquement entre les partisans du MPLA et de l’UNITA. 

 

 

Grenade

 
 
La Grenade a gagné son indépendance de la Grande-Bretagne en 1974. Cinq ans plus tard, Maurice Bishop est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat à un moment où le pays était confronté à de graves problèmes économiques. Bishop se tourna vers Cuba pour améliorer la situation sur la petite île. La relationcausa bientôt un problème avec l’administration américaine dirigée par le président Ronald Reagan, qui croyait que Grenade devenait trop proche de Cuba et de l’Union soviétique.
L’administration américaine est devenue de plus en plus préoccupée par les intentions de Bishop, après avoir appris des plans pour l’île de construire une piste d’atterrissage. Bishop favorisa Cuba a l’aider dans le projet visant à accroître le tourisme sur l’île; Reagan croyait que le plan pour Cuba de était d’être utilisé comme plaque tournante pour soutenir les activités communistes en Amérique centrale et du Sud.
 
Bishop serait plus tard tué dans un coup d’Etat avec au moins 100 autres personnes à la prison du Mont-Royal. L’événement, connu sous le nom Massacre à Mont-Royal, aurait causé l’Organisation des États des Caraïbes orientales ainsi que la Barbade et de la Jamaïque de faire appel à l’administration américaine pour de l’aide.
L’auteur William Blum dans Killing Hope: US Military and CIA Intervention Since World War II” appela ce moyen l’un des « mensonges les plus graves concernant une invasion. »

 

Reagan utilisera ce moyen et une mission de sauvetage des citoyens américains pour envahir la Grenade.

 

Une force de déploiement rapide de l’armée américaine (1er, 2e Bataillons de Rangers et 82nd Airborne Division Parachutistes), les Marines américains, Delta Force US Army, US Navy SEALs et d’autres forces combinées comprenait les 7.600 troupes des États-Unis, de la Jamaïque, et les membres du système régional de sécurité vainquirent la résistance grenadien.

 

Source : AtlantaBlackStar.com

Traduit par la Team OJAL 

 
 
 

Laisser un commentaire